Contribution de Lamine Aysa Fall:  » Sénégal : Alerte cyber-snippers à l’heure du pétro-gaz ! »

Notre pays est vraiment à la croisée des routes. Jamais auparavant, le Sénégal ne s’était trouvé à un tel niveau de complication et de risque dans les prises de décisions de ses plus hautes autorités, et de menace sévères sur l’à-venir de sa souveraineté et de sa stabilité en tant qu’Etat démocratique. Le scénario qui est en train de se dérouler sous nos yeux, présente les germes d’un naufrage politique collectif. Et comme gravé sur les murs d’Augustin : « Lorsque la volonté de Dieu doit s’accomplir, même les obstacles deviennent des avantages ».

Lorsqu’il y a attaque, la riposte s’impose. Toute attaque contre un Etat sérieux appelle une contre-attaque. Mais, peut-on envisager une contre-attaque appropriée sans au préalable établir les bases d’une bonne défense ? Le Sénégal tel que nous le connaissons, vit très mal la web-fraude, les coups de l’espionnage en tout genre ou les trafics de données sensibles chiffrées. Notre Etat, à l’instar des grands pays, s’est-il vraiment préparé à cette vie dans les darknets (partie « invisible » de la toile occupant près de 95 % d’internet) ? Il est évident qu’aujourd’hui, avec la puanteur du pétrole et du gaz, notre pays est en repérage pour moult organisations (politico-affairistes, terroristes financiers, etc), s’il n’est pas déjà en plein dans leur viseur. Généralement, les attaques sont lancées depuis l’étranger et sont l’œuvre de personnes ou de groupes extrêmement puissant et dont les principaux commanditaires sont des délinquants internationaux à col blancs presque intouchables. Certaines vidéos et reportages de cinq minutes maximum reçus et visionnés tout au long de la campagne électorale témoignent à suffisance, si besoin en était, que notre statut de pays fréquentable, depuis la récente découverte de l’or noir et du gaz, intéresse plus d’un. Cette situation continue à en faire saliver une meute d’hommes d’affaire à l’intérieur du pays comme à l’étranger.

Il appert d’une telle situation que des mesures appropriées doivent être prises et des règles de conduite citoyennes clairement énoncées et définies. Qu’arriverait-il si un matin, le Sénégal se réveillait avec le défacement combiné de l’ensemble des sites liés à la gestion de ses finances ? La France s’est dotée de l’Agence nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) dont le rôle est de gérer la sécurité informatique sur les réseaux d’Etat. Le seul problème que connaît notre pays aujourd’hui relève du droit d’auteur, précisément du « piratage » de contenus culturels illégalement partagés. Cela me paraît infime par rapport à l’ampleur du mal qui se profile à l’horizon du monde virtuel. Une chose est sûre, le Sénégal regorge de jeunes pétris de talents et capables de dresser un cyberbouclier efficace à la hauteur de n’importe quelle sabotage dont il peut éventuellement faire l’objet. C’est donc une exigence de gouvernance pour tout Etat sérieux de constituer ses équipesde blogueurs, de youtubeurs, d’experts en logiciel capables de rédiger n’importe quelle ligne de codes, et de « white hats » ouchapeaux blancs, ces hackeursqui ont pris l’option d’accompagnement des « gentils » et combattant à tout prix, les « mauvais ». Cela relève simplement d’une stratégie de communication qui n’a rien à voir avec ce qui se fait en ce moment dans le domaine. Nous avons de grands experts en communication, mais ils sont souvent à recycler, leurs outils sont désuets et ne se rendent pas compte que leur mission va au-delà de la naissance des infox. La vitesse et la rapidité constituent le modus vivendi dans ce monde fait d’anticipation et de brouillage de piste.

Dans sa prérogative de défense des personnes et des biens, détecter, réparer et nettoyer les failles informatiques est un quotidien qui s’invite au cœur des préoccupations du gouvernement de Macky SALL. Notre époque n’est plus celle de Albert Spaggiari (le braqueur de la Société Générale à Nice en 1976), ni même de celle de Qoussaï Hussein (fils de Saddam Hussein en 2003). Les casses de coffres-forts numériques, les détournements d’avions, les attaques (même nucléaires), mais aussi les déstabilisations de régimes politiques peuvent s’exécuter derrière un clavier d’ordinateur ou d’un téléphone portable.Aussi hallucinant que cela puisse paraître, l’ère du numérique à fini d’étreindre le monde, et tous ses maux guettent le Sénégal.

Dès lors, il faut aller au-delà des discours pour secouer le réel. Ce qui se passe sous nos yeux, avions-nous insinué, reste indissociable de la marche résolue de notre pays vers l’émergence. Au moment où le Sénégal pourrait prendre sa carte de membre du club prometteur des pays producteurs de pétrole et de gaz, avec un niveau d’attirance et de fréquentabilité accru, il est d’une nécessité vitale et d’une exigence de souveraineté nationale de se doter d’une telle « armée ». On fait porter des habits du présent à des événements ou des postures de personnalités vécus dans un passé lointain, dans le seul but de manipuler l’opinion actuelle. Des génies de l’image et de la réalité virtuelle mettent en ligne des vidéos traduisant des mœurs totalement étrangères à la culture sénégalaise en nous faisant croire qu’elles ont été prises dans une rue de notre capitale, avec le projet inavoué d’implanter dans les frêles cerveaux de nos enfants la faisabilité/ réalisation d’un tel objectif de communication.

In fine, il est quelque fois difficile de s’en rendre compte, mais le Sénégal est assailli de tout bord par des malveillants, à l’intérieur comme à l’extérieur, à la solde de l’étranger. Aujourd’hui, des tirs groupés sur le frère du Président Macky SALL, demain ce sera le tour de Mansour FAYE (beau-frère), avant d’en arriver à la Première Dame et son fils-aîné ; tout sera mis en œuvre et par ce même biais, pour déstabiliser le pouvoir en place. Les politiciens de l’opposition comme du pouvoir doivent savoir raison garder face à ces hostilités déclenchées depuis l’annonce de l’apparition du pétrole et du gaz dans nos côtes, et refuser d’être les complices d’une telle entreprise.

Lamine Aysa FALL

Militant APR – Thiès

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*