Mairie de Thiès, entre « dé-complexification » et désacralisation (Lamine Aysa FALL Militant de l’Alliance Pour la République Citoyen de Thiès Ville)

« L’homme se fait lui-même, et il n’arrive à se faire complétement que dans la mesure où il se désacralise et désacralise le monde ». (Mircea ELIADE, Le sacré et le profane)

Après son élection à la tête de la ville, Talla SYLLA, maire de Thiès a jugé absolument nécessaire de dépasser les vieux et têtus clivages. Thiès la capitale du rail, Thiès la rebelle, Thiès ville de refus, Thiès la ville de Diéry Dior Ndella, autant d’appellations qui montrent le passé et le présent belliqueux d’une ville pourtant pleine de charme. Abscons destin pour une cité jadis florissante du fait de sa position géographique corrélée au développement post indépendance du rail. Mais, depuis 2004, Thiès connait une descente aux enfers (économique, infrastructurelle et sociale). Et, selon certaines indiscrétions, la régression économique de cette ville est principalement imputable aux rapports souvent heurtés entre les pouvoirs locaux précédents et l’Etat central.

Ainsi, Talla SYLLA devenu maire de Thiès à l’issu des élections locales de juin 2014, a vite décidé de confirmer sa vision des choses. Son approche nouvelle s’adosse sur les dispositions du Code des collectivités locales qui stipule, en substance, que le maire est chargé de l’exécution au niveau local des politiques publiques du gouvernement. Une mairie n’est-elle pas, dans une certaine mesure, un démembrement de l’Etat ? Cette approche est la résultante de l’évolution personnelle de sa trajectoire, mais aussi d’une savante stratégie permettant de sortir la « Ville-aux-deux-gares » de l’ornière.

Pourtant, les problèmes politiques qu’il a toujours fustigés dans la gestion des affaires pour une meilleure gouvernance sont encore visibles : le ministère de la justice ferré à un attelage gouvernemental et qui rend compte au Président de la République, le cumul des responsabilités de chef de parti et chef de l’Etat, entre autres. Mais, puisqu’il a fait le pari de faire passer l’émergence de sa ville avant même ses propres convictions politiques, Talla avait plus intérêt à fumer le calumet de la paix avec le gouvernement du Sénégal. Il a donc décidé d’accompagner le Président de la République dans la mesure de ses moyens, tout en continuant à décrier, à fustiger et à s’insurger de l’intérieur.

Talla SYLLA héraut de « l’aile dure de la jeunesse malsaine» a définitivement pris ses marques au milieu d’un conseil municipal qui aura juré de ne jamais rien cédé, et de ne rien lui laisser. Il décide ainsi de gouverner localement à sa manière. Lui qui avait réussi à « imposer ses sandales et son manteau » au Président Abdou Diouf, a fait le pari d’aménager son bureau de maire de sorte à mettre à l’aise tous types de visiteurs. Un « mer-gàddu » (matelas en mousse d’une épaisseur de 10 à 14 cm, enveloppé de tissu multicolore) sur une grande natte en plastique et une demi-dizaine de chaises pour les visiteurs, constituent son seul mobilier de bureau. Et sur le mur, trône la photo officielle du Président de la République, comme pour réaffirmer son attachement à la République et à l’Etat. Juste derrière sa natte marron, en guise de siège, se trouve adossé au mur, un grand portrait du premier maire de la ville de Thiès et ancien Président de la République, Léopold Gnilane Ndiémé Sédar Senghor. Une occasion selon Talla, de « donner une seconde vie » au poète-président.

Politiquement, cette nouvelle approche de ce disciple de Majhemout Diop fait la fierté de la majorité des Thiessois. Il faut voir l’actuel maire de Thiès vêtu de son « moom-sa-réew », en patchwork à la façon « Baay-Faal », dans son bureau, pour s’en convaincre. Ce poste de travail qui d’ailleurs, n’a rien à voir avec les bureaux traditionnels de l’administration. Il y en a pour tous les goûts et pour toutes les confessions. Nul ne saurait être dépaysé dans cet endroit. Le maire travaille sur une natte, avec tout ce dont il peut avoir besoin à portée de main. Difficile de croire que tout est parti d’une banale histoire de retard de livraison de mobiliers de bureau. En réalité, avec ce ratage dans l’exécution d’un marché, le premier magistrat de la ville de Thiès ne savait pas qu’il avait rendez-vous avec ses propres traditions.

