Amath Mbodj mémoire politique de Tivaouane: « Ce qu’il faut, pour pouvoir coordonner politiquement le département »

« Le Président Macky Sall est politiquement très fort, il est très au fait de la chose publique. C’est parce qu’il a été à la bonne école libérale, car pour comprendre la vision du Président Abdoulaye Wade, il fallait maîtriser les trois documents que sont le programme fondamental du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), les statuts et le règlement intérieur ». C’est l’avis d’Amath Mbodji, considéré comme la mémoire politique de Tivaouane, pour avoir été au cœur de toutes les décisions politiques pendant de très longues années et en tant que chargé des élections du Parti Démocratique Sénégalais (PDS). Selon lui, les sénégalais ont politiquement découvert le Président Macky Sall, quand il a été nommé Premier Ministre et il n’a pas fait un temps d’adaptation, tout est allé très vite.

Il ajoute, « je n’ai pas eu la chance de rencontrer le Président Macky Sall depuis son accession à la magistrature suprême. Avant, j’avais des canaux pour lui faire parvenir des suggestions. C’était par le canal de Diène Farba Sarr ou Sitor Ndour et c’est là mon seul regret du moment ». Conseiller municipal, régional et actuellement conseiller départemental à Tivaouane, Amath Mbodji affirme que n’eût été le soutien de ses amis Aymérou Gningue Président du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar et Serigne Mboup, il allait mettre un terme à toutes ses activités politiques. Il ajoute, « ils me soutiennent et m’activent, car étant témoin de mon amitié avec le Président Macky Sall. C’est parce qu’entre autres, nous partageons la même passion, les mines et la géologie. Je suis mineur de formation, ayant servi pendant 39 ans aux phosphates de Taïba, puis aux Industries Chimiques du Sénégal (ICS) ».

S’agissant du département de Tivaouane, Amath Mbodj laisse entendre qu’il faut certaines compétences pour pouvoir le coordonner politiquement. Selon lui, il faut d’abord le connaître sur le plan géographique, économique et social, pur pouvoir le gérer sur le plan politique. De Notto Gouye Diama en passant par Mboro, Taïba Ndiaye, Darou Khoudoss, Diogo et fasse Boye, est appelée zone des niayes, avec des sols fertiles et un sous-sol riche. Peuplés de maraîchers et de mareyeurs, la nappe phréatique est à fleur de sol. Il y a également dans la zone des usines, (ICS, GCO, production de gaz de Ngadiaga), des usines d’énergies diverses (solaire, éolienne, thermique, hydroélectrique à Tobène), une arboriculture fruitière et un important potentiel halieutique. Cette situation économique fait que la population, qui constitue la main d’œuvre dans ces usines, est un électorat révolutionnaire, car non dépendant. Quant à la zone centrale qui longe la route nationale 2 et les chemins de fer, englobant Chérif Lô, Ndiassane, Tivaouane, Pire, Mékhé et Kelle, elle est peuplée de fonctionnaires, mais fortement influencée par des talibés, des commerçants et des griots, qui font souvent allégeance aux familles maraboutiques. Pour Amath Mbodji, le chômage des jeunes, les problèmes d’emploi, les marchés hebdomadaires de Touba Toul, Pire et Mékhé, font que l’électorat dans cette zone est indécis et fluctuant, car fonction de l’offre ou d’une allégeance à un Maire, un Ministre, un Directeur Général, donc pas fiable.

« LA PAROLE EST D’OR DANS LE CAYOR »

Enfin viennent dit-il, deux zones extrêmes, mais identiques, qui ont une tendance culturelle et coutumière. Il s’agit d’abord du Cayor qui dépasse le département de Tivaouane, englobant Koul, Mérina Dakhar, Pékesse, Ngadiouf, Thilamakha, empiétant Ndande et Baba Garage dans le Baol. C’est une zone très difficile, vivant de culture hivernale et d’élevage. C’est parce que la nappe y est trop profonde, avec un manque de routes d’accès. Mais la population est travailleuse et les responsables sont souvent issus de grandes familles du terroir, qui privilégient la dignité, le sens du partage, la générosité, à l’image de leur ancêtre dont les épopées glorieuses sont convoquées à chaque rencontre.

Dans cette zone, la parole est d’or. Pour la zone ouest, qui englobe le Mont-Rolland et le Lékhar, elle est peuplée de sérères, majoritairement catholiques. C’est de grands travailleurs, mais habitant une zone latéritique aride et très enclavée. La fidélité politique y est de mise et les responsables politiques sont en général des cadres issus de l’ethnie sérère, même s’il y a des villages wolofs. L’électorat y est faible contrairement à la zone des niayes où la moitié de l’électorat du département est recensée. En 2004, à la suite des démêlées entre Me wade et Idrissa Seck, le PDS s’est fissuré, mais le département de Tivaouane est resté fidèle à Me Abdoulaye Wade. Ce schéma a été renforcé par la nomination de Macky Sall à la Primature, car il avait déjà beaucoup d’amis dans le département de Tivaouane en l’occurrence Serigne Mboup, Serigne Babacar Diop, Amath Mbodji et le renfort de Aymérou Gningue en 2005.

Il s’y ajoute que Me wade avait aussi ses amis et fidèles. Il s’agit de Djiby Yade de Mboro, Feu Mamadou Diakhaté de Ndiakhaté Ndiassane, Momar Cissé, Feu Assane Fall de Mékhé, Aïdara Sylla de Thilmakha, Moustapha Ndiaye de Notto Gouye Diama, Alé Lô de Taïba Ndiaye. Ce maillage a vite fait de Tivaouane, le fief de Macky Sall, numéro 2 du parti entre 2004 et 2007. Aymérou Gningue est parvenu à réunifier l’arrondissement de Mérina Dakhar, avant de fédérer tout le Cayor des profondeurs. Pendant ce temps, Aïdara Sylla a coordonné l’arrondissement de Niakhène, Serigne Mboup l’arrondissement de Pambal, Alé Lô celui de Méouane. Mboro est resté entre les mains de Djiby Yade, la commune de Mékhé à Feu Assane Fall, la ville de Tivaouane à Serigne Babacar Diop et El Hadji Malick Diop.

Il révèle que quand Macky Sall a été exclu du pouvoir libéral, tous ses amis responsables sont restés au PDS à sa demande, pour attendre d’être élus dans leur localité. C’est ainsi qu’Aymérou Gningue a été élu à Mérina Dakhar, Serigne Mboup à Pire, Moustapha Ndiaye à Notto Gouye Diama. Pour les élections locales de 2014, Macky Sall avait déjà ses hommes dans toutes les communes et seules les collectivités locales de Thilamakha et Koul avaient échappé au contrôle de la coalition Benno Bokk Yaakaar.
thies24.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*