Nous nous sommes assis avec Steve Regis Mvoue, meilleur joueur de la CAN des moins de 17 ans, Tanzanie 2019 et champion d’Afrique avec le Cameroun.

Champion d’Afrique des moins de 17 ans, meilleur joueur d’Afrique dans la catégorie, deux distinctions d’Homme du match. Est-ce que ces titres vont changer votre manière de vivre ?

Je suis heureux d’être sorti meilleur joueur du tournoi. C’est la preuve qu’en dehors de la victoire de l’équipe, j’ai montré des choses qui ont été identifiées par des experts. C’est également la preuve que ce trophée est le fruit d’un effort collectif parce que nous avons eu un bon groupe qui a permis à chacun de s’exprimer à sa manière, nous pouvons remporter de tels lauriers. Ces titres ne changeront rien à ma manière de vivre. J’ai décroché ces titres le 28 avril. Nous sommes le 30 avril aujourd’hui (ndlr, jour de l’interview), et vous voyez, je suis le même. Je dois maintenant me focaliser sur d’autres choses, travailler pour m’améliorer, travailler pour devenir un grand joueur demain parce que ces titres, ne sont que des titres, il y a encore beaucoup de travail à faire derrière. Notre objectif était d’aller en coupe du monde. Nous avons permis au Cameroun de remporter le deuxième titre de l’histoire de la sélection des cadets après celui de 2003. Tout cela, c’est de l’histoire maintenant. Nous devons bien nous préparer pour la coupe du monde.

Quelle sensation avez-vous lorsque vous êtes arrivé à l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen accueilli en triomphe?

C’est la joie. Une joie qui a commencé lors le gardien de but (ndlr, Manfred Ekoi), a stoppé le tir guinéen. Tout le monde est allé vers lui pour le remercier parce que deux fois de suite il nous a sauvés la vie. Nous n’en revenions pas. Qui Lorsque nous sommes arrivés au pays, l’accueil était incroyable. Cela nous a vraiment fait plaisir de voir toute la population mobilisée autour de cette victoire collective, cette victoire d’un groupe qui a rêvé et qui a réalisé ce grand rêve. Le ministre des Sports et de l’Education physique et le président de la FECAFOOT nous ont encouragés depuis les demi-finales en nous faisant comprendre combien nous étions importants pour la nation. Nous l’avons bien vu avec l’accueil. Pour cela, je suis reconnaissant.

La finale contre la Guinée remportée aux tirs au but. Quel a été le discours du coach, quel a été votre rôle en tant que capitaine ?

La finale contre la Guinée était une rencontre compliquée parce que nous avons d’abord rencontré cette même Guinée lors de la phase de groupe. Nous avons gagné 2-0, j’ai inscrit un but. Les Guinéens sont revenus à cette finale en ayant analysé notre jeu au détail près. Cela se justifie par les marquages individuels. Ça cognait aussi beaucoup. Je pense que le mental, la concentration, nous a beaucoup aidé. Notre gardien nous a vraiment aidés. Le discours du coach était orienté autour de la concentration. Dans ma posture de capitaine, j’ai insisté sur cette concentration, j’ai parlé au gardien de but qui nous a vraiment aidé pendant cette compétition et davantage pendant cette séquence de tirs au but. Le coach nous a dit de frapper comme il faut sans artifice mais de rester concentré. Nous avons été solides mentalement, nous avons été plus forts moralement. Nous n’avons pas faibli.

Quel est le match référence du Cameroun à cette pour vous ?

Le match référence pour moi, c’est le premier match contre la Guinée que nous avons gagné 2-0. C’est un match où il fallait gagner. Les joueurs du Syli étaient vraiment bien placés dans les duels, près physiquement et bien préparés. C’est également un match où nous avons été très efficaces. Nous avons eu des occasions de but que nous avons directement transformé. C’était le match le plus difficile. La Guinée a une excellente équipe qui sait où elle va et qui sait quels types de problèmes poser à l’adversaire. Ils ont travaillé au même titre que nous, ils nous ont étudié pour la finale, ils ont été des adversaires de taille.

D’une manière générale, comment as-tu vécu cette CAN en Tanzanie ?

Cette CAN était remplie de joueurs talentueux, d’équipes très bien préparées notamment les équipes d’Angola, du Maroc, du Sénégal et de la Guinée contre laquelle nous avons disputé et gagné la finale. Dans chacun des groupes, ces équipes offraient de franches oppositions parce qu’elles étaient t bien constituées physiquement, tactiquement. Le Cameroun aussi fait partie des belles équipes. Nous avions ce Fighting-Spirit qui nous a guidés. Cette coupe d’Afrique avait un très bon niveau. Nous avons eu la meilleure défense avec un seul but encaissé contre quatre inscrits. Nous pouvions en inscrire mais… C’était une belle CAN avec de belles oppositions, de belles rivalités parfois au poste entre joueurs.

On est champion d’Afrique à 17 ans, de quoi rêve-t-on maintenant ?

Nous rêvons déjà de pouvoir avoir au moins chacun un contrat professionnel en Europe. Nous rêvons de signer un de ces contrats à 18 ans au plus, nous rêvons de continuer l’épopée avec d’autres sélections, nous rêvons de belles choses en coupe du monde, nous rêvons de succès et pourquoi pas jouer la coupe d’Afrique 2021 au Cameroun avec la sélection seniors.

Vous êtes quand même un groupe qui a sa petite histoire…

Oui, nombre d’entre nous a remporté le Tournoi de l’UNIFFAC avec moins de 15 ans en 2016, nous avons fait deux tournois de Montaigu. C’était très compliqué pour nous à Montaigu parce que le niveau est assez particulier. Mais cela nous a permis d’apprendre et d’avoir de l’expérience. Moi, j’ai beaucoup appris à Montaigu, j’ai appris à cette CAN et j’espère que nous aurons la chance de participer à d’autres compétitions d’envergure afin de poursuivre l’apprentissage. Ce que le public ne sait pas, ce sont ces liens que nous avons avec notre entraîneur principal (ndlr, Thomas Libiih) c’est qu’il est à la fois un père, un ami. Nous échangeons avec les encadreurs dans un climat de confiance.3 Nous n’avions pas peur. Nous nous sentions impliqués dans la vie de l’équipe depuis le départ. Le fait d’être ensemble, en confiance, nous a beaucoup apporté. Le coach nous a toujours dit de ne pas nous occuper de ce qui se passe en dehors des terrains de foot. Depuis les qualifications, certains disaient que nous n’irons pas à la CAN, nous étions visés par des publications négatives, certains joueurs dont moi, le coach aussi, mais il nous a dit de rester concentrer. Notre réponse, c’est sur le terrain.

Propos recueillis par Angèle BEPEDE (source africatopsports)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*