« Dialogue national, la revanche de Macky SALL », par Lamine Aysa Fall responsable APR Thiès-Nord

Dialogue national, la revanche de Macky SALL

La rencontre des forces vives de la nation Sénégalaise au Palais aura été un fort moment de retournement de situation pour le Président de la République. Accusé souvent à tort par certains membres de l’opposition de se débiner des conclusions des Assises nationales tenues en mai 2009, Macky SALL ne pouvait pas mieux faire que d’inventer le subterfuge confirmant son attachement à toujours gouverner pour, par et avec le peuple.

Le dialogue national a débuté avec son lot de grandes promesses à tous les niveaux de tous les secteurs (culturel, politique, social, économique, environnemental, etc). Sous la houlette du Son Excellence Macky SALL Président de la République, à côté du président de l’Assemblée nationale Moustapha NIASS, de la Présidente du Haut Conseil du Dialogue Social Mme Innocence Ntap NDIAYE et du Ministre de l’intérieur Aly Ngouye NDAIYE, le coup d’envoi de cette concertation d’envergure nationale a enregistré la participation des représentants de l’essentiel des « forces vives de la nation » : les différentes familles religieuses et coutumières, l’Eglise, les centrales syndicales, le patronat, la jeunesse, les associations de femmes, le paysannat et ses groupements faîtiers. Aussi, importe-t-il de souligner la présence remarquée de Cheikh Issa SALL, candidat malheureux à la dernière présidentielle, et les représentants d’un courant de pensée du parti PASTEF d’Ousmane SONKO.

Ce quinquennat du Président Macky SALL sera donc fortement marqué par le sceau du dialogue et de la concertation, d’autant que lui-même reconnait l’absence de contraintes ou d’enjeu électoraliste pouvant justifier la convocation d’un tel exercice. Ce mandat de cinq ans présente toutes les garanties d’être celui de la réconciliation véritable d’un homme avec son peuple.

Pour présider à la destinée de ces « rencontres citoyennes », un homme a été désigné et accepté à l’unanimité (pouvoir comme opposition) en la personne de Famara Ibrahima SAGNA qu’une certaine presse avait surnommé « Big Fam » compte tenu de sa forte corpulence. La coordination du comité de pilotage du Dialogue national est comme un poste taillé sur mesure pour cet homme qui a été plusieurs fois ministre, Grand-croix de l’ordre national du Lion du Sénégal, Grand Officier de la Légion d’honneur (France), Knight Commander of the Royal Victoria Order (Grande-Bretagne), Commandeur de l’Ordre National de Côte d’Ivoire. Il compte dans son lot d’expériences, l’organisation du dialogue politique entre le pouvoir et l’opposition d’alors, avec comme cerise sur le gâteau, la médiation entre Abdou Diouf et son rival Maître Abdoulaye Wade débouchant sur la formation d’un gouvernement de majorité présidentielle le 7 avril 1991. Il est sans conteste, l’homme de la situation.

Dès lors que nous avons d’une part, un pouvoir auréolé d’un tout nouveau mandat de cinq ans sans contestation, d’autre part, une opposition désireuse de renouer le fil de la discussion avec le régime et encline à jouer son véritable rôle dans une démocratie renforcée, et entre les deux, l’immense talent d’un négociateur hors-pair, le Sénégal a des raisons supplémentaires d’y croire. Les conclusions issues de la synthèse des centaines de milliers de contributions seront prises en compte par le pouvoir central. Cependant, le commun des sénégalais sera entendu si et seulement si, permission lui sera accordée pour y participer, en dehors des cercles dédiés. Sans exclusive, tout citoyen qui le souhaite, devra pouvoir par écrit ou par quelques autres moyens de communication ou de transmission de ses idées, participer à la consultation nationale. Les autorités sénégalaises auront tout intérêt à ce que le peuple s’exprime et que tout le monde soit entendu. Il ne serait d’ailleurs pas superflu de verser dans la corbeille, les différents cahiers de doléances des centrales syndicales du 1er mai dernier. Quoi qu’il en soit, il ne faudrait surtout pas que le pouvoir en place craigne de recevoir plus de dix millions de contributions, car le but de l’exercice doit être adossé à l’expression plurielle, diverse et variée.

Le Président Macky SALL aurait pu proposer de démarrer les concertations à une échelle plus basse, au niveau local, si bien que dans chaque commune du pays et pour un délai préfixé, fuseraient des contributions d’une grande qualité vers le Comité national de pilotage dont la charge serait de les discuter et d’en produire la synthèse. Mais s’inscrivant dans le mode fast-track, le vainqueur de la dernière présidentielle a estimé nécessaire d’inviter chaque démembrement de la société sénégalaise à envoyer ses délégués dans chaque commission et/ou thématique identifiée et proposée par le Comité de pilotage. Ainsi donc, dans un temps appréciablement réduit, la synthèse de l’ensemble des propositions pourra être déposée sur le bureau du Président de la République.

Il serait intéressant de savoir, au terme de ces consultations, ce que les sénégalais pensent de la réduction du train de vie de l’Etat et des élus, de l’assiette fiscale, de la prolifération des partis politiques et des syndicats, de la dictature des déchets/ ordures et leur gestion, de la dégradation progressive du service public, du système éducatif en vigueur, par exemple.

In fine, cet exercice du dialogue national permettra à terme au Président de la République d’avoir un tableau de bord, condensé de toutes les propositions émanant des sénégalais, susceptible de faciliter sa gouvernance pour ce deuxième mandat. La mise en œuvre de ces grandes conclusions symbolisera une sorte de remise du pouvoir aux mains du peuple, et cela Macky SALL le veut. En choisissant ainsi de gouverner avec ce dernier, il met en pratique un rêve qui lui est cher, vivre une relation singulièrement fusionnelle avec peuple sénégalais.

Lamine Aysa Fall

Militant APR

(Thiès-nord)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*