Dialogue national, la procédure enclenchée par le Président Macky Sall

C’est au siège flambant neuf de l’Apr situé sur la route de Ouakam que la première réunion du
Secrétariat Exécutif National (Sen) de Macky 2 s’est tenue. Un baptême du feu dans un contexte lourd avec la mise en place d’un gouvernement qui ne cadre pas avec les attentes de beaucoup de responsables de l’Apr. Mais tous les ténors apéristes étaient là, sauf Seydou Guèye.

Il a été noté le retour de Mohamadou Makhtar Cissé. L’ancien directeur général de Senelec qui était membre du Sen lorsqu’il était directeur de cabinet du président de la République fait son come-back avec son titre de ministre du Pétrole et du Gaz. Un novice fait son entrée dans le saint de saints. Il s’agit de Karim Fofana qui intègre le graal. Visiblement, il en était joyeux et n’a pas manqué de l’exprimer. Le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique fait «son initiation » sous le regard envieux de certains responsables de la formation marron-beige.

Mais la rencontre du SEN n’a pas trop duré, juste le temps pour le président de l’Apr de souhaiter la bienvenue à ses lieutenants et de réarmer ses responsables dont la majorité avait le moral dans les chaussettes. Il y avait de l’électricité dans l’air, mais Macky Sall a trouvé la parade en minimisant la frustration ambiante avant de décliner le cap de son nouveau quinquennat. Aussi, a-t-il déclaré qu’il ne sert à rien de s’attarder sur les régions où Benno est sortie victorieuse lors de la présidentielle. Il a plutôt demandé aux aperistes de mener la réflexion et l’analyse appropriées pour inverser la tendance dans les communes de Touba et Thiès, mais aussi en Casamance, où ils ont été laminés. Aussi, s’est-il engagé à matérialiser son appel au dialogue le 28 mai prochain.

A ce titre, il a instruit son ministre de l’Intérieur de prendre langue avec les acteurs politiques, les membres de la société civile et toutes les forces vives de la nation en vue de l’élaboration d’un cahier de charge et des termes de référence.

Mais déjà, une frange significative de l’opposition a décliné son appel. Fort heureusement, la mouvance présidentielle peut compter, au moins, sur la réponse positive du Pds qui a accepté le principe du dialogue.
Seulement avec la modification unilatérale de la Constitution en vue de la suppression du poste de Premier ministre que le chef de l’Etat a engagée, il lui sera difficile de faire comprendre à certains acteurs politiques qu’il a la volonté de dialoguer. Mais en définitive, à quoi sert une majorité ?
Source l’AS

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*