Son statut de leader et de précurseur est du coup devenu ineffaçable. Il a entrepris de s’attaquer à un pilier de la sacralisation du pouvoir en essayant de supprimer la distanciation physique symbolique. Or, en instaurant une distance entre celui qui gère le pouvoir et celui qui en est sujet, les princes ont voulu instillé aux peuples l’idée d’une impossibilité de s’approcher d’eux. Tenir le peuple à distance du pouvoir et de celui qui le représente a longtemps été le point nodal de la garantie de l’autorité du prince. Talla a donc choisi de réduire drastiquement cette distance symbolique pour faire corps avec les populations thiessoises, d’où sa présence en temps et en heure, aux différentes invitations de ses concitoyens : baptêmes, enterrements, cérémonies religieuses chrétiennes ou musulmanes, à la mosquée comme à l’église, soirées récréatives, etc. Sous ce rapport, Talla frôle le don d’ubiquité. Il est proche des populations par le langage, par le ressenti, par le port vestimentaire. C’est devenu une lapalissade que de dire à Thiès que le maire est proche de ses administrés. Jamais auparavant, Thiès n’a eu un maire aussi accessible.

Arrivé à la tête de la magistrature locale par pure génie politique en soufflant ce poste à d’autres prétendants-responsables du parti REWMI, Talla SYLLA se contentera de n’agir que pour les thiessois. Qui plus est, il considère qu’il n’est le rival de personne dans l’institution municipale. Mué en véritable félibre du bilan de son ami Macky Sall durant les dernières élections présidentielles, il semble affirmer que l’opposition systématique aux projets du gouvernement dans la ville est une attitude inopérante et nocive. Il a du flair. Il sait bien que le corps physique est soumis à la maladie, au temps et la mort, contrairement au corps politique qui est éviternel, puisqu’il a un début, mais ne connaîtra pas de fin. C’est d’ailleurs, ce corps politique qui inscrit la société dans cette sorte d’immortalité. Dès lors, en tant que maire de la ville, dépositaire du pouvoir local, il est devenu une sorte d’homo politicus nouveau, comme on en voit surgir dans presque tous les pays du monde. Et, en décomplexant et désacralisant son propre statut avec un si grand art, Talla s’inscrit lui-même dans l’immortalité.

La réduction de la distance par la désacralisation/ démythification qui a fait de lui un homme-du-peuple, lui a été facilitée par une bonne maîtrise des techniques de communications. Talla sait se donner les bons prétextes de communication, et ses nombreux inconditionnels sont bien présents dans les réseaux sociaux pour le renforcer. Ce qui permet au leader de Fal Askan Wi d’être exposé, plusieurs fois par jour, sur les pages facebook, les groupes wattsapp, dans les unes des journaux en ligne et les « télévisions de proximité ». Sans être excessif, la sur-médiatisation d’un leader ne se traduit pas tout le temps par un désavantage politique, surtout lorsque l’ancrage social de ce dernier ne fait pas l’ombre d’un doute. Il a une parfaite maîtrise des outils médiatiques pour bien communier avec ses concitoyens. Nous nous souvenons d’ailleurs, avoir entendu l’ancien ministre Maguette Thiam, du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT), lancer après avoir écouté Talla SYLLA : « Voilà quelqu’un qui sait parler à son peuple !». C’était au temps d’IDEWA (Initiative pour le Départ d’Abdoulaye Wade).

Ainsi donc, le jeu de sacralisation/ désacralisation mené par Monsieur le maire de la ville de Thiès relève plus d’une stratégie de conquête de l’amour des thiessois que d’une démarche guerrière contre les intérêts de ses adversaires. Ravigoté par les engagements du Président Macky Sall en 2014, d’injecter une manne financière d’environ 447 milliards à travers de programmes d’investissement publics à Thiès, le nouvel édile compte bien se battre pour empêcher que sa ville ne tombe entre d’autres mains. Le défi principal du maire Talla SYLLA est d’achever tous les « chantiers inachevés » de Thiès. Ce sera un élément très pesant de son bilan, pour les prochaines élections locales.

Lamine Aysa FALL
Militant de l’Alliance Pour la République
Citoyen de Thiès Ville
lamineaysa@gmail.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*