Abdoul Aziz Diop Forum Civil:« Le Président Macky Sall a administré une bonne leçon aux transhumants professionnels »

Quelles sont vos craintes par rapport aux réformes annoncées par le Président Macky Sall ?

Cette question ne relève plus d’un débat juridique. La constitution à son article 27 est assez explicite. Mais beaucoup de constitutionnalistes ont noté l’absence de dispositions transitoires. La durée du mandat est de 5 ans, nul ne peut faire deux mandats consécutifs, c’est clair à ce niveau. Mais est-ce que le premier mandat de 7 ans du Président Macky Sall y figure ? La constitution peut-être manipulée, tripatouillée, cela a été constaté un peu partout en Afrique. Ce qui est important est que le Président de la République, qui a juré le 2 avril devant Dieu et devant la nation, dise clairement qu’il fait son second et dernier mandat. Il a annoncé qu’il va saisir l’Assemblée Nationale prochainement conformément d’ailleurs aux dispositions de la Constitution. Il a instruit son Premier Ministre d’introduire un projet de loi pour supprimer le poste de Premier Ministre en passant par l’Assemblée Nationale. Mais ce processus cache une possibilité de revenir en 2027. Dans ce cas, le Président peut par exemple introduire à mi-mandat une autre révision constitutionnelle pour créer un poste de vice-président qui sera son dauphin constitutionnel et démissionner pour convenance personnelle. Et dans le cas d’espèce, il peut revenir se représenter légalement en 2024, sans tomber sous le coup de l’article 27. C’est un cas de figure qui peut être une fiction, mais qui peut aussi être une réalité. En tout cas, sur beaucoup de cas, nous avons noté des reniements de la part du Chef de l’Etat. Que le Président dise clairement à l’entame de son mandat, pour éviter que ce débat plombe le débat public et par ricochet sa gestion de l’Etat et plonge le pays dans une certaine instabilité socioéconomique. En son temps, il l’avait dit clairement, mais la répétition étant pédagogique, ce serait mieux qu’il le dise encore de façon claire après qu’il a été réélu.

Quel rôle les Chefs religieux doivent-ils jouer dans cette dynamique ?

Les Chefs religieux ont bel et bien leur rôle à jouer. C’est vrai que le Sénégal est un pays laïc, mais il y a une particularité dans la cohabitation entre le temporel et le spirituel. Les religieux ont une légitimité sociologique alors que le temporel a la légalité. Durant la campagne électorale, le Chef de l’Etat a fait le tour des familles religieuses pour solliciter leurs prières. Ces prières ont été exaucées par Dieu à travers le peuple sénégalais. Donc ces religieux devraient rappeler au Président de la République le sens du serment. C’est-à-dire qu’il respecte la Constitution et cela veut dire qu’il fasse un second et dernier mandat, sans aucune autre possibilité, même s’il a trois défis devant lui, celui de la succession, d’assurer ses arrières et de la reconversion. Mais qu’il se dise clairement qu’avant lui, il y avait d’autres comme Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade. L’Etat c’est la continuité. Si nous sommes sceptiques par rapport à tous ces schémas, c’est parce que le pays a changé de paradigmes. Nous sommes maintenant un pays convoité et l’exploitation et l’exploitation du pétrole et du gaz ne peut se faire avant 2022. Dans ce cas de figure, il ne restera plus que 2 ans au Président et ainsi, il n’aura pas le temps de jouir de la rente pétrolière, gazière, minière alors qu’il a signé tous ces contrats sous son magistère. Mais qu’il dise clairement que le pays, c’est la continuité. Le PSE à l’horizon 2035 transcende le mandat du Président de la République ou son régime. En tout état de cause, les lobbies, les multinationales, les groupes de pression influeront comme d’habitude sur les élections de 2024 car ils ont mis leurs milliards et ils veulent un homme de confiance

Aucun transhumant dans le nouveau gouvernement, est-ce un signe positif ?

Même si le Président Macky Sall a eu à faire l’apologie de la transhumance, il a administré une bonne leçon aux transhumants professionnels. Moussa Tine disait qu’il y a une liste de 43 transhumants professionnels qui ont traversé pratiquement tous les régimes, j’aimerais que cette liste soit publiée. Quoi qu’on dise, il y a des choses qu’il faut bannir dans la classe politique. Il faut moraliser la vie politique en respectant les suffrages des sénégalais, en évitant les contre valeurs comme la transhumance, les reniements, les invectives. Il n’y a donc aucun transhumant dans ce gouvernement. Il faut aussi saluer le fait qu’il y a une bonne alchimie de technocrates et d’hommes politiques. Le Président a fait confiance à des hommes comme Makhtar Cissé qui a fait jusqu’ici ses preuves et qui se retrouvent dans la gestion du pétrole et du gaz. Il y a aussi Abdou Karim Sall de l’ARTP qui est à la fois un technocrate et un homme politique. Au niveau de Thiès, Ndèye Tické Ndiaye est aussi créditée d’un bon parcours dans l’administration comme grand Commis de l’Etat. Donc il y a de l’espoir pour certains, mais des craintes pour d’autres. En effet si on faisait une enquête de moralité, le cas Cheikh Omar Hane poserait un certain nombre de problèmes. Il a été épinglé au Centre des Œuvres Universitaires de Dakar (COUD). C’est une présomption, mais le rapport qui l’a épinglé n’a pas eu de suite.

