Cheikh Tidjane Diouf ex député « Un autre traitement aurait pu être réservé au département de Tivaouane »

L’EX DEPUTE CHEIKH TIDJANE DIOUF, SUR LE REMANIEMENT

« Un autre traitement aurait pu être réservé au département de Tivaouane »

Cheikh Tidjane Diouf, ex député Rewmi de la 12e législature, ancien Président du Conseil de Surveillance de l’Agence Nationale des Eco villages (ANEV) du Sénégal, par ailleurs Président du Mouvement Construire Tivaouane Durablement (MCTD) analyse dans cet entretien, la situation politique nationale et locale. Même s’il reste un allié sûr du Président de la République, il a estimé que dans le cadre de la formation du dernier gouvernement, un autre traitement aurait pu être réservé au département de Tivaouane. Il s’est par ailleurs interrogé sur l’état d’avancement des grands projets du Président dans la cité religieuse

On ne vous entend plus dans l’espace politique local.
Est- ce une stratégie ou une volonté d »exprimer un certain mécontentement ?

La sagesse populaire nous enseigne que « quand tout le monde parle, se taire pour certains devient un impératif ». Les populations nous attendent davantage dans des actions concrètes, utiles que dans des discours politiciens, creux, stériles et puériles, en décalage avec leurs préoccupations. Il devrait plutôt s’agir de parler peu et d’agir beaucoup. C’est cela le temps de l’action. C’est dans cette dynamique que je me suis inscrite.

Un nouveau gouvernement d’ouverture vient d’être mis en place Quelle est votre appréciation ?

Un remaniement est un événement ordinaire dans une République. C’est un acte de gestion, de management des ressources humaines. Le Président apprécie la situation politique et en fonction de ses objectifs, il fait usage de ses prérogatives constitutionnelles, dans le but d’apporter les changements qu’il estime qualitatifs, pour le développement économique et social du pays. Les ministres dans un gouvernement, sont à l’image de joueurs de foot dans une équipe; il faut de temps à autre changer les hommes, réajuster le dispositif, pour apporter du sang neuf ou du tonus à l’équipe. Les ministres ne sont pas inamovibles et c’est le Président qui nomme à des fonctions civiles et militaires.

L’entrée de Rewmi, votre ancien parti, vous- a-t-elle surpris ?

Absolument pas ! En effet le Président de la République a appelé au dialogue pour aboutir à un consensus autour du concept « Un Sénégal de tous, pour tous’’. Des partis ont répondu favorablement, et d’autres non. On va voir ce que cela va donner dans l’avenir.

Certains soupçonnent une volonté du Président Macky Sall de vouloir déblayer le terrain pour Idrissa Seck. Etes- vous de cet avis ?

Je ne suis pas un génie de l’art divinatoire et je m’abstiens toujours de faire des élucubrations politiciennes, bien que ma formation et mon parcours politiques m’ont procuré un certain nombre d’outils et d’instruments, pour pouvoir faire une analyse objective et concrète d’une situation concrète. La seule et unique certitude que je puis vous confirmer est que le pouvoir reste un attribut du Tout Puissant. C’est Dieu qui confère le (ou une portion de) pouvoir à qui il veut, assorti d’un échéancier précis. Le Sénégal étant une démocratie, la transmission du pouvoir se fait par le biais du suffrage universel.

Pensez-vous que ledit attelage gouvernemental puisse prendre réellement en charge les préoccupations actuelles des sénégalais ?

Dans tous les cas, le gouvernement est tenu de s’y atteler et dans les meilleurs délais possibles ; réew mi, fépp ay metti ! L’urgence est partout et dans tous les sens.

Le département de Tivaouane ne compte pas de ministre dans ce gouvernement. Quel impact cela peut-il avoir sur l’avenir du département?

Il est vrai que chacun des 45 départements que compte le pays ne pourrait siéger au gouvernement. Toutefois, compte tenu du statut socio économique , religieux, historique et politique du département et de la disponibilité de cadres de haute facture aux compétences et expertises certifiées dans les domaines les plus pointus, qui sont et de surcroit engagés à côté du Président Macky depuis l’opposition, un autre traitement aurait pu lui être réservé.
Des ministres, des Directeurs Généraux, de hauts fonctionnaires civils comme militaires, au-delà de l’honneur et de la fierté, apportent toujours une plus-value réelle dans un département ou dans une communauté. Des postes de responsabilité, Tivaouane en a plus que besoin.

Selon vous, comment la coalition Bby devrait s’y prendre pour être au top à Tivaouane?

La Coalition Bby Tivaouane est à l’image des autres départements du pays. Elle est minée par des tendances partisanes, par des manœuvres politiciennes et par des luttes de positionnement. Elle n’est ni structurée ni organisée. Je ne vois pas comment la rendre dynamique et efficace dans ces conditions.

