Prise en charge des urgences, l’hôpital régional de Thiès foule au pied la circulaire ministérielle

A Thiès l’application de la circulaire rendue publique récemment par le Ministre de la Santé sur la prise en charge des urgences pose problème, en tout cas au vu de la scène qui vient de se produire au Centre Hospitalier Régional El Hadji Amadou Sakhir Ndiéguène. La scène renvoie à une volonté de fouler au pied la décision prise dans le cadre de la politique de prise en charge des urgences dans les structures sanitaires et hospitalières.

En effet ce week-end, une ambulance en provenance de Mont-Rolland a débarqué au service des urgences du centre hospitalier régional El Hadji Amadou Sakhir Ndiéguène, avec à son bord, un homme victime d’un accident de la circulation. Il s’agit en réalité d’un chauffeur de taxi clando, répondant au nom d’Ablaye Diène, qui a perdu le contrôle de son véhicule, qui a heurté un arbre, avant de faire un tonneau. Il s’en sorti avec des blessures et après les premiers soins à Mont-Rolland, l’infirmier a pris la décision de le référer à Thiès, pour des examens beaucoup approfondis, d’autant plus que le malade se plaignait de maux de tête. Mais arrivé aux urgences du Centre hospitalier régional de Thiès, le chauffeur de l’ambulance, pourtant muni d’une note d’évacuation en bonne et due forme, a eu la surprise de sa vie car les agents en service ont voulu refuser de prendre en charge le malade, évoquant un problème de place et sans même prendre la peine de s’enquérir de son état.

Mais l’ambulancier en l’occurrence Bernard Ciss, a lui aussi refusé de faire bouger l’ambulance d’un iota, tant que le malade y est. C’est le début de conciliabules et le malade est resté dans l’ambulance, étendu sur une civière et devant les urgences pendant plus d’une heure. Il a fallu même que des journalistes témoins des faits et présents par hasard pour d’autres raisons, jouent aux bons offices en appelant leurs contacts dans l’hôpital, pour expliquer la situation. C’est à la suite de cela, mais aussi, devant la détermination du chauffeur, que les blouses blanches ont finalement cédé, en faisant descendre le malade.

Pourtant récemment, lors de la réunion mensuelle de coordination de l’ensemble des directeurs d’hôpitaux du Sénégal, qui s’était tenue à Thiès,à l’initiative de la Directrice Générale des Etablissements de Santé Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye, le Ministre de la Santé avait affirmé qu’une véritable politique d’accélération de la prise en charge des urgences a été lancée. Il ajoutait que « la circulaire ministérielle allant dans ce sens est déjà en application pour une meilleure prise en charge systématique des malades dès qu’ils franchissent le seuil de la structure ». Il s’y ajoute une bonne prise en charge de la référence en cas de besoin. Globalement disait-il, le dispositif est en place pour permettre de se conformer aux attentes des populations et faire en sorte que les structures d’urgence soient bien cotées par les patients eux-mêmes.
Mbaye SAMB (l’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*