Destitution: les SMS compromettants ne semblent pas ébranler Donald Trump

Confortés par une série de SMS montrant que la diplomatie américaine a conditionné une rencontre du président ukrainien avec Donald Trump à l’ouverture d’une enquête de Kiev sur Joe Biden et son fils, les démocrates accélèrent leur enquête visant à destituer le président Trump.

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

Aux États-Unis, les démocrates poursuivent leur enquête dans le cadre de la procédure de destitution du président Trump. Ils doivent entendre ce vendredi à huis clos l’inspecteur des services de renseignements. Michael Atkinson a été le premier à alerter le Congrès sur la plainte déposée par un lanceur d’alerte sur le coup de téléphone entre le président américain et son homologue ukrainien.

Jeudi soir, après avoir entendu Kurt Volker l’ancien envoyé spécial de l’administration américaine en Ukraine, les élus démocrates ont révélé de nouveaux éléments à charge contre l’administration : des textos échangés entre des diplomates américains et les autorités ukrainiennes. Ces textos évoquent directement les pressions exercées par l’administration américaine sur l’Ukraine.

Ces SMS sont particulièrement troublants : le premier a été envoyé par Kurt Volker à un conseiller de la présidence ukrainienne juste avant le coup de fil litigieux entre les deux chefs d’État..On peut y lire ceci : « Entendu de la Maison Blanche. Si président Zelenskiy convainc Trump qu’il va enquêter, nous trouverons une date pour une visite à Washington ».

Dans un autre message rédigé le 1er septembre, Bill Taylor, le chargé d’affaires américain en Ukraine s’interroge : « Est-ce que nous disons maintenant que l’aide militaire à l’Ukraine et la visite à la Maison Blanche sont conditionnées par l’ouverture d’une enquête ? ». Et une semaine plus tard, il s’inquiète dans un SMS envoyé à l’ambassadeur américain pour l’Union européenne : « Je pense que c’est fou de conditionner l’aide militaire à un coup de main dans une campagne électorale ». Sentant sans doute le danger venir, le diplomate lui répond « Cessons ces échanges de textos, appelle-moi ».

Les textos échangés entre les diplomates américains montrent aussi l’implication de Rudolf Giuliani, l’avocat personnel du président dans les pressions exercées sur l’Ukraine. Enfin, selon le New York Times, deux des principaux envoyés du président Trump en Ukraine ont rédigé une déclaration pour le président Zelenskiy, après le coup de fil entre les deux chefs d’État : ce texte aurait engagé l’Ukraine à poursuivre les enquêtes demandées sur ses rivaux politiques.

Ces révélations ne semblent pas ébranler Donald Trump

Le président américain s’en tient à une ligne de défense : il affirme avoir agi non pas pour nuire à son adversaire politique Joe Biden, mais pour lutter contre la corruption. « Je me fiche de la politique », vient-il encore de déclarer sur la pelouse de la Maison Blanche, en ajoutant : « mais j’ai le devoir, l’obligation de lutter contre la corruption ».

Donald Trump se présente donc en héros de la lutte contre les malversations. Mais à un journaliste qui lui demandait si dans le cadre de ce nouveau combat, il avait déjà tenté d’obtenir des informations sur quelqu’un qui ne serait pas un adversaire politique le président a répondu : « Euh, je ne sais pas il faudra que je vérifie…».
RFI

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*