(Sur les routes du centenaire de la disparition de Maodo). (Série 2) Par Cheikh Fall Journaliste

Aider à rétrécir les chaudes empoignades notées dans le landerneau politique et remettre le peuple sénégalais sur le droit chemin. (Par Cheikh Fall journaliste ancien chef RTS Thiès).

La ville sainte de Tivaoauane s’apprête à abriter les journées de prières de recueillement et de ressourcement marquant la commémoration du centenaire (100 ans) de la disparition de Seydi El hadji Malick Sy. Cette belle initiative trouve toute sa signification dans la bénédiction accordée par le khalife général des Tidianes Serigne Babacar Sy Mansour (voir article précédent). Elle est aussi devoir de reconnaissance à la belle et dévouée mission accomplie par Maodo au service d’Allah pour sauver l’humanité toute entière.

L’apport incurable de l’œuvre de Seydi El hadji Malick Sy sur la marche du monde est ainsi compris. Reste à relever tous les défis de l’organisation. Car ici, s’agira de tirer profit des enseignements de l’école de Maodo et de leçons à appliquer pour rétrécir les chaudes empoignades notées dans le landerneau politique et continuer de vivre en parfaite symbiose.  La vie et l’œuvre de Maodo, valent tous ces sacrifices pour notre  purification. Notre société qui traverse des moments sombres de son existence, mérite de tout un chacun, un effort de soi, pour son redressement. L’absence de tolérance, la haine viscérale entretenue, la déperdition des mœurs, les violences inouïes, emballent notre pays qui a été toujours cité en référence en matière de pardon, de convivialité et de concorde nationale.

Face à tous ces facteurs dégradant et devant l’urgence de trouver un équilibre social pour vivre en paix, ces journées dédiées au souvenir de Maodo, devront incontestablement nous donner les solutions du bien vivre pour tous. S’inspirer du modèle  de Maodo est un devoir de vie. Quelque soit le nombre de jours qui seront  consacrés à cette commémoration, c’est déjà le déluge de grâce. Oui il faut sortir le Sénégal de cette zone d’incertitude et de menace. Ce qui nous pourrit la vie, c’est cet ouragan de violence qui prend des tournures dangereuses. Allègrement, nous devons applaudir des deux mains ces futurs moments de grâce et de retour à Dieu. Le Sénégal protégé par ces érudits et hommes de Dieu, doit rester intouchable et débarrassé de ces maux dévastateurs.

Ces démons et revers n’ont pas leur place dans une société éduquée. Le Sénégal on ne le rappellera jamais assez, est un sol béni par de grands érudits qui ont été embellis par la grâce divine. Cette commémoration doit marquer le déclic d’une société réveillée et qui marchera sur ses valeurs intrinsèques. Pour la gloire de ces vaillants devanciers et héritiers d’aujourd’hui. Le khalife Général des tidianes Serigne Babacar Sy Mansour, qui ne badinera jamais sur le respect des enseignements de Maodo est le premier à jouer sa partition. Ainsi souhaité et orienté, le peuple sénégalais pourra se remettre de ces cauchemars pour se consacrer au travail.

La conquête du pouvoir est certes irrésistible dans toute démocratie, mais elle doit s’accompagner de civilité et de respect de l’autre. Les acteurs politiques sénégalais semblent le comprendre de travers. En nous plongeant dans le vécu de Seydi El hadji Malick Sy, ces instants de communion, auront le mérite de nous inviter à une véritable introspection. Tout le monde l’a constaté, les  dérives actuelles ponctuées par des propos durs et versatiles, sont en train de polluer l’atmosphère de ce Pays. Pourtant nous sommes bien chez nous et entre nous. Tout ou presque, est articulé autour de batailles électorales, et de conquête du pouvoir à tout prix.

La conquête du pouvoir n’est-elle pas un exercice noble, qui vise à requinquer les concitoyens, à leur faire vivre l’espoir en portant leurs projets par des discours qui rassurent. Que cherche t-on à gagner dans une jungle où tous les coups sont permis et que la tolérance est zéro ? Se préparer à aller à des élections, était une fierté dans ce pays. Ce fut la joie dans les coins et recoins les plus reculés du pays. Vivre une élection c’était le commun vivre. La joie d’accomplir un devoir civique était partagée sur toute l’étendue du territoire et les retrouvailles furent magnifiques. Aujourd’hui, c’est la peur de se rendre aux urnes car vous êtes partagés entre craintes de scènes de violence et nécessité d’accomplir votre vote. Alors qui est-ce qui explique cela ? Délices de pouvoir ou aisance de pouvoir ? Le Sénégal est encore fragile pour supporter l’hécatombe de l’intolérance. Malgré ses 62 ans d’indépendance, notre pays n’arrive toujours pas à transcender ces tensions qui n’augurent rien de bon. Ce qui reste, c’est de compter sur ces prières en attendant des lendemains meilleurs. Nous sommes dans l’expectative.

Cheikh Fall

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*