Contribution de Djibril Sène CRIC : « La bataille électorale pour la majorité s’appuiera sur un bilan jugé largement positif »

BILANS, PERSPECTIVES ET PROGRAMMES SVP !
Maintenant le parrainage est ancré dans la loi fondamentale, le code électorale voté, promulgué, le montant de la caution fixé, le modèle de fiche pour la collecte des parrainages en mode électronique et mode papier très bientôt sur toutes les tables des partis politiques et des candidats qui ne sont indépendants que de nom. La bataille électorale peut bien commencer. Une bataille électorale pour une majorité qui s’appuiera sur un bilan jugé largement positif à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, mais aussi sur des perspectives à l’horizon 2035 parallèlement au Plan Sénégal Émergent (PSE). Une autre bataille électorale de l’opposition qui prendra son cours normal depuis des années, axée sur: Macky Dégages, Auchan Dégage (car il faudra courtiser l’UNACOIS), Pétrole et Gaz, sans oublier cette éternelle bataille judiciaire sur le cas de Khalifa et de Karim, qui n’ont vraiment pas la chance devant la majorité des sénégalais avec cette prise illégale de l’argent du contribuable dont les montants sont énormes. La bataille électorale ne ressemblera aucunement à celles passées. Elle sera pleine d’attaques verbales violentes, des accusations qui sont devenues une particularité désormais dans la classe politique sénégalaise. Cette année on risque d’y voir du tout à tel point que les populations elles mêmes se demanderont si c’est uniquement pour diriger le pays ou bien pour régler des comptes personnels. Pourtant en survolant les partis politiques, les coalitions, les candidatures indépendantes on se rendra compte qu’une telle bataille électorale ne sera pas à l’avantage de  » néssuno ». Ce pays créée dans une valeur paix, indépendant dans cette même valeur paix, devenu pays de la teranga, ne saurait accepter des débordements dramatiques. Une élection présidentielle a deux supports seuls : un bilan et les perspectives que doit présenter le sortant et le ou les programmes que doivent présenter les opposants. Toujours est il que personne ne prendra la décision finale si non les populations. Toujours est-il que l’opposition va promettre un Sénégal nouveau, mais le seul hic est que cette opposition a eu à être au pouvoir pour la quasi totalité de ses membres. Qu’est ce qu’ils ont fait en son temps pour l’amélioration des conditions de vie des populations ? La majorité qui a à sa tête le Président Macky Sall, a eu à faire ses preuves même avant d’arriver à la tête du pays. Résonnent encore dans nos oreilles les multitudes d’éloges que lui servait à toutes occasions son prédécesseur, pour mission bien remplie sous sa gouvernance. Mieux, comme l’ont constaté tous les bons et sérieux analystes politiques, économiques, etc. sont bien d’accord qu’il est en train de faire beaucoup mieux que tous ses prédécesseurs réunis. Dans cette bataille électorale, certains vont tenter de convaincre pour que les populations aillent voter pour n’importe quel candidat, sauf ceux des partis politiques, argumentant que la fin du monopole des partis politiques a bien sonné. Hé ! C’est méconnaître où se trouve la véritable racine politique de ce pays, née avec les partis politiques et leurs clivages, élevé avec les partis politiques et leurs clivages, mais qui doit forcément trouver son chemin pour l’émergence avec les partis politiques et leurs clivages. Sans Angélisme, ni vœux pieux, tous les espoirs seront encore permis avec cet enfant de Factick. C’est le lieu de signaler que ce serait encore un dommage de voir une opposition avec un ou deux news politiques vouloir créer un brusque réveil à un peuple éveillé depuis 2012. Une chose est certaine pour l’élection présidentielle de 2019, les électeurs ne seront ni « tannés » ni indécis, ils s’attendront à de véritables marionnettes. Au lendemain de ces batailles politiques, de ces jougs électoraux, je demanderais aux protagonistes de prendre conscience de ceci: «Mieux vaut se disputer autour d’une table que sur le champ de  » bataille « (politique). Jean Monnet.
C’est inquiétant que nous soyons devant une opposition qui ne connaît pas son adversaire, qui ne se connaît pas non plus. Alors forcément, à chaque bataille, elle sera vaincue
Djibril Sène membre CRIC

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*