Pour siffler la fin de l’embrouille dans le Pays, Tivaouane l’espoir. (Par Cheikh Fall journaliste ancien chef RTS Thiès).

Sur les routes du centenaire de la disparition de Maodo.  (Série N°3)

Pour siffler la fin de l’embrouille dans le Pays, Tivaouane l’espoir.  Par Cheikh Fall journaliste ancien chef RTS Thiès.

Enlevons d’abord le colibacille avant l’irréparable.

De la capitale de la tidiania, nous attendons la délivrance. Le temps de la commémoration du centenaire de la disparition de Seydi El hadji Malick Sy, Tivaouane va nous plonger dans cet espoir inouï. Oui face à la situation qui ressemble à une congère, les prières qui seront dites pendant ces journées, constituent un miroir de sortie de crise. Dans ce duel infernal que se livrent le pouvoir et une partie de l’opposition, le seul perdant  reste le peuple sénégalais tout entier. Ce peuple demande tout simplement à ceux qui le dirigent, de le protéger et de le soutenir. Il les supplie de lui enlever le colibacille qui s’embrase, avant l’irréparable. Et comme les nombreux appels à l’apaisement ne pèsent pas beaucoup sur ces troubles, alors prêtons une oreille attentive à ces moments de ressourcement, qui peuvent bien nous conduire à la délivrance. Nous fondons notre  espoir sur la présence annoncée du chef de l’Etat à Tivaouane. A cette occasion, les échanges  entre le Khalif général des tidianes et le Président de la République seront très attendus. Les deux hautes autorités, qui incarnent le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel vont à coup sûr, aborder dans ses moindres détails, la situation actuelle en vue de trouver des solutions pour le bonheur de tous.

Tivaouane et pouvoir temporel, la nécessaire cohabitation.

Que les démons se le tiennent pour dit. Ces journées de recueillement et de prières constituent de grands espoirs. Et comme le Président de la République sera accueilli par 5000 enfants des daaras habillés en blanc d’après une note d’information des organisateurs, comment ne pas garder l’espoir. Les moments de visite de chantier de la Grande mosquée de Tivaouane par le Président de la République, le vernissage de l’exposition sur la vie et l’œuvre d’EL Hadji Malick Sy et de sa famille, la cérémonie de présentation du nouveau Dîwân d’EL Hadji Malick Sy, l’ouverture officielle avec l’allocution du maire de Tivaouane, celle du représentant  du roi Mouhamed VI, celle du président de la République et celle du Khalife général des Tidianes sonneront l’accalmie de ces chaudes empoignades notées dans la capitale sénégalaise.

Les organisateurs de ces rassemblements de contestation ont choisi de décaler leur manifestation jusqu’au 29 juin le temps de laisser se dérouler cette commémoration prévue du 24 au 27 juin. Vous constaterez avec moi que tout le Sénégal est sensible à cette commémoration. Il suffit de saisir cette belle opportunité car? et nous en sommes convaincus, toute la classe politique sera à ce rendez-vous. C’est ainsi car les gouvernants et leaders politiques, tout comme la société civile, sont très à l’aise dans la cité sainte de Maodo. Mais nous allons nous appesantir sur la marche de l’administration dans une ville comme Tivaouane où l’autorité religieuse doit être écoutée.

Quelle soit préfectorale ou municipale, la collaboration entre le pouvoir temporel  et spirituel  ne devra souffrir d’aucun malentendu, si chacun maîtrise le rôle de l’autre. Des missions régaliennes et de gardien de l’héritage de Maodo, font bon ménage. Tout le monde en convient. Le Khalife général fait rayonner Tivaouane la lumière de l’islam, oriente les fidèles sur la portée des enseignements de Seydi El hadji Malick Sy, le préfet comme le maire, chacun dans ses prérogatives, l’accompagnent dans cette tâche. Ici le mot accompagnement a tout son sens. Ainsi les deux pouvoirs spirituels et temporels, qui ont compris cette complémentarité, seront  au service exclusif des préoccupations des populations. Parce que d’une part, les autorités religieuses de Tivaouane tiennent à la perception de l’islam, qui est une religion de paix et de justice. Et d’autre part, le pouvoir temporel mise sur cette dimension pour mieux conduire les affaires de la cité et asseoir la stabilité.

Autrement dit, les autorités religieuses qui restent  dans le sillage de la science islamique, n’enfreignent en rien le rôle du temporel. Grand Foyer Religieux mais aussi capitale départementale, il reste indéniable que Tivaouane reste toujours lié au nom de Seydi El hadji Malick Sy, car l’enseignement de ce dernier a fini de se fructifier et de s’encastrer au-delà de nos frontières. Tivaouane est une capitale départementale avec tout ce que cela comporte comme règles de l’administration, mais il n’en demeure pas moins que tous ses fondamentaux sont tirés de sa dimension religieuse et  de l’empreinte de Maodo. C’est ainsi que les autorités administratives et municipales, déroulent leur programme de développement dans le respect de ce statut. Et chacun y trouve son chemin. La nécessaire cohabitation de ces deux pouvoirs est bâtie sur ce socle. Notre espoir de la délivrance se justifierait, si ces retrouvailles pouvaient siffler la fin de l’embrouille dans ce pays et nous ouvrir les portes de la lumière pour un Sénégal de paix, de stabilité, d’unité et de foi.

Cheikh Fall.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*