Le décès du Premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly rabat les cartes politiques

Le décès du Premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly chamboule la campagne électorale ivoirienne, alors que le scrutin est prévu le 31 octobre 2020. D’autant plus que le parti au pouvoir n’a pas de plan B.

« La Côte d’Ivoire est en deuil et le parti d’Alassane Ouattara est orphelin », explique Thaïs Brouck, correspondant de France 24 à Abidjan, au lendemain de la mort du Premier ministre ivoirien et candidat du parti au pouvoir à l’élection présidentielle, Amadou Gon Coulibaly.

Mort mercredi 8 juillet à Abidjan à l’âge de 61 ans, des suites de problèmes cardiaques, celui qui faisait campagne pour le scrutin du 31 octobre, laisse un immense vide dans le paysage politique ivoirien. Et un siège vacant. Passé le choc de sa mort, une question s’impose à tous : qui va représenter le parti d’Alassane Ouattara à la présidentielle ?

Jeudi, Adama Bictogo, le directeur exécutif du RHDP, a fait valoir sur France 24 que « toutes les options [étaient] sur la table », n’écartant pas la possibilité d’une candidature d’Alassane Ouattara.
france24

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*