Chronique du Lundi (Sans permission)/Prière pour que le rêve ne soit pas brisé. (Par Cheikh Fall Journaliste).

SANS PERMISSION N°5

CONSTRUCTION

Des Routes Bambey-Baba Garagel Keur Samba Kane Touba Toul. Baba Garage Mekhé Fasse Boye.

Prière pour que le rêve ne soit pas brisé. Par Cheikh Fall Journaliste.

Les populations du Cayor et du Baol, qui forment et continuent de former le même royaume, la même lignée et le même destin, vont bientôt afficher le sourire. Celui de pouvoir enfin rouler sur des routes bitumées, qui répondent à toutes les normes. Après le puissant colon, qui a construit pour sa propre gouverne les plus vieilles et étroites routes de l’histoire de notre pays.

Les usagers qui empruntent la très passante route Mékhé-Thilmakha, en passant par Mérina Ndakhar Pékesse- Niakhéne vivent le calvaire au quotidien, impuissants. Ces routes, datant de bien avant l’indépendance du Pays, n’étaient construites que pour faciliter le passage au tout puissant colonisateur. Personne, n’osait d’ailleurs se disputer cette étroitesse, avec cette puissance coloniale. Ces anciennes routes retapées, retouchées, rabibochées, par le contribuable sénégalais sont atteintes par l’usure du temps. Elles n’en peuvent plus de supporter le trafic si dense sur ces axes, surtout en période du Grand Magal de Touba.

C’est le sauve qui peut, y’a pas d’autres. Pourtant, ils devront encore prendre leur mal en patience, car à notre connaissance, aucun programme de construction de nouvelles routes, répondant aux normes requises, n’est annoncé. Mais une consolation. Les routes Bambey Baba Garage Keur Samba Kane Toul Baba Garage Mékhé- Fass Boye ouf vont bientôt être bitumées. C’est le Ministre des infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement, Mansour Faye qui a lui-même procédé au lancement des travaux de construction de ces routes. C’était le 19 Mai dernier à Baba Garage.

Les populations du Cayor et du Baol unies, par l’histoire et la géographie,  partageant tout, retiendront cette date. Que de batailles menées, que de brassards rouges portés pour en arriver à cette première victoire. Hé oui il ne s’agit que d’une avancée significative, pour une victoire finale. Les populations de Keur Samba Kane vivent encore la hantise de l’entreprise ECOTRA. Des chantiers commencés et qui n’ont jamais été terminés, on n’en dénombre beaucoup dans ce Sénégal. 

Mais somme toute, cette fois-ci, mon intrusion me dit que ça va être différent et que tout va être achevé dans les délais requis.  Trois choses fondent mon argumentaire.

D’abord l’argent le nerf de la guerre.

Pour la route Bambey Baba Garage Keur Samba Kane Touba Toul longue de 44 kilométres et d’un coût de 10,7 milliards de nos francs, c’est l’Etat du Sénégal et la BADEA (Banque arabe pour le développement économique) qui financent. Durée des travaux 18 mois.

En ce qui concerne la route Baba Garage Mékhé Fass Boye longue de 60 kilomètres pour un montant de 22 milliards, le financement sera assuré par l’Etat du Sénégal et UKEF (UK EXPORT-FINANCE). Cette banque d’après quelques informations glanées ça et là, est spécialisée dans le financement des projets prioritaires des gouvernements partenaires. Je m’en arrête là. Durée des travaux 22 mois. On le constate, l’ensemble de ces délais d’exécution, n’atteigne pas deux années.

Le deuxième argumentaire tient de la ferme détermination du Président de la République Macky Sall, qui entend faire mieux et plus que ses prédécesseurs Senghor, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade qui n’ont pas réussi à satisfaire cette vieille doléance de cinquante ans. Nous avons tous suivi le chef de l’Etat dans ces différents messages à la nation évoquer sa priorité sur ces routes. En portant personnellement ces projets, il veut les concrétiser à tout prix. Cet engagement de la plus haute autorité peut fonder mon argumentaire d’optimiste.

Le troisième argument qui me semble le plus déterminent est à chercher dans le rôle économique de ces routes. Cela va incontestablement faciliter les échanges entre les terroirs, l’écoulement de la production horticole et arachidière vers les usines et les grands centres commerciaux et enfin, renforcer le vivre mieux des populations du Cayor du Baol et du reste du Sénégal.

Le vaste arrondissement de Baba Garage sera le carrefour de toutes les destinations du Pays. On peut aisément s’aventurer à les dénommer ‘’ LES ROUTES par TOUS et pour TOUS’’. Un investissement utile, car constituant une solution aux problèmes de santé des populations, qui souffrent depuis plus de 38 ans de ces poussières qui apportent nuisance et désagrément. Financement garanti, engagement du chef de l’Etat sans équivoque, des enjeux socioéconomiques prouvés, assurément, si tous ces atouts, ne suffisent pas pour espérer une concrétisation sans anicroche, de ces 103 kilomètres de routes, c’est à ne rien comprendre.

En tout cas, ce jour de lancement qui fut historique, ayant enregistré la présence de nombreuses autorités politiques comme administratives des Régions de Thiès et de Diourbel, de dignitaires religieux, de ces populations sous une chaleur d’étuve, peut être considéré comme une garantie de plus, pour qu’aucun rêve ne soit brisé. Personne ne veut être sous l’emprise de la psychose de chantiers inachevés.

Aujourd’hui, c’est une autre époque qui doit être vécue, dans la longue marche du Cayor et du Baol vers le progrès et la modernité. L’honorable Député Aymérou Gningue, Maire de Mérina Ndakhar par ailleurs président du groupe parlementaire de la mouvance présidentielle, que j’ai aperçu du haut de la tribune, va mouiller le maillot pour emboîter le pas à ses frères du Baol, l’honorable Député Khalil Ibrahima Fall Maire de Keur Samba Kane, et le Ministre conseiller Mor Ngom. Ils trouveront du plaisir à trouver l’enfance de Nguiguis dans son cayor, pour lui rendre la monnaie du lancement de la construction de la route Mékhé- Mérina Ndakhar- Pékesse- Niakhéne-Thilmakha.  

La demande est pressante.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*