Faible taux de pénétration de l’agro-écologie, et si les sénégalais avaient opté pour l’autodestruction

Les spécialistes sont formels. L’agriculture conventionnelle concourt à la destruction de l’environnement, mais aussi de la santé humaine et animale. C’est à cause de l’utilisation abusive des pesticides et autres produits chimiques, à des fins purement économiques. En effet selon les spécialistes, il s’agit de produits nocifs, qui sont utilisés pour améliorer la production, mais aussi accroître les rendements afin de mieux gagner de l’argent. Ainsi la santé des populations est mise en danger en permanence et les mêmes spécialistes prônent l’alternative de l’agro-écologie pour inverser cette tendance. Depuis près de deux décennies, des Organisations Non Gouvernementales (ONG) se sont déployées sur le terrain, pour promouvoir l’agriculture biologique, mais le taux de pénétration est encore faible, étant largement en-deçà de 20%.

C’est comme si les Sénégalais avaient opté pour l’autodestruction à travers les produits issus de l’agriculture conventionnelle, aidées en cela par les autorités publiques, qui ne mettent pas cet aspect au cœur des priorités des politiques publiques. Pourtant, il est établi que plus de 30 % des pesticides vendus dans les pays en développement ne sont pas aux normes acceptées mondialement. La révélation avait été faite par la Fédération Nationale pour l’Agriculture Biologique (FENAB), dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques.

Et leur utilisation est massive au niveau de la zone des niayes, zone par excellence des produits horticoles et qui alimente le marché à hauteur de 30%. Cette sur-utilisation des pesticides et autres produits chimiques créent souvent des accidents de toutes sortes notamment des cas d’intoxication alimentaire. Il s’y ajoute que la nappe phréatique située à moins de 5 m de profondeur par endroit dans les Niayes est contaminée par les pesticides, selon les spécialistes. Ainsi, l’activité essentielle et économiquement importante qu’est la production maraîchère vire doucement, mais sûrement au drame car les produits proposés à la consommation des populations, leur font courir énormément des risques.

Ce qui est d’ailleurs corroboré par une étude faite il y a quelques années, au niveau des structures sanitaires, avec des résultats alarmants, faisant état de graves maladies dues aux produits chimiques. A l’occasion du lancement du Centre de Connaissances en Agriculture Biologique en Afrique de l’Ouest, Ibrahima Seck producteur biologique et Coordonnateur de la Fédération Nationale pour l’Agriculture Biologique (FENAB) avait sonné l’alerte, en disant, « même s’il est vrai que l’Etat sénégalais commence à prendre conscience des dangers réels que font peser les changements climatiques et l’utilisation abusives des intrants chimiques de synthèse sur l’agriculture et l’environnement, il demeure que l’appui et l’accompagnement pour une transition écologique tardent à se faire sentir ».

D’après lui, « depuis trente cinq ans que nous parlons d’une agriculture écologique et biologique on ne nous écoutait pas. Même si on nous a autorisés à agir et soutenus moralement. Nous voulons aujourd’hui que cet appui aille au-delà pour faire en sorte que les subventions et autres accompagnements au secteur de l’agriculture puissent aussi bénéficier à cette forme d’agriculture. D’ailleurs le gouvernement injecte chaque année 60 milliards de Fcfa dans l’agriculture, mais le secteur de l’agro écologique n’a jamais vu la couleur de cet argent ». D’où à ses yeux, la nécessité d’une orientation très soutenue vers l’agriculture biologique, qui demeure une alternative crédible

32 ACTEURS PARTAGENT LEURS EXPERIENCES AGRO-ECOLOGIQUES A THIES

Dans le sillage de la promotion de l’agriculture biologique, 32 acteurs issus des secteurs public et privé, des Organisations Non Gouvernementales (ONG), de la société civile, des institutions régionales, des instituts de recherche, etc., se sont retrouvés à Thiès pendant 2 jours. C’est pour les besoins d’un atelier d’échanges d’expériences entre les projets de terrain et des initiatives similaires, dans le cadre du financement du Projet d’Appui à la Transition Agro-écologique (PATAE) dans l’espace de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Selon Dr Saliou NGom, Correspondant national du projet PATAE au Sénégal, l’objectif de ce projet est d’améliorer les performances des exploitations agricoles familiales pour la sécurité alimentaire, l’accroissement des revenus et une meilleure résilience aux changements climatiques tout en favorisant des processus de préservation et restauration de l’état des écosystèmes cultivés et naturels. Il s’agit à ses yeux, « d’accompagner la transition agro-écologique en Afrique de l’Ouest, de favoriser l’émergence, l’adoption et la diffusion de pratiques agricoles écologiquement intensives dans les exploitations familiales, et de promouvoir des modes de gestion et d’organisation favorisant cette adoption ».

Le Dr Amadou Woury Diallo, Conseiller Technique No 2 du ministre de l’Agriculture, estime qu’il s’agit « d’informer et partager avec les acteurs, au niveau décentralisé dans la zone des Niayes, sur les enjeux de l’agro-écologie et des objectifs des projets PATAE en cours d’exécution, de discuter et échanger sur le niveau d’exécution des projets ainsi que des résultats préliminaires, de convier les participants à une visite d’échange à des sites d’expérimentation d’innovations agro-écologiques ».

L’atelier a été marqué par une visite de terrain, au niveau du site d’exploitation agro-écologique, qui occupe le champ de l’association des jeunes pour la promotion de Notto Diobas, et avec deux spéculations majeures en plein essor végétal, en l’occurrence le gombo et le poivron. Selon Papa Abdourahmane Berthé chargé de la sécurité alimentaire au niveau de l’ONG Hunger Project, chargé de l’intensification du projet agro-écologique et valorisation des produits d’exploitation familiale, ce site où se trouvent des producteurs encadrés par Eclosion, constitue une dynamique pertinente, vers une transition agro-écologique réussie. D’après lui, il suffit de jetter un regard sur ce qu’ils font en terme de réalisations, de pratiques agricoles, pour se rendre qu’ils sont actuellement des modèles qui doivent inspirer tout le monde et permettre, dans les stratégies de mise en œuvre et à partir des leçons apprises de pouvoir se bonifier
Mbaye SAMB ( L’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*