Est-ce qu’il n’y a pas lieu d’aller courageusement dans le sens de la promotion de l’intégrité dans l’espace public?

Je dois noter d’abord que le Président de la République a fait un excellent discours. Il a parlé de la promotion des valeurs civiques, citoyennes, mais c’est la porte d’entrée. Le socle du développement, c’est les valeurs, une bonne gouvernance éthique. Il faut le rappeler le Sénégal se trouve toujours dans la zone rouge des pays corrompus. En 2012, il était à 36 points sous Wade, en 2014 Macky Sall a réactivé la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI), créé l’OFNAC. Il s’agit de mesures fortes qui ont un peu infléchi la tendance. C’est ainsi qu’à cette période le Sénégal a fait un bon de 5 points. Finalement toutes ces mesures sont devenues inopérantes et nous sommes restés dans la zone rouge parce que surtout toutes les contre valeurs ont prospéré. Nous avons eu un plan concerté de sortie de la zone rouge à l’horizon 2016-2021, mais il n’a pas eu l’écho favorable. En tant que société civile, nous avons demandé qu’il y ait un système national d’intégrité à travers la promotion des bons modèles. Nous avons même demandé qu’il y ait un modèle d’intégrité ou des monuments de l’intégrité où seront inscrits en lettres d’or de 1960 à nos jours, les dignes fins de la nation qui n’ont pas été des prédateurs, qui ont fait preuve d’exemplarité. Il s’y ajoute la sanction des mauvais modèles sous forme de monument de la honte pour les stigmatiser car il s’agit de la gestion des deniers de l’Etat. Malheureusement comme l’a dit quelqu’un, « en Afrique, l’Etat est le lieu du repas ». Mais beaucoup ne prennent pas le repas seulement, ils emportent le dessert, l’entrée et au lieu de se servir seulement, ils servent leur famille, leurs alliés, etc. C’est pourquoi au Sénégal, malgré 59 ans d’indépendance, nous sommes un pays pauvre, très endetté, parce qu’un pays ne se gouverne pas par des vœux pieux et des slogans, mais sur la base de l’exemplarité, du travail, du mérite. Senghor disait qu’en 2000 Dakar sera comme Paris, Abdou Diouf, rien ne sera plus comme avant, Abdoulaye Wade, travailler encore travailler, toujours travailler et Macky Sall nous sert « la patrie, avant le parti, la gouvernance sobre et vertueuse ». Mais en réalité, tous ses slogans se sont finalement traduits par la mal gouvernance. Avec ce nouveau gouvernement, c’est un changement d’acteurs. Tant qu’il n’y a pas une refondation du système, bâti sur des valeurs, nous aurons toujours un recyclage d’acteurs, mais le système restera le même.

Quelles actions d’urgence ce nouveau gouvernement doit entreprendre, pour aller dans le sens de rassurer les Sénégalais ?

Il y a d’abord le dialogue qui doit être une réalité, sans être confiné en un temps ou en un lieu précis. Un dialogue ne se décrète pas. Il ne doit pas être institutionnalisé et c’est pourquoi d’ailleurs la journée du 28 mai n’était qu’une chimère. Le dialogue doit être multi acteurs, multisectoriel et surtout. Si nous prenons le cas de Thiès, la ville étouffe et pourquoi tous les Maires environnants ne se retrouveraient pas pour discuter autour de projets structurants et élargir l’assiette communale. Les lois qui ont été prises, qui présentent beaucoup d’opportunités mais qui présentent beaucoup de limites sur le plan de l’applicabilité. Ces lois nécessitent un dialogue entre les acteurs et secteur public national avant que les décrets d’application ne soient pris. Il faut aussi un dialogue sur les valeurs. Pour qu’il y ait des communes avec zéro déchet, il faut des moyens suffisants pour collecter des ordures, des toilettes publiques. Il y a également la prise en compte de la problématique de l’eau de l’eau. Aujourd’hui il suffit qu’il y ait des problèmes au Lacs de Guiers pour que le pays tombe dans une grande pénurie d’eau. On parle de KMS, de dessalement de l’eau de mer, c’est bien mais il faut qu’en amont, au niveau des ménages, qu’il y ait cette culture de ne pas gaspiller l’eau, devenue aujourd’hui une problématique mondiale
Propos recueillis par Mbaye SAMB (L’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*