Burkina Faso : au moins 100 civils tués dans le nord

Il ne se passe plus un jour sans qu’un incident ne soit rapporté dans la zone des trois frontières. Le dernier drame en date dans cette zone insécure du Sahel s’est produit dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 juin et a coûté la vie à au moins 100 civils, selon Radio Omega lu à Dakaractu.

Les faits ont eu lieu à Solhan, dans le département de Yagha (région du Sahel), non loin de la frontière avec le Niger.

Le Président du Burkina Faso a décrété un deuil de 3 jours à compter de ce samedi 5 juin à 00 heure.

Pour le moment, aucun groupe n’a revendiqué ce nouveau massacre.

Aussi bien l’État Islamique dans le Grand Sahara que le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM) sont présents dans cette zone. Les deux groupes liés respectivement à l’État islamique et à Al Qaïda se sont livrés à des combats ensanglantés dans cette région, avec beaucoup de victimes de part et d’autre.

Dans cette guerre fratricide, les civils se sont souvent retrouvés entre le marteau et l’enclume, contraints à choisir entre l’un ou l’autre camp. Ils sont aussi souvent victimes de représailles pour leur supposée coopération avec les services de sécurité…
dakaractu

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*