Alimentation en eau de Dakar, l’usine KMS3 achevée et mise en service courant 2020

Le site de construction de la troisième usine de Keur Momar Sarr (KMS3) a reçu hier la visite des associations de consommateurs du Sénégal. C’était à l’initiative de la Société Nationale des Eaux du Sénégal (SONES), dans l’objectif de constater sur le terrain les différentes composantes, mais aussi l’état d’avancement des travaux. C’est en effet par souci d’anticipation sur la sécurisation de l’alimentation en eau potable de Dakar à l’horizon 2035, que l’Etat du Sénégal, à travers la SONES a entrepris la construction de la troisième usine de KMS3, avec une capacité de 200.000 m3/jour.

Selon Charles Fall Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Sénégal (SONES), il y a 5 ans derrière, on était à moins de 300.000 m3 /Jour qui arrivaient à Dakar, aujourd’hui avec les ouvrages de Bayakh, Tassettes et tous les forages réalisés à Dakar nous sommes à une capacité de production de 420.000 m3/jour soit une augmentation de près de 30%. Avec Keur Momar Sarr 3 (KMS3) et sa capacité de production de 200.000 m3/j, la capacité va atteindre les 620.000 et avec l’usine de dessalement de l’eau de mer, elle sera encore doublée pour se retrouver à plus de 800.000 m3 d’eau par jour.

Les travaux de KMS3 sont à 60% de réalisation et courant 2020, toutes composantes du projet seront achevées et les ouvrages mis en service. Sur les poses des conduites le taux de réalisation a atteint plus de 80%, c’est ainsi que sur les 216 km de conduite, plus de 180 ont été effectivement posés. Et selon le DG de la SONES, il s’agit de conduites acquises pour la première fois par un pays africain avec des diamètres de 1,5m à 1,80 et cela renseigne sur la dimension du projet. L’usine de Keur Momar Sarr est composée d’une station de pompage, une station de traitement ainsi qu’un dispositif d’équipements hydrauliques qui doit assurer le transport de l’eau à travers les canalisations, jusqu’à Dakar. L’usine en tant que telle est à 30% de réalisation et le constat est que les bâtiments commencent à sortir de terre.

De l’avis de Charles Fall, la partie composante usine constitue des travaux assez complexes car il s’agit de travaux en conception-réalisation. Cela veut dire que l’entreprise en charge doit assurer la conception et ce n’est qu’après approbation des plans, que le travail est appliqué sur le terrain. La réalisation de tels ouvrages nécessite à ses yeux beaucoup d’équipements à commander et c’est pourquoi les commandes ont été anticipées sur certains équipements dont la livraison prend assez de temps. Il ajoute « aujourd’hui, les pompes d’eau brute, les pompes d’eau traitée, les ballons anti béliers et les transformateurs ont déjà été commandés et sont en cours de fabrication. Une partie est même achevée et nos ingénieurs doivent se rendre incessamment sur le site de production pour procéder à des essais en vue de leur réception ».

CONSTRUCTION D’UNE LIGNE HAUTE TENSION POUR ASSURER L’AUTONOMINE ENERGETIQUE

Pour l’alimentation en énergie électrique des ouvrages, la SONES a opté pour une autonomie énergétique, pour assurer et maintenir une alimentation en eau potable des populations, même en cas d’interruption de la distribution de l’énergie électrique par la Sénélec, ce qui arrive parfois malgré tous les efforts qu’elle a consentis. D’où la construction d’une ligne haute tension, en relation avec la Sénélec et l’ensemble des partenaires. C’est là aux yeux du Directeur Général Charles Fall, un élément important dans le dispositif de sécurisation de l’alimentation en eau de Dakar car permettant de se départir des aléas liés à l’utilisation de la moyenne tension. D’après lui, cette option a l’avantage de coûter moins cher et d’être plus sécurisée. Ainsi 35 km de ligne haute tension seront tirés depuis Sakal et un autre poste sera construit également au site de Keur Momar Sarr pour prendre en charge les usines.

Sur le plan social, toutes les populations des localités traversées par le projet seront positivement impactées. Tous les villages situés sur la troisième conduite et qui n’ont pas encore d’eau seront raccordés. Il s’y ajoute que plus de 2.000 impactées par les travaux ont été indemnisées à plus de 98%. Il y a également l’impact sur l’emploi des jeunes car plus de 1.000 personnes travaillent sur ce projet.

Il renseigne par ailleurs que dans le cadre de la responsabilité sociétale d’entreprise, il est prévu de soutenir les cinq départements que sont Louga, Kébémer, Tivaouane, Thiès et Rufisque dans le cadre d’activités génératrices et d’ailleurs une étude a été commanditée pour identifier les activités les plus rentables et qui peuvent avoir un impact fort sur la populations.
Mbaye SAMB (l’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*