Et si Thierno Alassane Sall avait raison sur les salaires et les avantages des directeurs généraux..

Selon un rapport de Mgp-Afrique qui vient d’être publié, les directeurs généraux des agences de l’État toucheraient des salaires mensuels très exorbitants..
Décidément ce régime ne cesse de déplaire les consciences sur sa façon toute particuliere de manoeuvrer le navire étatique..
Parmi les succulentes promesses de campagne électorale de 2011 du candidat Macky Sall, figurait celle sur LA RÉDUCTION DU TRAIN DE VIE DE L’ÉTAT..
Et manifestement sous sa magistère, le moteur administratif sénégalais pompe en moyenne plus de 683 milliards du budget selon des études; ce qui semble inacceptable dans un pays où 6,8 millions d’habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté.
Le taux exorbitant du chômage et l’inégalité sociale sont une réalité au Sénégal.
Selon des chiffres annoncés par l’agence nationale des statistiques et de la démographie, plus de 18,6% de la population jeune vivant en zone urbaine n’arrive pas à trouver de l’emploi. ( Enquête sur le chômage de 2018, ANSD )
Ce qui semble être une paradoxe au regard de toutes ces supposées réalisations comptées dans le bilan du mandat dernier..
Utopie ou réalité, je préfère cadrer mes analyses sur le vécu des millions de sénégalais qui n’arrivent toujours pas à trouver le bout du tunnel..
Les travailleurs crient l’insuffisance des revenus salariaux qui ne répondent plus aux modestes conditions de vie.
En atteste la dernière rencontre des centrales syndicales avec le président de la république où ce dernier leur a ouvertement refusé une augmentation des salaires.
Pourtant Monsieur son excellence préfère satisfaire sa clientèle politique par des nominations à la tête de direction de plusieurs sociétés nationales.
Des directeurs généraux choisis selon des critères politiques et qui touchent plus d’une dizaine de millions de nos francs par mois et par tête..
Ce qui enfonce l’État dans une situation onéreuse..
On se souvient bien des sorties de l’ex DG de l’ ARTP en l’occurrence M. Thierno Alassane Sall qui, quelques jours après sa nomination, a proposé et obtenu auprès du président de la république la diminution de son salaire mensuel de 14 millions à 5 millions frs et de sa dotation en carburant de 3000 litres à 1000 litres.
Il jugeait injuste de recevoir autant de privilèges dans un pays pauvre où même les ambulances manquent de carburants suffisants.
Une décision de marque qui mérite le salut du peuple sénégalais et qui dévoile en outre les dépenses excessives au plus haut sommet de l’administration..
L’heure est à la révision des dépenses publiques, à la cessation de l’affairisme politique qui favorise les marchés de gré à gré et la corruption.
Le cumul de fonctions ne peut être accepté dans ce pays où les diplômés chomeurs se comptent par milliers..
Tout compte fait, le président de la RÉPUBLIQUE DES VALEURS ( RV ) a eu raison de souligner les salaires exorbitants des directeurs généraux et reconforte les récentes études du cabinet Mgp-Afrique sur le système de rémunération de l’administration sénégalaise.
La restauration des valeurs est bien une exigence nationale..

Lamine Gueye, membre de la CELLULE DES CADRES DE LA RÉPUBLIQUE DES VALEURS et responsable de la coordination du département de Pikine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*