Ousmane Sembène fut un grand pionnier des lettres et du cinéma africains

Vendredi 9 Juin 2017 posté il y a 2 mois|months

Il y a dix ans, le 09 juin 2007, disparaissait à Dakar, à l’âge de 84 ans le cinéaste et écrivain sénégalais Ousmane Sembène. Autodidacte, l’homme avait été maçon, tirailleur, docker, avant de se lancer dans l’écriture littéraire et cinématographique, afin d’imprimer sa marque sur les combats essentiels de son temps pour la justice, la liberté et la dignité de son peuple. Il a laissé derrière lui une œuvre impressionnante, empreinte d’engagement et d’indignation féconds, qui a influencé plusieurs générations d’intellectuels sénégalais et africains.

Faisant le récit du « making of » de son livre Ousmane Sembène, une conscience africaine (Présence Africaine, 2010), seule biographie à ce jour consacrée au romancier-cinéaste sénégalais, son auteur, le professeur Samba Gadjigo, raconte la difficulté qu’il avait eue pour s’approcher du protagoniste de son livre, lorsqu’il a commencé à travailler sur le projet. Professeur de littérature africaine aux Etats-Unis, Gadjigo avait envoyé en 1989 un fax invitant Ousmane Sembène à venir parler à ses étudiants de ses combats pour la justice et la dignité des plus démunis.

Ousmane Sembène lors de la première du film «Lone Star», le 10 juin 1996 à New York, aux Etats-Unis. © Evan Agostini/Getty Images

« Je ne suis pas là pour assouvir la curiosités des universitaires américains », fusa la réponse typique de l’artiste, suivie d’une invitation en retour : « Si vous voulez participer aux combats pour la cause africaine, sachez que ces combats se déroulent ici, en Afrique ». Gadjigo fit immédiatement sa valise et se rendit à Dakar pour présenter de vive voix au maître son projet. Il fallait alors tout l’art et le doigté du futur biographe pour persuader l’écrivain de faire le voyage jusqu’à Mount Holyoke College, dans l’Etat du Massachusetts. Sembène finit par accepter l'invitation et put se rendre compte devant les amphithéâtres pleins à craquer que le combat pour la liberté en Afrique passait aussi par les campus universitaires américains.

Pêcheur de père en fils

Ainsi était Ousmane Sembène, tout feu tout flamme. Considéré de son vivant comme le plus grand cinéaste africain et l’un des romanciers les plus importants du continent, l’homme n’était aucunement prédestiné à cette éminente carrière qui fut la sienne. Son destin était en effet tout tracé quand, en 1923, il vint au monde, à Ziguinchor, dans la verte Casamance, dans le sud du Sénégal.

Dans la famille Sembène, on était pêcheur de père en fils depuis des générations. La tradition ne pouvait que se perpétuer, mais c’était sans tenir compte des tempéraments individuels qui poussent parfois les fils de pêcheurs à se révolter   et à s’arracher à leur destin tout tracé. C’est ce qu'advint au fils de Moussa Sembène lorsque, comme le veut la légende, celui-ci se fit radier de l’école à l’âge de 13 ans, pour avoir giflé son professeur qui voulait l’obliger à apprendre le corse. A 15 ans, l’adolescent débarque à Dakar, suit de nombreuses formations les unes plus «rébarbatives » que les autres, avant d’être mobilisé pendant la Seconde Guerre mondiale. Tirailleur au sein de l’armée coloniale, il participe à la guerre au Niger, au Tchad, en Afrique du Nord et en Allemagne, puis revient au Sénégal lorsque la guerre est terminée.

A Dakar, il verra de ses propres yeux les humiliations infligées aux tirailleurs démobilisés. Il assiste également à la grande grève des cheminots du Dakar-Niger (1947), passée dans les annales comme la première grève en Afrique, qui a ébranlé l’appareil colonial. Ces événements lui serviront de source d’inspiration lorsqu’il écrira plus tard Les Bouts de bois de Dieu, son roman naturaliste à la Zola auquel le nom de Sembène est à tout jamais associé. Le livre fait partie aujourd’hui des grands classiques de la littérature africaine.

Source rfi


0 commentaire(s)
Laissez un commentaire
© 2017 THIES24.COM - ALL RIGHTS RESERVED

Create Account



Log In Your Account