Algérie: le ton ferme du chef d’état-major à l’égard des manifestants

Le chef d’état-major a de nouveau pris la parole sur la situation politique du pays ce mercredi 10 juillet. Ahmed Gaïd Salah a dit qu’il soutenait le président par intérim Abdelkader Bensalah, dont le mandat expirait théoriquement mardi soir. Le chef d’état-major a répété que l’armée était favorable à l’organisation de l’élection présidentielle le plus rapidement possible. Mais le discours s’est aussi fait menaçant à l’égard des manifestants.
Ceux qui ne sont pas avec l’armée sont contre elle. C’est en substance le message du chef d’état-major qui adresse une série de mises en garde. Mise en garde d’abord contre ceux qui scandent « état civil, pas militaire » dans les manifestations ; ensuite envers les manifestants qui portent les drapeaux berbères, mais aussi à ceux qui les soutiennent et dénoncent des prisonniers d’opinion ou politiques.

Pour Ahmed Gaïd Salah, tous ces gens sont des corrupteurs. Et le chef d’état-major avertit : l’armée a la mission d’assainir le pays de la corruption. Il enjoint même la justice à utiliser la loi du talion.
rfi

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*