Quels sont vos rapports avec le Président Macky Sall? Il semble, de par les actes qu’il pose, miser de plus en plus sur d’autres hommes.

Il y’en a qui pensent ainsi, même dans mon propre camp. Mais rassurez-vous mes rapports avec le Président sont au beau fixe. Il sait plus que quiconque ce que je lui ai apporté depuis 2012. Il connait bien mon parcours, mes performances et mon potentiel politiques. De même, il sait aussi le genre d’homme que je suis. Le Président a beaucoup de considérations et d’estime pour ma personne. Il m’avait fait l’honneur de me nommer Président du Conseil de Surveillance de l’Agence Nationale des Eco-villages (ANEV) suite à ma non-reconduction à la dernière minute, à l’Assemblée Nationale. Nous avions trouvé beaucoup de difficultés dans l’agence. Dès notre prise de fonction, nous nous sommes mis au travail, avec le conseil de surveillance et l’équipe cadre de l’Anev, pour la relancer. Mais le Président l’a dissoute en Août 2019. Depuis nous restons à l’écoute du Président de la République, tout en lui renouvelant notre engagement à ses côtés, conformément à la volonté de mon père et guide Abdoul Aziz Sy Al Amine(RTA), qui m’avait demandé de bien vouloir le soutenir. Ce que j’ai fait sans réserve et sans préalable aucun. Nous relevons tout de même que cette longue attente constitue une entrave au développement de nos activités. Vous savez, le statut et la responsabilité renforcent toujours en politique. Sans responsabilité, pas de perspectives !

Les prochaines élections locales se préparent dans un contexte marqué par une nouvelle configuration politique, suite à la formation du dernier gouvernement. Quel rôle comptez vous y jouer ? .Autrement dit avez- vous des ambitions lors de ces locales?

Vous savez sans intérêt et motivation, il y’a pas d’action et c’est l’action qui nourrit l’ambition.
En effet, depuis 1985, je fais de la politique. J’étais encore au collège. Je suis l’un des hommes politiques les plus constants en terme de présence et de participation à des élections. Depuis 96, j’ai participé activement à toutes les joutes locales. En 2009, je devais être le maire de Tivaouane mais à la dernière minute, une bonne partie des conseillers ont fait défection. Ce qui explique que nous avions en tant que député, déposé une proposition de loi portant modification du mode d’élection du maire en Mars 2013..Aussi en 2014, nous devrions remporter les élections devant une très grande coalition dirigée par le Ministre Abdou Ndéné avec aussi Demba Diop dit Diop Sy, Mamadou Diagne Sy Mbengue devenu maire, la ministre Seynabou gaye Touré, des membres de la famille SY et d’autre gros calibres. Au finish, nous avons perdu par une différence de 800 voix. J’avais battu entièrement campagne avec mes moyens propres sans aucun soutien particulier. J’étais alors dans Rewmi ; et ce statut d’opposant ne m’a pas facilité les choses à Tivaouane.
Je signale d’ailleurs qu’en 35 ans de militantisme, je n’ai jamais adhéré à un parti au pouvoir. Depuis, le contexte local a évolué avec l’arrivée de nouvelles têtes. Nous appartenons à une coalition qui a un chef, nous attendons ses directives, même si le dernier mot appartient aux populations. Il faudra auparavant, que les uns et les autres soient fixés sur la date exacte de ces prochaines échéances locales.

Et l’état d’avancement des grands projets du Président dans la ville sainte?

Les travaux ont connu un coup d’arrêt pour beaucoup d’entre eux. Il y’en a qui n’ont pas encore connu un aucun début d’exécution. Le projet d’assainissement se poursuit. On n’a pas encore beaucoup inauguré. Pour dire vrai, tout ne se passe pas comme prévu et la COVID19 vient compliquer davantage les choses. Les Tivaouanois attendent aussi le Président de la République sur les questions de l’éducation, des daara, sur la formation, l’insertion et l’emploi des jeunes dans les industries extractives du département mais aussi dans les filières agricoles et artisanales, pour atténuer le phénomène « barsa ou barsakh ». En outre, Il faut un second lycée car le Lycée Babacar Sy a dépassé largement ses capacités d’accueil, un centre de formation professionnel à défaut d’un lycée technique mais aussi également un stade moderne pour les sportifs. J’en ai parlé au Président au cours d’un de nos entretiens. Le chômage et la pauvreté font des ravages dans le département de Tivaouane en dépit de ses potentialités ! Heureusement, c’est en cela que le projet du khalif général Serigne Babacar Sy pour la finition de la grande mosquée est salutaire. Il est venu à son heure pour embaumer les cœurs et susciter davantage d’espoirs au sein de la ville sainte et de sa communauté.
Propos recueilli par Mbaye SAMB ( L’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*