Le Real terrasse la Juventus Turin et remporte la Ligue des champions pour la 12e fois

Dimanche 4 Juin 2017 posté il y a 2 mois|months

Après une première période de très haut niveau, le Real Madrid a pris l'ascendant après le repos pour punir la Juve d'un réalisme quasi parfait (4-1). Cristiano Ronaldo a inscrit un doublé. Le Real Madrid monte sur le toit de l'Europe pour la douzième fois de son histoire. Toujours plus haut.

Mario Mandzukic, un but pour l'histoire

On se demandait comment allait débuter la rencontre. Avec la peur de voir un match d'abord plutôt fermé avec un long round d'observation. Que nenni. D'entrée, cette finale était au niveau attendu. Avec une Juventus Turin davantage conquérante et à l'aise dans tous les compartiments du jeu. Un premier coup de tête d'Higuain (3e), avant une frappe lourde de l'Argentin (4e), sans problème pour Navas. Puis un premier vrai danger pour la Maison Blanche : une tentative en demi-volée de Miralem Pjanic qui obligeait Navas à se détendre et nous offrir un arrêt de grande classe (7e). Le Real était muet offensivement. Ni Kroos, ni Isco, préféré à Bale, n'arrivaient à enclencher quelque chose. Et pourtant, c'est bien Cristiano Ronaldo, froid comme une lame, qui envoyait le premier éclair. Au terme d'une action collective presque parfaite : une percée de quarante mètres de Toni Kroos, puis un ballon pour Benzema. Le Français donnait à Ronaldo avant que CR7 ne serve Carvajal sur son côté droit. En un coup d'oeil, le défenseur espagnol servait de nouveau sa star, lâchée par Chiellini, en retrait qui concluait (0-1, 20e). Avec un cuir légèrement dévié par Bonucci.



Touchée, la Juve ne coulait pas, mais s'exposait aux contres. Heureusement, Isco gâchait (26e). Moins d'une minute plus tard, cette finale allait prendre quelques degrés de plus. Sur une transversale de trente-cinq mètres de Bonucci, Sandro remettait dans la surface de volée. Le ballon était contrôlé dans la surface par Higuain qui, toujours en l'air, remisait pour Mario Mandzukic. Le Croate, dos au but, maîtrisait le ballon de la poitrine, avant d'accomplir un retourné qui lobait Navas (1-1, 27e). Un chef d'oeuvre extraordinaire. De quoi le comparer au but d'un certain Zinédine Zidane en finale face à Leverkusen en 2002...

Un second acte à sens unique           

À la fin de la première période, on était presque déçu de voir les vingt-deux acteurs rentrer aux vestiaires tant le niveau était cinq étoiles. Et après le repos, on n'a pas du tout eu le même match. Le Real Madrid confisquait le ballon aux Italiens. Et c'en était presque incompréhensible. C'est vrai, les Espagnols mettaient peut-être plus d'envie, étaient plus haut sur le terrain, et enfin dangereux. Varane était proche de conclure après un corner (48e), Modric obligeait Buffon à s'illustrer (54e), Cristiano Ronaldo était trop court pour reprendre un bon centre de Marcelo (58e). La Juventus Turin encaissait, encaissait, et finissait logiquement par plier. Après un centre de Benzema, la tentative de Kroos était repoussée par la défense turinoise. Casemiro, à plus de vingt mètres, ne se posait pas de question et armait. Sa frappe était déviée par Khedira et venait se loger au ras du poteau d'un Buffon qui ne pouvait rien faire (1-2, 61e). Décidément maudit, avec ces deux buts déviés, le portier italien allait être crucifié par Cristiano Ronaldo (voir ci-dessous, 64e). La messe était dite. Surtout, le Real ne se reposait pas sur cet avantage net. Les hommes d'Allegri ne trouvaient pas la potion magique indispensable à un hypothétique retour. Dybala (sorti à treize minutes de la fin) et Higuain traversaient ce second acte tel deux fantômes. Mandzukic, devancé par Modric sur le deuxième but, n'apportait pas non plus de solution. Pour couronner le tout, Marco Asensio ajoutait un quatrième but à quelques minutes de la fin (1-4, 89e). Un score sévère. Mais cette machine espagnole est tout simplement redoutable.

Cristiano Ronaldo fonce vers le Ballon d'Or France Football

Dans le jeu, il n'aura pas brillé, peu trouvé par ses coéquipiers. Et même si le Portugais s'agaçait comme souvent, il patientait, analysait la situation, et savait au fond de lui même qu'il aurait les occasions. Il en a eu deux, il les a mis toutes les deux au fond. Quatre minutes après le but de Casemiro, Modric était plus vif que Mandzukic. Carvajal remisait sur le Croate qui centrait au second poteau vers CR7 qui surgissait devant Chiellini (1-3, 64e). Son douzième but dans cette Ligue des champions. En plus de remporter sa quatrième C1, il termine meilleur buteur de cette campagne 2016/17. On attendait son duel avec Gianluigi Buffon dans la course au Ballon d'Or France Football. Force est de constater qu'il est très bien parti pour le soulever de nouveau fin 2017. Bien sûr, le BO se joue sur toute une année, mais Cristiano Ronaldo vient d'envoyer un sérieux message à la concurrence.

Le Real puissance 12, la Juve maudite

Ça commence à faire. Avec ce succès, le Real Madrid inscrit son nom au palmarès de la plus prestigieuse des compétitions pour la douzième fois de son histoire. Et pour la cinquième fois depuis 2000. Le Real Madrid est la première équipe à conserver ce trophée depuis le Milan AC du tout début des années 1990 (1989 et 1990). Quand à Zinédine Zidane, il entre dans le cercle des plus grands entraîneurs. Depuis janvier 2016, tout ce que le champion du monde français touche se transforme en or. On a envie de croire que les critiques sur ses capacités à coacher vont enfin s'envoler...

A contrario, pour la Juventus, c'est une sixième défaite de suite dans une finale de C1. La troisième au XXIe siècle. Terrible série en cours pour le club italien. Le foot est aussi fait d'histoires cruelles. Celle de cette Vieille Dame est un des chapitres les plus marquants.

francefootball  


1 commentaire(s)
64x64

1

posté il y a 7 jours à 15:38:08

1

Laissez un commentaire
© 2017 THIES24.COM - ALL RIGHTS RESERVED

Create Account



Log In Your Account