COVID-19, Thiès ne mérite pas cette agression communautaire du virus (Par Cheikh Fall journaliste)

COVID 19. THIES NE MERITE PAS CETTE AGRESSION COMMUNAUTAIRE DU VIRUS (14 CAS POSITIFS) PAR CHEIKH FALL JOURNALISTE.

L’image est forte et renseigne sur la cohérence et l’entente parfaite autour du combat contre la covid19. Sur l’affiche, on aperçoit à gauche le gouverneur de la région de Thiès, Président du comité régional de lutte contre les épidémies, à droite le médecin chef de région bras technique de la riposte. De l’autre côté, c’est le Préfet du département qui sonne l’alerte, les maires Talla Sylla, Alioune Sow, Lamine Diallo, et Pape Bassirou Diop partagent la même table pour définir une nouvelle approche de lutte.

Hé oui il faut barrer la route au coronavirus qui n’a pas sa place dans notre vécu quotidien. Assurément, la capitale du Rail ne mérite pas cette attaque répétitive de ce virus de tous les malheurs. Les observateurs avertis ont suivi de prés comme de loin, l’union sacrée autour de ce combat, pour chasser un ennemi dangereux et dévastateur.

Non Thiès, la belle capitale, cette ville aux deux gares, économiquement et industriellement, bien dotée ne mérite pas ça. De loin, j’imagine le désarroi de la population. De loin je perçois l’amertume et enfin de loin je me sens mal pour avoir adopté et se faire adopter par cette région cosmopolite.

Aujourd’hui par la faute de la covid19, Thiès s’est recroquevillé autour de son propre territoire. Qui l’aurait cru. Pour se rendre à Mbour ou à Tivaouane il faut une autorisation du Gouverneur. Franchement ce virus là agace. Si depuis le début de la pandémie Thiès est à ce stade de cas positifs, ce n’est pas la faute au dispositif. Ni aux moyens de riposte mobilisés. Il faut chercher l’explication ailleurs. Beaucoup de bonnes volontés se sont investies dans des fortunes diverses certes. Peu importe. Ici, l’essentiel est de constater que toutes les forces vives de la ville se sont mobilisées pour le même idéal de terrasser la covid19. Mais elle résiste. C’est pourquoi, l’heure n’est pas de céder, ni de montrer des signes d’essoufflement.

L’heure est au resserrement. Elle ne sonne pas comme une pantoufle. Elle s’impose aux mesures prises. Mais aussi et surtout elle s’impose à l’éveil des consciences des populations. A ce stade de la lutte, elles doivent jouer leur partition en respectant les mesures barrières. La dynamique de la nouvelle approche, produira certainement les effets attendus, pour enfin apporter du baume à cette région apparemment isolée.

En attendant le bout du tunnel, soyez encore plus soudés et ne prenez point comme une sorte de stigmatisation, ces dernières mesures de restrictions prises à l’encontre des régions de Thiès et de Diourbel. Au contraire elles doivent être comprises comme un nouveau départ pour de meilleurs résultats. Ce que les décideurs locaux semblent bien comprendre. Et tant mieux pour la disparition prochaine de cette maudite covid 19

CHEIKH FALL JOURNALISTE

.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*