Mohamed Diallo APR Thiès: « Président, Taxawul askan wi ! Ne vous laissez point divertir, au travail ! »

Mes respects Excellence.
Le 24 février 2019, le peuple sénégalais avait à nouveau décidé de vous choisir pour conduire sa destinée à la tête de la nation. Près de sept (7) mois après, des voix s’élèvent soupçonnant et dénonçant sans les citer des membres de votre famille politique (APR) l’ambition de vouloir vous succéder à la magistrature suprême. Cette dénonciation aura fini de vicier des comportements de militants et relations entre camarades de même parti
N’ayant jamais organisé le parti (même avec une structure légère) en dehors de certaines localités, le Président, vu le choc des ambitions aidant, a dû constater que certains sont allés jusqu’à mettre sur pied leur propre mouvement ou plateforme tout en évoluant dans le parti. Et cette situation favorisa l’individualisme de certains membres ou alliés de l’APR.

Les questions que nous sommes en droit de nous poser sont celles-ci : « cette situation n’est-elle pas liée à la méthode du président de l’APR ? Pourquoi Macky n’a pas osé structurer le parti ? Macky Sall n’a-t-il pas cherché à être le seul maître à bord, la seule constante pour tirer toute les cartes ? »
Qui sont ces responsables qui une fois nommés ont osé faire la promotion des amis, des militants de Macky Sall au léger détriment de leurs inconditionnels. Pour avoir apprécié leur démarche, nous nous garderons de citer des amis, mais le ferons pour le Ministre Mame Mbaye Niang qui quoi qu’on puisse lui reprocher, au moins politiquement s’accompagnait des hommes du président et rarement de ses hommes à lui.

Ceux-là qui dénoncent ou qui entretiennent des rumeurs de soit disant ambitions fœtales, embryonnaires ou dormantes, ont-il utilisé de large consensus afin d’accompagner les hommes du président ? Ont-ils fait la promotion des compagnons du président Macky Sall ou ont-ils fait la promotion de leurs hommes de main, des laudateurs, des insulteurs publics du plus offrant responsable politique de l’instant présent ? Voilà des situations à éclairer. Président renseignez-vous et vous aurez la réponse à une question cruciale de la léthargie, du profond sommeil, du sommeil comateux de l’APR et partant de Benno, d’où la forte suspicion d’ambition quelconque. Vu leurs comportements et agissements, n’ont-ils pas été les premiers à avoir des ambitions tues ou sont-ils de simples mercenaires politiques à la recherche perpétuelle de la solde de tout président ? Qu’ils arrêtent de jeter l’opprobre sur des responsables qui ont tant sacrifié, et qui jour et nuit, continuent de travailler pour la réussite du Président Macky Sall. Autrement, la défiance sera la règle, l’affrontement la norme.

Tout le monde n’a pas la capacité de défendre le président dans les plateaux de télévision. Sont-ils assez outillés pour cela ? Et l’école du parti, et la convergence des cadres républicains dans tout ça ? Certains sont, et excellent sur le travail de terrain, d’autres dans les réseaux sociaux…. C’est même manquer de respect au président qui avant de prendre un décret de mesure individuelle apprécie de l’opportunité ou pas de nommer un (e) tel (le) à un poste.
Alors jouez à votre jeu favori et arrêtez de vouloir tromper encore une fois le Président Macky Sall ! Arrêtez chers « poli presseurs du Mackyland ». Qu’avez-vous fait en son temps pour défendre le Président. Si des responsables refusent d’aller au charbon, au lieu de les dénoncer, allez-y défendre le Président, et comprendra qui devrait comprendre et être assuré de votre loyauté, votre engagement basés sur la forte conviction qu’il est le meilleur.
Président ne vous laisser point divertir, car certains vous trompent et veulent vous tenir isolé afin de mieux créer votre incompétence pour exister !

Et au nom de quoi les compagnons, les camarades, les fidèles à Macky Sall ne doivent pas avoir d’ambitions. Si tel est le cas Président, sachez que vous n’êtes entouré que de personnes d’une modestie mal placée et non d’une humilité courageuse. Et là, il y a de quoi avoir peur car ils ne feront que vous raconter des contres vérités pour vous plaire.

Le Président aurait-il, politiquement des perspectives inavouées que certains, ignorants, veulent prêter à ses collaborateurs et camarades? Lui seul saura répondre. Autrement qu’ils acceptent et que nous acceptions aux uns et aux autres ce souffle d’ambition cellulaire supposée que les amis, les collaborateurs ou camarades du Président pourraient avoir afin de perpétuer son œuvre après un deuxième mandat qui nous espérons répondra à beaucoup d’attentes. Attentes pas seulement de nos compatriotes, mais du monde entier qui, désormais a l’œil rivé sur le Sénégal en passe de devenir ce nouveau « Eldorado » grâce à ses ressources humaines, ses ressources naturelles et à son plan Sénégal émergent.

