« Amath Dansokho l’avait dit : Le Sénégal est en danger ». ( Par Ousseynou Ndione)

La politique est une vision et une mission. Amath avait une vision et a accompli sa mission. Déjà en 2014 il avait alerté et aujourd’hui l’histoire   lui donne raison. Le pays est en danger et cela à cause de la faiblesse de l’état et de l’irresponsabilité d’une certaine opposition sous la coupole de YAW avec comme chef de file Ousmane Sonko. Notre pays vit les heures les plus sombres de son histoire politique. L’avenir est lourd d’incertitudes, le tableau est lugubre et de grosses tempêtes se dessinent à l’horizon, risquant d’accoucher des violences inouïes. 

Il faut noter pour le regretter que nois assistons à l’effondrement de l’état de droit caractérisé par l’affaiblissement d’une justice partisane, sélective et clientéliste. L’adage dit : qui aime bien châtie bien. La justice est le fondement et le garant de la paix et de la stabilité sociale. L’état a trop laissé faire et procureur devrait s’autosaisir depuis longtemps pour arrêter ces dérives verbales séparatistes et ethnicistes, à l’origine de beaucoup de conflits dans le monde. En vérité depuis les propos injurieux du député de l’APR Aliou Doumourou Sow qui a menacé de s’en prendre à tous ceux qui s’opposeront à une éventuelle troisième candidature du Président Macky Sall. Cette impunité a ouvert la boîte de pandore, laissant libre cours à toutes les dérives. Et c’est ainsi que Amath Souzane Camara, l’un des  responsables du  réseau des enseignants du parti au pouvoir, entre dans la danse en clamant partout et haut et fort qu’on doit tuer Ousmane Sonko et il est toujours libre. 

Comme si nos hommes politiques étaient en compétition avec les menaces et les appels à la violence. Ousmane Sonko profite des préparatifs du  rassemblement de YAW du 8 Juin 2022 à la place de l’obélisque, pour appeler au soulèvement populaire et à l’insurrection en souhaitant mobiliser deux cent mille jeunes pour aller déloger le Président Macky Sall du Palais. Sur le haut de la tribune lors du rassemblement de YAW, il  lance une bombe :  » La prochaine fois que vous serez dans la rue, entrer dans les maisons des autorités, vous y trouverez des millions, faisant in clin d’œil au député de l’APR Farba Ngom, chez qui on a volé 890 millions, sans pour autant que les institutions habilitées à contrôler la provenance de cette immense fortune, ne lève le doigt. En proférant de telles menaces, il met en danger la vie d’autrui et incite les jeunes à la violence. Mais ces propos prêtent à deux interprétations, d’abord que les événements de Mars 2021 étaient planifiés et les cibles avaient été identifiés ensuite de donner une consigne aux jeunes d’attaquer les maisons des autorités pour prendre l’argent qui y est thesaurisé.

Le comble du comble, pour répondre aux attaques et provocations du pouvoir, Ousmane Sonko rappelle que dans toutes les religions révélées, Dieu recommande la loi du talion pour réparer les préjudices entres individus. Et Dieu dit, si vous pouvez pardonner c’est mieux pour vous. Lui il dit non, répondez de façon disproportionnée aux torts. C’est pourquoi ceux qui le taxent de salafiste devraient revoir leur prétention.

Au regard de tout ce qui précède, le député Barra Doli doit être libéré, malgré l’offense publique et grossière, qu’il a portée sur l’honneur de la plus haute institution du pays.  Actuellement Ousmane Sonko croit que son projet d’insurrection consistant à prendre le pouvoir par la rue, est à maturation et qu’il ne doit plus reculer, quoique que cela coûte au Sénégal. 

Car rien n’explique l’agitation des leaders de YAW, à vouloir semer le chaos dans le pays, parce que la liste nationale de YAW est invalidée par le conseil constitutionnel, pourfendeur de paix sociale

 Or tous les leaders de YAW ont reconnu publiquement avoir fait des erreurs dans la confection de leurs listes. J’en veux pour preuve la sortie de Bassirou Diomaye Faye sur France 24. C’est le même cas qui arrive avec les listes de BBY. 

Pour sortir de l’impasse il serait utile de soulever un certain nombre de questions :

– Est-il normal que pour  l’inexpérience et l’amateurisme des leaders de YAW, on accepte que le pays bascule dans la violence ?

– Est-il aussi acceptable que le conseil constitutionnel continue de jouer avec l’avenir du pays ?

– L’option du report des législatives n’est-elle pas une sortie de crise pour revoir le code électoral ?

Avec la découverte et l’exploitation des ressources pétrolières et gazières, le Sénégal est devenu un pays attrayant, surtout dans ce contexte de guerre en Europe de l’Est entre la Russie et l’Ukraine, où certains pays européens sont coupés de leurs approvisionnements en gaz venant de ces deux pays. Et c’est souvent durant ces moments  d’instabilité institutionnelle, pendant les périodes préélectorales et postselectorales, que les puissances impérialistes en profitent pour créer fes troubles, afin de mettre la main sur nos ressources 

Comme j’aime à le dire, en toute chose, il faut de la mesure et de la retenue, car le Sénégal est au- dessus de nos ambitions personnelles. Et c’est un devoir et un droit pour toutes les sénégalaises et tous les sénégalais, de se dresser comme un seul homme, pour préserver la paix et la stabilité, qui constituent notre identité et notre patrimoine. 

Vive la République.

Vive le Sénégal. 

Ousseynou Ndione enseignant et écrivain.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*