Opposition : inélégante rupture du gentleman’s agreement (Par Lamine Aysa FALL Militant de l’APR, Citoyen de Thiès-ville)

La fin de l’année 2019 au Sénégal était marquée par un surchauffement du front social. Les centrales syndicales dans tous les secteurs de la vie étaient en alerte maximale. Toutes étaient sur le pied de guerre. Et, à l’éternel grogne des enseignants, s’étaient jointes « les blouses blanches » dont la participation à la lutte revendicative était redoutée de tous. On se souvient de la grève du Cadre Unitaire des Syndicats de la Santé pour la Justice Sociale (CUSS/JS), les 25 et 26 février derniers. Sur le plan politique, les leaders de l’opposition avaient fini par se greffer à la plateforme revendicative des travailleurs. Dès lors, la société civile et les partis d’opposition avaient repris la rue sous le prétexte d’une « mauvaise gestion des ressources pétrolières et gazières ».

C’est dans ce contexte de fournaise sociale proche de la cassure qu’un cas importé de malade du Coronavirus était déclaré. Il s’agissait, on s’en souvient bien, de ce patient de nationalité française. C’était le 02 mars 2020. A l’époque, tous les regards étaient tournés vers le Palais de la République, et tout le monde se demandait pourquoi le Président Macky SALL ne prenait pas la décision de fermer nos frontières afin d’anticiper sur une éventuelle rupture de la chaîne de propagation du virus assassin. C’est à ce moment précis que le silence commençait à installer ses quartiers dans le camp de la revendication, suite à un gentleman’s agreement entre les « forces vives de la nation ». Les ténors politiques comme les responsables syndicaux observaient alors une trêve pour mieux faire face à la pandémie. Aussi, le premier responsable de la République était-il la seule voix autorisée attendue par le peuple sénégalais. C’est la manière dont les Sénégalais avaient choisi de lui manifester leur confiance. « Monsieur le Président, décidez, et nous vous suivrons ! » semblaient lui dire à l’unisson, toutes les franges de la population.

Le Président Macky SALL à travers une communication de vérité rendait ainsi compte à son peuple, par le biais d’adresses périodiques en relation avec l’évolution de la maladie. Et, depuis l’entrée en guerre de notre pays contre le COVID 19, chaque jour, un point de situation est fait par les responsables du Ministère de la santé, en toute transparence, sans tromperie. Nous sommes d’ailleurs heureux de constater qu’avec cette crise inédite et singulière, nos compatriotes ont bien choisi de rejeter la ruse et la démagogie. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs, la récente sortie d’Ousmane Sonko, tel le sursaut d’un adolescent arraché à son sommeil par un violent cauchemar, ne les a pas sensibilisés.

C’est à croire que le leader du parti Pastef venait de rater à la fois, une occasion historique de gagner en crédibilité et en sérieux, et une opportunité unique de faire définitivement corps avec le peuple sénégalais. Ainsi, pour beaucoup de compatriotes, Sonko est cet enfant de la scène politique qui adore avoir l’attention sur lui, sauf que cette fois-ci, le moment ne semblait pas opportun. Sa politique puérile de va-t-en-guerre venait de le tourner en bourrique. Tel est pris qui croyait prendre ! Son prétexte d’être toujours victime des abus et mensonges du pouvoir n’ont pas pu l’en sauver. En faisant sa déclaration du 13 mai, le jeune Ousmane Sonko s’est dangereusement enfermé dans un étroit débarras, alors que son objectif était de s’ouvrir une grande salle d’attente pour 2024. Mais selon certains observateurs malheureusement, ses votants de la Présidentielle de février 2019 commencent à douter de sa capacité à diriger un pays. Il est clair, depuis sa dernière sortie, que sa posture de « guerrier de la classe » va bloquer encore longtemps son expansion.

Nous l’avons constaté, cette période que nous vivons est très favorable aux oppositions. Mais, les sénégalais se posent certainement la question quant à l’existence dans la classe politique, d’une personnalité qui serait capable de faire mieux que le Président Macky SALL face au COVID 19.

