Fin de la transition, redéploiement du personnel, interrogations autour d’une mesure qui a installé l’imbroglio à DBF

Jamais le bout du tunnel n’avait été aussi proche à Dakar Bamako Ferroviaire (DBF), avec la nomination de l’Administrateur Général, en l’occurrence Kibily Touré et la validation du plan de sauvegarde d’urgence dont les premières phases étaient en cours de réalisation. Il s’agit entre autres, de l’acquisition de locomotives, la gestion rigoureuse du foncier. Mais une décision est tombée comme un couperet et émanant de la rencontre interministérielle tenue à Bamako les 26 et 27 décembre 2019. Pire encore, elle sonne comme un arrêt de mort contre le chemin de fer, car mettant fin à la transition à Dakar Bamako Ferroviaire et parlant même de redéploiement du personnel dans des structures appropriées. Cette décision continue de susciter beaucoup d’interrogations toujours sans réponses pour le moment et a installé l’imbroglio à DBF. Ce qui est étonnant est que le procès-verbal qui annonce la fin de la transition à DBF, sanctionne la rencontre entre les deux Ministres des Infrastructures du Sénégal et du Mali, tenue à Bamako les 26 et 27 décembre dernier.

Et le 31 décembre, comme si cette décision n’existait pas, le Président de la République a exprimé avec force dans son message de nouvel an, son engagement de relancer effectivement DBF. Mieux, il avait annoncé que la reprise était imminente et que des locomotives seront réceptionnées courant mois de Janvier 2020. Il avait en outre parlé de la validation par les Etats du plan de sauvetage proposé par l’Administrateur Général, tout en précisant qu’en attendant sa mise en œuvre effective, l’activité doit reprendre. En tenant ces propos, le Président de la République était-il au courant de la décision prise à Bamako ? En tout cas il est clair que l’expression et les instructions du Chef de l’Etat en date du 31 Décembre 2019 ont survenu bien après  » *la réunion de travail*  » tenue à Bamako les 26-27 Décembre 2019. Pour Kibily Touré Administrateur de Dakar Bamako Ferroviaire (DBF), « tout l’appareil d’État est soumis à ces instructions présidentielles qui au demeurant, ont rempli les cheminots du Sénégal d’espérance et de joie ».

Selon lui, « les deux organes de DBF ont été mis en place par une Convention Bilatérale interministérielle, avec un Comité Inter-Etats comprenant les 2 premiers ministres, les 2 ministres de l’Economie et des Finances ainsi que les 2 ministres en charge de la tutelle technique. L’Organe de gestion dirigée par l’Administrateur Général est en charge de la gestion quotidienne des multiples activités de DBF. Si au Mali, il n’y a plus d’activités par contre au Sénégal, il y a de nombreuses activités et un personnel de près de 600 personnes qui assurent entre autres activités, les missions de gestion de la circulation ferroviaire entre Dakar et Thiès, les missions de Sécurisation du trafic ferroviaire notamment de la circulation des trains miniers (GCO et SEFICS). Il s’y ajoute les missions de régulation y compris sur les chantiers du projet Train Express Régional (TER). Pourtant, avec la reprise de la concession des mains d’Abbas Jabber, l’espoir de la reprise du chemin de fer était à nouveau de rigueur, pour que la cité du rail replonge une fois dans les années de gloires.

La concession de Transrail a été résiliée, le lundi 7 Décembre 2015, à Bamako par les Etats du Sénégal et du Mali. A l’époque, le débat autour du sort de Transrail, qui ne cessait d’aller vers le gouffre, avait finalement installé un véritable malaise social au sein de l’entreprise. C’est ainsi que la grande famille cheminote avait nourri un grand espoir avec la résiliation de la concession. Mais force est de constater que les mesures toujours annoncées en grande pompe n’ont jamais fait l’objet d’une mise en œuvre concrète sur le terrain. Et c’est au moment où les lueurs du bout du tunnel commençaient à éclairer l’horizon du rail, avec la validation du plan de relance, qui a vu l’acquisition de 6 locomotives, que la fameuse mesure de Bamako des 26 et 27 décembre 2019, est venue tout remettre en cause.

A rappeler que la concession intégrale du chemin de fer est entrée en vigueur en 2000, mais dès 2004, les acteurs ont commencé à sentir que la démarche n’était pas adaptée pour relever tous les défis de la relance du rail. Il s’en est même suivi une impasse, qui a induit la décision des Etats d’aller vers un nouveau cadre institutionnel. C’est en 2009 que la question a été agitée et à l’époque un cabinet avait été commis pour étudier et voir le schéma juridique adapté à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs. Ce cadre a été retenu par les Etats le 12 mai 2010.

Il est bâti sur la création de société de patrimoine qui va s’occuper de la gestion de la voie sur l’axe Dakar-Bamako, d’une société d’exploitation ferroviaire de Dakar ç Bamako et d’un organe de régulation. C’est ainsi que les deux sociétés qui assuraient jusqu’ici l’exploitation du réseau ont été dissoutes. Ce schéma a été définitivement retenu par les Etats lors de la rencontre de Bamako du 16 décembre 2015 après le retrait de la concession des mains d’Abba Jabber et sa mise en œuvre, prévue dans le premier semestre de 2015, c’est-à-dire au plus tard en fin mars 2015, n’a jamais été effective
Mbaye SAMB (l’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*