Assome Aminata Diatta, nouveau Ministre du Commerce/ Une consécration logique

Jusque qu’à sa nomination, dimanche dernier, à la tête du ministère du Commerce, Mme Assome Aminata Diatta était directrice du Commerce Extérieur. Et avec cette nomination, elle accède au sommet d’un secteur où elle a fait toute sa carrière.

Elle fait partie des cadres apéristes de la Casamance qui ont pris l’eau à Ziguinchor avec l’Ouragan Ousmane Sonko. Mais malgré cette défaite, Assome Aminata Diatta a été promue ministre du Commerce. Même si elle n’a pas pu contrer le président du Pastef à Ziguinchor et à
Bignona, l’ancienne pensionnaire de l’Ecole Nationale d’Administration
(ENA) fait partie des rares cadres de l’Apr qui a su transcender les attaques populistes et apporter une réponse technique et documentée au livre «Solutions» du président de la coalition «Sonko Président». La commissaire aux enquêtes économiques qui a obtenu son diplôme d’études spécialisées en gestion de la politique économique à l’université de Cocody en Cote d’Ivoire est dans un secteur où elle a fait toutes ses humanités. D’autant qu’elle a été tour à tour adjointe au chef du Service du Commerce de la région de Tambacounda, chef du Service régional du commerce de Fatick, chef du Service du Commerce de la région de Thiés. Celle qui a été félicitée par son prédécesseur le ministre Alioune Sarr pour son travail accompli à la direction du Commerce de l’Extérieur sera la conseillère technique en charge du Commerce et de l’Entreprenariat des premiers ministres Aminata Touré et Mouhamad Boun Abdallah Dionne. C’est par la suite qu’elle a pris les rênes de la direction du Commerce extérieur. Originaire de Dianky (localité située dans le département de Bignona), Assome Aminata Diatta prend ce ministère alors qu’elle était en train de mener les négociations sur la Zone de libre Echange continentale africaine (Zlecaf) depuis la signature de l’accord le 21 mars 2018 à Kigali au Rwanda. Récemment lors d’un atelier consultatif sur la communication des données tarifaires et commerciales à la Commission de l’Union Africaine, elle rappelait la pertinence d’une telle union. «Etant la plus large au monde, la Zlecaf représente un acte majeur de notre volonté commune de construire l’Afrique de demain. Elle prolonge et conforte les nombreuses mesures prises par nos pays respectifs en faveur du commerce intra- africain. Sans nul doute, la Zlecaf catalysera les investissements, stimulera la croissance économique, développera les Interconnections continentales et apportera un dynamisme nouveau à l’intégration en Afrique. C’est par ailleurs, une initiative qui procède d’une démarche pragmatique pour une Afrique intégrée, prospère, en phase avec les réalités internationales», soutenait-elle. Désormais à la tête du ministère du Commerce, elle va essayer certainement de booster le dépôt du 22ème Instrument de ratification auprès de la Commission de l’UA qui permettra l’entrée en vigueur de la Zlecaf.
En effet, malgré la signature de l’accord par 49 pays, seuls 21 ont eu à le ratifier à ce jour. Assome Aminata Diatta aura aussi la lourde tache de contenir toutes les ardeurs nationalistes symbolisées par le mouvement «Auchan Dégage» et les nombreuses tentatives de l’Unacois Jappo et pour faire partir la société française de distribution du pays.
SOURCE (L’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*