Les talibés du Mbacke Mbacké qui avaient battu à mort un voleur, retrouvent la liberté

Les accusés avaient battu à mort un voleur qui s’était nuitamment introduit dans le domicile de leur marabout. Face au juge de la cour d’appel de la Chambre criminelle de Dakar, les accusés Ousmane Dramé, Ousmane Badji et Modou Khoulé ont reconnu les faits mais disent qu’ils n’avaient pas l’intention de donner la mort.

Les accusés Mor Faye, Bara Faye qui ont nié les faits. Selon Mor Faye, ce jour-là, il leur revenait de surveiller la maison de leur marabout qui était en chantier. Vers les coups de 3h du matin, ils ont été réveillé par du bruit. C’est ainsi qu’ils se sont réveillés pour s’enquérir de la situation. Ils ont aperçu un homme qui tentait de s’échapper. Il s’en est suivi une course poursuite. Rattrapé, le voleur a été soumis à un interrogatoire serré de question. «Il a sorti un couteau et a voulu poignarder Ousmane Badji qui, pour se défendre lui a administré un coup de bâton », a dit Mor Faye.

Les talibés l’ont ligoté. A 5 heures, ils sont allés prier. A leur retour, ils ont trouvé qu’il a rendu l’âme. Prenant la parole, Bara Faye déclare avoir également donné un coup de bâton à la victime, parce qu’elle voulait poignarder l’un de ses amis. Ousmane Dramé, quant à lui, nie avoir donné un coup au voleur. Ousmane Badji et Modou Khoulé ont opté pour le silence. Selon le parquet général, les faits sont constants. Les accusés dit-il avaient l’intention de tuer le voleur.

La preuve, ils l’ont attrapé, déshabillé, versé de l’eau chaude avant de le lyncher rappelle le parquet général qui a requis la confirmation de la peine. La défense a sollicité une application bienveillante de la loi. Au finish, le juge les a condamnés à 8 ans ferme. Une peine qui les a permis de recouvrer leur liberté car ils sont en détention depuis 2010.
Source l’AS

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*