Quant au camarade Moustapha Diakhaté, en tant que Ministre conseiller, il a le droit, le devoir et l’obligation de donner son avis sur la gestion des affaires par le président. Dés lors, pourquoi l’attaquer ? Tout ce qu’on devrait lui reprocher c’est le fait de l’étaler sur la place publique alors que son rang et sa qualité lui permettent de parler au président en respectant le protocole interne sans dénigrer. Comme le Président a les possibilités de le lui faire savoir, et en cas de non-respect des principes élémentaires de solidarité gouvernementale, de se séparer en gentleman politique.

Pour le cas Ousmane Sonko, nous n’en parlerons pas et vous invitons ainsi que vos collaborateurs à faire pareil, car il est clair qu’il ne fait que dans le harcèlement, la manipulation et surtout dans la déconstruction.
Nous pouvons être sûrs que l’homme Macky Sall, restera dans le temps des résultats concrets, le temps de la réalisation des aspirations de son peuple.
Président, davantage au travail, le peuple attend plus de vous car il sait que c’est dans vos possibilités !
Et au cas échéant, nous vous proposerons politiquement d’organiser (quel que soit le format) votre parti ; bien sûr au lendemain des locales prochaines, cela est un impératif.
Concernant le chef de l’opposition, le peuple a clairement choisi l’ancien Premier Ministre Idrissa Seck arrivé deuxième (2ème) derrière le Président Macky Sall à l’élection présidentielle de 2019. Vous pourriez leur allouer à ces candidats malheureux à ce type d’élection un fond politique qu’ils se partageraient et cela proportionnellement aux résultats obtenus par chaque parti ou coalition. Et partant le montant de la plus faible de ces parts verra un autre fond que vous partagerez également proportionnellement aux partis et coalitions siégeant à l’assemblée nationale et n’ayant pas participé aux présidentielles. Le Président ne devrait-il pas être d’égale considération et avoir un comportement équidistant par rapport à la classe politique opposante ?

Concernant l’électricité, la sensibilisation à l’économie d’énergie pourrait être renforcée. Nous vous proposerons également que les services de tous les secteurs d’activités relevant de la fonction publique ou établissements à caractère public puissent se mettre aux énergies renouvelables, énergies propres. Et dans l’éducation, cela peut aller jusqu’au collège d’enseignement moyen car l’élémentaire disposant rarement de moyens conséquents. Quant à l’eau, point d’idées pour le moment, mais un travail intense de sensibilisation et de conscientisation à l’économie d’eau pourrait apporter un léger mieux. Pour le carburant, ne vous focaliser point sur la rationalisation des dépenses publiques jusqu’à ralentir voire freiner le travail de certains services ; car à niveaux de responsabilités semblables, les volumes de travail et de consommation en carburant peuvent être différents. Une étude sérieuse pourrait être effectuée au préalable pour une meilleure appréciation.

Pour l’éducation nationale, nous saluons tous les efforts consentis par votre gouvernement depuis 2012, mais tant que l’accent ne sera pas mis sur la lecture, les mathématiques et l’orthographe en cours d’initiation (CI) et préparatoire (CP) et que les notes de conduite soient prises en compte dans le calcul des moyennes semestrielles, le règlement intérieur d’établissement retourné à l’école avec signature et numéros de téléphone des parents (qui seront convoqués au besoin) et le respect des accords gouvernement-syndicats d’enseignement effectif, ce sera le statu quo ou cela ira de mal en pire.

Tout en invitant tout salarié (du privé comme du public, du formel comme de l’informel) au mérite du salaire pour le travail bien accompli ; salaire qui à coup sûr servira. « Alal dafa wara léw, nguir meuna dieurigne ; niakkh dieurignou laniou wakh. » Pour favoriser la régularité de l’acquittement des taxes et impôts, initier la culture de leur obligation et de leur nécessité et qu’en retour ces derniers soient utilisés au bénéfice exclusif des populations de manière optimale.

Nous proposerons aussi de davantage vous accentuer dans l’organisation, la méthode du travail pour aboutir à des résultats tangibles qui prendraient en compte les préoccupations et aspirations des populations. Pour cela, la cohérence ne serait-elle pas de faire des gouverneurs, des préfets et sous-préfets, moyens à leur disposition, accompagnés d’ingénieurs en développement local et/ou autres, les moteurs du plan Sénégal émergent ? Oui pour une administration performante, de développement pour une meilleure célérité, efficacité et efficience de l’action gouvernementale ! Dans tous les cas, tout est question d’organisation et de méthode.
Taxawu askan wi, wakh ak Macky !
Un militant, parmi les actionnaires majoritaires du parti à Thiès, qui souhaite de tout cœur voir aboutir votre ambition de faire du Sénégal un pays émergent.
Fait à Thiès, le 4 septembre 2019
Mohamed DIALLO
Responsable politique APR Thiès-Ouest

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*