Défis et réponses face au COVID-19, le point de vue croisé d’une Femme, Présidente de Conseil Départemental

LES DEFIS ET REPONSES FACE AU COVID19 : point de vue croisé d’une Femme, Présidente de Conseil Départemental et du Réseau D’Appui aux Initiatives des Femmes du Cayor (RAIFCA), en mode confiné depuis 15 jours.

La crise multisectorielle, pour aller plus loin que ceux qui pensent qu’elle est juste sanitaire et économique, frappe incroyablement tous les pays du monde. Elle surplombe, jusqu’ici, toutes les expectatives des décideurs politiques et des scientifiques dans les 5 continents du globe terrestre. Tous les pays de notre continent, notre chère Afrique, sont sur le qui-vive, tellement les défis à relever sont énormes face à cette crise. Mesure, sur mesure, au quotidien et rien ne suffit devant un virus, covid19 ou SARS-COV-2, qui semble déterminé à poursuivre son bonhomme de chemin de dévastateur.
Alors se pose la vraie question. Pourquoi malgré toutes ses mesures le covid19 sévit ?

Clairement, parce que le vaccin n’existe pas encore !

Mais il existe des moyens d’écourter son séjour en Afrique, notamment chez nous au Sénégal. Pour ce faire, nous nous devons d’analyser les différents axes de lutte contre le covid19 et déceler les failles et les omissions dans nos différentes actions.

Vu les contours du comportement du covid19, l’axe le plus important est la prévention, en l’absence du vaccin. Dans cette prévention, plusieurs scientifiques ont dit qu’une gorge sèche faciliterait au covid19 son installation et sa course vers les poumons. Alors pourquoi il n’est pas inclu dans les mesures de préventions primaires une recommandation de boire de l’eau fréquemment, comme indiqué par ces scientifiques ; boire de l’eau toutes les 15 à 20mn ?

La prévention, en soi, repose sur une bonne politique de sensibilisation, qui elle-même s’appuie sur une communication efficace. Si jusqu’ici nos populations continuent de se comporter comme si de rien n’était, alors il y a des failles dans la communication, par conséquent dans la sensibilisation, et clairement avec un impact négatif sur la prévention. Pointer la faille revient à aller au 1er niveau du territoire, c’est-à-dire les quartiers. Les attroupements continuent de plus belle là-bas, en pleine journée et même dans la nuit en couvre-feu, particulièrement dans les quartiers les plus populaires. La faille réside sur le fait que les radios, télévisions et technologies ne suffisent pas pour communiquer avec les populations.

L’aspect ou le tact humain est fondamental dans ces circonstances. Un comité de sensibilisation et de surveillance par quartier, par village, composé par ses notables, son président d’ASC, ses religieux, sa « badienu gox », un de ses retraités des services de sécurité et de défense et/ou service d’hygiène, son relais communautaire, … serait mieux écouté et suivi que toute forme de communication institutionnelle, classique ou moderne.
J’en appelle à contribution, au moins, dans le Département que je dirige, Tivaouane. Le niveau social de nos populations fait que seule la politique de proximité retient leur attention. Nous qui sommes au quotidien sur le terrain, parlons d’une chose maîtrisée.

L ‘opinion publique semble être saturée par une livraison d’informations de toutes sortes, non sourcées, assimilables à un lynchage médiatique du Covid19) par les médias et réseaux sociaux qu’actuellement, nous avons commencé à se désinformer, donc à douter

La cause principale de l’infection et sa propagation est l’attroupement. Qui ose dire qu’il n’y a plus d’attroupement avec toutes les mesures de confinement, couvre-feu, barrières de contrôle par ci et là, pour ne citer que celles-ci. Il suffit d’observer nos transports urbains de banlieue ou d’aller au marché pour penser qu’il n’existe pas de covid19 au Sénégal, alors que la phase de contamination communautaire continue d’être la principale préoccupation des services de santé !
Il nous faut absolument trouver un moyen de faire respecter aux transporteurs urbains les mesures édictées et de gérer le flux dans les marchés, garages et arrêts de bus, taxi, clandos … transports de motos, charrettes et pirogues. Presque aucune moto ne respecte la règle d’une personne, édictée.

La gestion de la peur, de la psychose, de l’angoisse des populations, notamment des personnes dites plus vulnérables au covid19. Qu’est-ce qui est fait ! Ces citoyens devraient être les premiers sensibilisés, conscientisés, confinés et aidés ! Ne devrait-il exister une structure d’écoute, une cellule d’assistance psychologique nationale, connue de tous, avec un numéro vert géré par plusieurs cabines de réception, à l’égard du SAMU national ?
Notre jeunesse, notre grande préoccupation nationale est formée par les tout-petits, ceux qui aimeraient tant reprendre le chemin de l’école. Quid du calendrier scolaire ? Qui en parle ? Qui rassure les parents généralement non instruits qui sont sans solution face à la rareté du personnel de service à domicile, face à la réalité du télétravail ou de la rotation obligatoire au service ?

Si la crise perdure, car la vérité est que personne ne sait sa durée, est-ce que le personnel de santé serait suffisant face à une saturation ? Ne serait-il pas judicieux de mettre en place un système de formation intensive en gestion de crise sanitaire, tous les étudiants en dernière année de médecine, d’infirmières (iers) d’Etat, de sage femmes, d’assistance sociale, de communication sociale… pour être prêts à seconder leurs séniors en cas de besoin, mais aussi pour déjà les préparer aux prochaines crises à partir de celle-ci, car, maintenant, il y en aura fréquemment, d’après les scientifiques. On m’avait appris que la planification est gage de succès dans la gestion.

Où sont les comités ad hoc départementaux et régionaux de réflexions sur les impacts économiques, sociaux, environnementaux et culturels de la crise ? On dirait que tout le monde n’attend que les décisions du Chef de l’Etat : d’aide, d’exonération, …. Ce dernier s’étire les cheveux pour régler tous les problèmes causés par cette inespérée crise, mais qui pour l’aider à mieux gérer cette crise et nous aider à mieux nous en sortir ? Bravo, Son Excellence Monsieur le Président de la République, Macky SALL, vous jouez pleinement votre rôle de protecteur en chef de la nation, le pivot au premier rang du front contre cette crise multisectorielle et aux multiples facettes. La balle est dans notre camp de jouer le jeu et gagner ce match, pour nous d’abord, ensuite pour vous. Pour vous paraphraser, Excellence Monsieur le Président de la République, l’heure est grave !

Tels sont les mots d’une inspiration confinée d’une Présidente de Département qui a la nostalgie de la chaleur humaine d’une ville religieuse comme Tivaouane et qui sait que tous les foyers religieux sont plongés dans la profondeur de leur Foi pour nous implorer la clémence divine face à ce dirait-on châtiment d’Allah. Qu’il nous accorde sa miséricorde et protège ses espèces que nous sommes. Amiin

Madame le Ministre Seynabou GAYE TOURE, Présidente du Conseil Départemental de Tivaouane
Présidente du RAIFCA

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*