Par ailleurs, l’opposition républicaine sénégalaise est consciente de la gravité du moment. Elle a validé, à la suite du Président de la République, toutes ses grandes décisions dans le cadre de la lutte engagée contre le Coronavirus. La riposte est la meilleure des défenses, nous a-t-on appris. Comme l’a si bien rappelé le leader de Pastef, « à situation exceptionnelle, comportement exceptionnel ». Toutefois, il lui faudra du temps pour se rendre compte que la situation exige que les sénégalais fassent exceptionnellement bloc pour la consolidation de l’unité nationale observée depuis le début de la crise. Le sécessionnisme et le séparatisme ne peuvent produire que du mépris et de la caricature. Il est évident que le Sénégal attend bien plus de ces valeureux fils. De bons conseils auraient pu lui apprendre que son systématisme caricatural ne s’accommode pas d’un présidentiable crédible et sérieux. Dès lors, Sonko, coincé dans son étroit débarras, semble condamné à poursuivre sa route parsemée d’invectives et de vaines protestations.

La vraie opposition sait que le peuple sénégalais est exigeant et attend toujours de lourds sacrifices de la part de ceux qui aspirent à le diriger. Et le plus lourds d’entre eux est de l’ordre de la renonciation aux projets individuels au profit du projet collectif, dans le cadre d’une entente nationale. L’opposition responsable a donc choisi son camp, celui du Président Macky SALL, mais de manière franche et critique. Elle participe activement et de façon responsable aux délibérations du Comité de suivi des opérations de la « Force Covid 19 ». Elle sait que, même s’il y a quelques manquements dans le processus, cela n’entache en rien le rigorisme de gestion de crise prôné dès le départ par le Chef de l’Etat, seul gage du maintien de confiance. Comme dans toute entreprise humaine, il y a des ratés. Et le processus de riposte enclenché dans notre pays ne sera pas épargné.

Bien sûr qu’il y a eu des insuffisances déclarées concernant une éventuelle distribution de perdiem aux membres du Comité de suivi, les suspicions dans l’attribution de marchés (riz, huile, sucre, …), mais rien qui soit directement lié à la responsabilité du Président Macky SALL. Bien entendu, cela ne dédouane pas le pouvoir, et il faut tenir compte de l’immense besoin de démocratie du peuple Sénégalais. Il faudra donc maintenir le cap. Toutefois, « on ne peut sauter plus haut que son ombre » et les moyens injectés dans la riposte, aussi modestes soient-ils, sont à la hauteur de l’économie de notre pays.

En définitive, l’argumentaire qui précède nous amène à penser au rôle que l’opposition sera amenée à jouer à la fin de cette crise. Une nouvelle ère qui s’ouvrira et qui sera totalement différente de ce que nous avons connu jusqu’ici. En période de crise comme celle-là, les sénégalais sont en demande de plus de transparence, de sérieux, mais aussi de rigueur, ce qui fait du Président Macky SALL, l’homme de cette situation. Et pour tous les autres, qui ne sont mus que par le principe du « ôte-toi, que je m’y mette », le costume du présidentiable n’est pas toujours aisé à mettre. Qui plus est la colère d’une opposition maladroite et fébrile ne pourra en rien ébranler un Président de la République déterminé à rendre possible ce qui est nécessaire pour les populations.

L’enseignement fondamental, à tirer de cette crise du Coronavirus par la classe politique, est le nécessaire changement de paradigme à opérer dans tous les domaines de la vie : social, syndical, politique. Les sociétés devront nécessairement aller vers plus d’humanité, de sobriété, et moins de scientisme et de boulimie.
« Le mensonge n’est bon à rien, puis qu’il ne trompe qu’une seule fois » (Général De Gaulle)

Lamine Aysa FALL
Militant de l’Alliance pour la République
Citoyen de Thiès-ville
lamineaysa@gmail.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*