L’urgence de l’assainissement de Tivaouane, remise au goût du jour par les fortes pluies

Les fortes pluies qui se sont abattues sur Tivaouane, ont mis à nue la vulnérabilité de la cité religieuse, en ce qui concerne les questions d’assainissement. En effet, plusieurs quartiers sont envahis par les eaux de ruissellement, notamment Djiddah, Keur Khaly, Kouly, etc., causant beaucoup de désagrément aux populations, surtout en cette période de préparation de la fête de tabaski. Selon nos sources, les sapeurs pompiers se sont déployés au niveau de certains endroits de la ville, pour procéder à l’évacuation des eaux avec des motos pompes, mais l’opération est rendue très difficile par l’absence de déversoirs. C’est dire que la cité religieuse de Tivaouane est victime aujourd’hui de ce manque manifeste de réseau d’assainissement dont souffrent d’ailleurs la plupart des villes sénégalaises.

Pourtant en 2014, le Chef de l’Etat Macky Sall avait entrepris un programme de modernisation des cités religieuses, et Tivaouane a pu bénéficier de plusieurs réalisations dont la maison des hôtes, un auditorium, l’élargissement de la voirie et de l’éclairage public, etc. Cependant le programme d’assainissement lancé en août 2018 par l’ancien Ministre de l’Assainissement et qui n’est toujours pas achevé, même si les délais d’exécution étaient fixés à 18 mois, ne couvre que 10 quartiers sur les 72 et ne prend en charge que la problématique des eaux usées, laissant en rade celle des eaux pluviales. Ce programme s’inscrit dans le cadre du programme d’assainissement de 10 villes du Sénégal et financé à hauteur de 70 milliards de Fcfa par l’Etat du Sénégal avec le concours de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD).

Les coûts des travaux spécifiques de Tivaouane sont estimés à plus de 4 milliards de Fcfa. Ils visent la réalisation de 16,53 km de réseaux d’eaux usées, 1558 branchements domiciliaires, deux stations de pompages, 50 édicules scolaires devant impacter 5.000 élèves, une station d’épuration d’une capacité de 2.100 m3/jour dans la ville de Tivaouane. L’objectif visé est d’améliorer les conditions de vie de plus de 22.000 personnes et l’assainissement d’une dizaine de quartiers de la ville de Tivaouane. Il s’agit de Ndiandakhoum, Lamsar, Jaalo, Kouly, Tivaouane Wolof, Escale, Ndoute, El Hadji Malick Sy, Médine, Keur Matar. Et au-delà de cet aspect, les réalisations devraient permettre d’éliminer les réseaux d’eaux usées ménagères, les stagnations d’eaux sur la voie publique, mais aussi de limiter l’exposition des populations au péril fécal. Mais 24 mois après le lancement des travaux, force est de constater que les chantiers sont encore loin d’être achevés. Mais

selon Massamba Diagne Premier Adjoint au Maire de Tivaouane, les travaux sont en cours et avancent dans le bon sens. Sur la situation constatée dans les rues de Tivaouane après les fortes pluies d’hier, Abdoul Aziz Diop affirme qu’en tant qu’acteur de la société civile, il alerte depuis 2016, étant entendu qu’en 2021 ou 2022, la célébration du Maouloud aura lieu en plein hivernage et ce sera un cycle de 10 ans au moins. « Gouverner, c’est prévoir », martèle-t-il, avant d’affirmer qu’il est temps de mettre en place un système d’assainissement, pour mettre définitivement un terme au calvaire des populations pendant l’hivernage.

« Imaginons un Maouloud sous les eaux sans un système d’assainissement adéquat et fonctionnel » s’écrie-t-il. Pour lui, « loin de la fiction ou de la prémonition, c’est une réalité qui peut être vécue si nos gouvernants ne sont pas dans une logique d’anticipation ». Ce cycle de la célébration du Gamou en plein hivernage peut durer 9 à 10 ans selon ses prévisions etTivaouane accueille des millions de personnes durant cet évènement, dont la plupart campent à l’air libre, avec des tentes et des cuisines de fortune. Abdoul Aziz Diop est par ailleurs convaincu que dans ce contexte de pandémie du coronavirus avec les mesures préventives édictées par les autorités surtout en termes d’hygiène, ces eaux stagnantes où pataugent les enfants et surtout les talibés, constituent un terreau fertile pour la propagation de la COVID-19 et même d’autres pathologies.

« L’assainissement est coûteux et souterrain avec un impact fort dans la vie des populations » soutient-il. D’après lui, il urge que l’Etat, « en synergie avec les communautés religieuses, fasse de l’assainissement global (eaux pluviales et eaux usées) une priorité, voire même une urgence, pour venir en appoint aux communes qui abritent les cités religieuses, et qui n’ont pas les moyens de régler les problèmes d’assainissement de manière structurelle »

Mbaye SAMB (L’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*