Accidents récurrents dans les carrières de Diack/La coordination des cadres Républicains déverse sa colère sur les exploitants

Un problème de sécurité semble se poser pour les travailleurs des carrières de basalte de Diack. En effet, les accidents de travail y sont récurrents et la mémoire collective locale ne cesse de se rappeler les décès tragiques des suites d’accidents de travail, des jeunes Saliou Tine et Lamine Faye. Mais c’est le cas Daouda Faye, marié récemment et sans enfant, habitant le village de Mbalokh, qui a fait déborder le vase. L’accident macabre est survenu le 24 juillet dernier au niveau de la GECAMINES. Il s’agit d’un camion chargé de béton qui a fait une chute dans un ravin, à l’intérieur de la carrière, ce qui a été fatal au chauffeur Daouda Faye, qui s’est retrouvé coincé. Retrouvé au fond dans un état pitoyable et il a rendu l’âme en cours d’évacuation par les sapeurs-pompiers. Une telle situation a poussé les cadres locaux de l’Alliance Pour la République (APR) à sortir de leur réserve, pour fustiger la recrudescence des accidents mortels de travail dans les carrières de basalte de Ngoundiane. Ils ont déversé leur colère sur les entreprises exploitantes et « interpellé l’Etat du Sénégal et les Chefs d’entreprises à être plus regardants sur les conditions d’exploitation du basalte de Diack ». Selon Assane Sène, « ne se limitant plus à la spoliation des terres cultivables, les carrières de Diack dans la commune de Ngoundiane sont en train de faire subir à la population des dommages extrêmement graves, à cause des accidents mortels récurrents, des mauvaises conditions de travail, qui ne respectent ni le code du travail, ni le code de l’environnement ». A l’en croire, c’est clair que les entreprises d’exploitation de basalte de Diack se sont embarquées « dans une logique mercantiliste d’exploitation sauvage, d’une ressource naturelle qui n’a jamais profité à la population locale ». Pourtant dit-il, la découverte de cette richesse était considérée comme une source d’essor économique et social de toute une localité mais se désole-t-il, la promesse est en phase de « devenir une catastrophe qui brise le rêve légitime des familles et d’une population, qui n’a que l’agriculture et l’élevage comme moyens de subsistance. Il ajoute « plusieurs jeunes ont perdu la vie dans ce système d’exploitation, qui bafoue la dignité humaine, sans que des mesures idoines ne soient prises, pour contraindre les patrons des entreprises à améliorer les conditions de travail ». Devant un phénomène aussi grave dit-il, le silence est un sacrilège et une complicité coupable et c’est pourquoi les cadres locaux de l’Alliance Pour la République ont brisé le silence pour dénoncer cette forfaiture qui prend de plus en plus de l’ampleur. Dans ce sillage, la coordination des cadres républicains de Ngoundiane a félicité l’Etat du Sénégal pour les réformes déjà entreprises dans le secteur et allant dans le sens de l’adoption d’un nouveau code minier, qui doit prendre en charge toute cette problématique. D’après les cadres républicains, la municipalité de Ngoundiane entretient de bons rapports avec certaines entreprises d’exploitation à travers la responsabilité sociétale d’entreprise (RSE) qui occasionne des investissements dans les secteurs de l’éducation, la santé, l’environnement, l’hydraulique. Mais disent-ils en chœur, « cela ne saurait être une raison pour continuer à accepter la situation tragique des travailleurs des carrières, similaire à une esclavage moderne qui ne dit pas son nom ». Assimilant l’exploitation des carrières à « un navire en perdition, sans gouvernail », les cadres républicains ont appelé toute la jeunesse locale à ouvrir les yeux et prendre davantage conscience sur les méfaits de cette exploitation

Mbaye SAMB ( l’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*