Thierno Bocoum/ « Pourquoi la question du troisième mandat est le nœud gordien qu’il faut trancher à l’entame du deuxième mandat de Macky Sall »

La question du troisième mandat est loin d’être réglée; elle n’a été réglée ni par le président Macky Sall, premier concerné ni par les dispositions de la loi.

Le Président Macky Sall avait la possibilité de rendre la disposition sur le mandat, expressément rétroactive, à travers les dispositions transitoires, mais il a préféré s’en tenir à la légistique qui avait autorisé le conseil constitutionnel à exclure son premier mandat de l’application de la reforme constitutionnelle de 2016 sur la durée du mandat. Il laisse ainsi, une brèche dans laquelle il pourra s’engouffrer sans courir le risque d’être débouté par le juge constitutionnel qui, indéniablement, ne torpillera pas sa propre jurisprudence.

Faire de la question du troisième mandat une question prématurée, à différer, est une belle manière d’endormir le peuple sénégalais et de le dévier de l’essentiel. Les conséquences d’une volonté d’aller vers un troisième mandat de la part du Président Macky Sall, n’apparaitront pas seulement au moment de l’effectivité de la décision. En ce moment précis , il s’agira plutôt de boucler une stratégie que d’en entamer. Les conséquences apparaitront dès l’entame du second mandat car le fait d’envisager d’en faire un troisième participera à asseoir un état d‘esprit de gouvernance totalement diffèrent de celui qui cherche à sortir par la grande porte et qui décide de se mettre à équidistance de bas calculs politiques.
Des calculs qui, inévitablement, gêneront les efforts pour un développement inclusif de notre pays.
Nous avons en face de nous un homme politique, en l’occurrence le Président Macky Sall qui a la conviction que la fin justifie les moyens. Il ne serait pas prétentieux d’affirmer que nous de la classe politique le connaissons parfaitement. Il n’est pas novice en la matière pour avoir voté sans carte nationale d’identité, alors qu’il était membre d’un gouvernement. Il est malheureusement aidé en cela par une perception populaire qui ne donne de l’importance qu’aux résultats. Les entourloupes et autres procédures vicieuses sont, le plus souvent, élevés à un niveau de performance politique face à l’adversaire. Par conséquent, quand les règles ne sont pas respectées, la faute incombe à ceux qui n’ont pas été vigilants mais rarement aux véritables fauteurs qui se jouent des fondements de la République pour imposer une volonté politique.

Nous n’attendrons donc pas les résultats pour nous prononcer sur cette cruciale question du troisième mandat du Président Macky Sall, n’en déplaisent à ceux qui convoquent la méchanceté ou la jalousie, partout.
Ce n’est pas parce que le président Macky Sall est à l’entame de son mandat qu’il faut différer cette question car comme le disait si bien l’écrivaine Anna Gavalda « L’important, ce n’est pas le lieu où on se trouve, c’est l’état d’esprit dans lequel on est. »

Si le Président veut rassurer tout le monde sur sa volonté de sortir par la grande porte, il doit se prononcer d’une manière ferme et sans équivoque sur cette question. Il a évité d’en parler lors de son discours à l’occasion de sa prestation de serment. Il a encore la possibilité d’en parler à la veille de l’indépendance de notre pays, à l’occasion de son discours à la nation ou encore en d’autres occasions, s’il le souhaite. Mais en tout état de cause, il doit être clair et précis sur cette question.

Il pourra ainsi compter sur un pan important du peuple sénégalais qui l’accompagnera vers une sortie honorable et vers un rétablissement de nos principes et valeurs républicains.

Sans quoi, les forces vives de la nation devront vite s’organiser pour que la légitimité octroyée par un peuple souverain ne soit plus jamais bousculée et remplacée par une légalité négociée, en complicité avec des acteurs de la justice, de l’administration et de la société civile.

Thierno Bocoum
Prèsident du mouvement AGIR

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*