Affaire Ousmane Sonko, les vérités de Madiakhaté Niang Président mouvement And Sopi Thiès

J’ai été, plusieurs fois, interpellé sur l’affaire dite ‘’Sweet beauté’’. Mais, considérant que ‘’le silence est parfois plus sage que la parole’’ surtout quand on est dans l’incapacité de vérifier le flux important d’informations concernant cette affaire, j’ai décidé d’être prudent.
Cette prudence n’empêche cependant pas de constater que la société sénégalaise connait une mutation qui la met sur une pente dangereuse. En effet, deux des principales valeurs qui encadraient la vie de nos anciens sont aujourd’hui rangées aux oubliettes. Il s’agit notamment du ‘’soutoura’’ et du ‘horma’’.

Avec la société sénégalaise, la démocratie du pays suit une courbe descendante du fait des différents acteurs politiques de l’opposition comme de la majorité. Il semble, en effet, que nos leaders et autres animateurs de la vie politique aient décidé de ne pas traiter de questions sérieuses portant sur des thématiques relatives au cadre de vie, à la politique sportive, culturelle ou environnementale, aux options économiques, à la modernisation de l’administration ou aux questions portant sur la petite enfance. Le débat politique sénégalais est animé par des personnes adeptes des jugements de valeurs. Ce type d’analyse amène à caractériser une personne et à émettre à son encontre des jugements négatifs. Il tend, donc, à faire des acteurs politiques des ennemis.

Concernant l’affaire ‘’Sweet beauté’’, je voudrai, avec réserve, m’en remettre à la justice sénégalaise. Cette réserve est justifiée par l’architecture actuelle de notre justice qui fait dépendre une de ses plus importantes composantes de l’exécutif. Une réforme est plus que nécessaire pour restaurer la confiance entre le justiciable et les cours et tribunaux. L’indépendance de la justice étant un critère important dans la mesure de l’état de la démocratie d’un pays, elle doit donc être en mesure de traiter la plainte d’une citoyenne quel que soit, par ailleurs, l’identité de l’accusé.
J’attends qu’elle dise le droit et sanctionne sans immixtion d’une autorité politique.

J’en appelle au sens de la responsabilité de chacune des parties. Les différentes valeurs rappeler ci-dessus nous invitent à éviter le jugement hâtif. Le Président Ousmane Sonko reste ce leader qui a su donner au militantisme politique un contenu qui force le respect et qui a participé à l’éclosion d’une véritable conscience citoyenne au sein des partis politiques. Il est, incontestablement, un acteur important de la vie politique du Sénégal.
J’en appelle, encore, au sens de la responsabilité des compatriotes qui ont envahi la rue, qui envisagent de le faire ou d’en faire l’appel. En dehors de la marche pacifique, je dénonce tout autre acte visant ou créant les conditions de la destruction des biens publics ou appartenant à autrui.
Jummah Mubarak
Madiakhaté Niang Président mouvement And Sopi Thiès

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*