Les chroniques du Doyen:Ousseynou Keita, rigueur et compétence (par Majib Sène)

Thiès la capitale du rail, nichée en plein cœur du Cayor, est une terre de refus et de contestation. Elle est aussi le terroir des syndicalistes les plus teigneux, qui ont mené avant l’indépendance, des combats épiques pour l’honneur et la gloire de leurs syndiqués dont la plupart, étaient des cheminots. Des syndicalistes comme Ibrahima Sarr, Ousmane Ngom, Wagué, Aïnina Fall et tant d’autres, sont des légendes qui avaient consacré toute leur vie à la défense opiniâtre des intérêts moraux et matériels de leurs compatriotes, soumis à un système d’exploitation érigé en règle par l’administration coloniale de l’époque. Parmi leurs héritiers, on peut citer un homme d’une envergure exceptionnelle qui s’appelle Ousseynou Keïta.
Fonctionnaire d’élite, sportif de renom, il a marqué ses empreintes indélébiles dans le landerneau des mouvements associatifs tant au niveau régional que national. Président de l’Union Sportive du Rail, il avait réussi à faire de ce club, un sanctuaire pour des sportifs de grande classe dont les frères Dougnon, Bauga, Délégué, pour ne citer que ceux-là. Intelligent, l’esprit alerte, Ousseynou Keïta est le précurseur de ce qu’on appelle le « Sargal », c’est-à-dire, honorer des sportifs d’origine diverse pour services rendus au sport. Il y a quelques décennies de cela, Pathé Fall Dièye, Moustapha Ndiaye, Balla Basse Diallo, Alé Ndaw et moi-même, faisions partie des heureux récipiendaires au cours d’une soirée mémorable à Thiès.

Ousseynou Keïta est un homme d’ouverture, capable à tout moment de réactualiser ses rapports avec ses semblables et sa société d’appartenance. Il se positionne comme un fédérateur en raison de ses sentiments nationalistes et sa volonté inébranlable de répondre présent partout où le devoir l’appelle. Militant du Parti Socialiste, il s’est lancé à la conquête des suffrages de ses compatriotes à l’occasion des élections locales de janvier 2022. S’il est élu, il sera un excellent maire qui saura répondre positivement aux aspirations profondes et légitimes de ses mandants, car l’homme a un cœur suffisamment ouvert pour abriter tous ceux que le hasard met sur sa route. Il est ainsi fait et pour rien au monde, il ne changera.
Majib Sène

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*