Traitement du COVID 19 à base d’hydroxy chloroquine pas de précipitation ( Par Méissa Diouf ENDSS)

Il est important de signaler que les essais cliniques du professeur Didier Raoult de l’institut méditerranéenne des maladies infectieuses de Marseille portent sur l’hydroxy chloroquine qui est un dérivé de la chloroquine avec la présence d’un groupement hydroxyle. Les deux molécules ont certes la même pharmacocinétique mais elles traitent des pathologies différentes. La chloroquine est un anti paludéen appartenant à la famille des amino-4 quinoléine alors que l’hydroxy chloroquine est utilisée dans le traitement des maladies auto- immunes comme le lupus et les polyarthrites rhumatoïdes.

Pourquoi nous devons encore patienter avant une utilisation massive de la molécule dans le traitement du covid-19.

– L’autorisation de mise sur le marché d’un médicament(AMM) n’est pas dictée par l’urgence sanitaire mais répond à des normes standards internationales.

– En statistiques l’échantillonnage est un élément capital dans la fiabilité des résultats. Sur ce point nous rappelons que les essais cliniques du professeur Raoult portent sur 24 malades ce qui très loin des normes internationales en matière de recherche.

– En matière de recherche appliquée surtout dans le domaine de la santé la méthodologie est importante et le professeur Raoult semble ignoré cela. En effet la connaissance de la méthode utilisée permettra de déceler d’éventuels biais.

– C’est suicidaire à ce niveau de la recherche d’autoriser une prescription à grande échelle de l’hydroxy chloroquine sur la base de résultats provenant d’un seul laboratoire. Nous rappelons aussi que les propriétés antivirales de cette molécule au laboratoire (in vitro) sont connues depuis des années mais force est de reconnaître que les résultats in vivo ont été toujours décevants.

– Autre élément important qui doit faire l’objet d’une attention particulière c’est l’association de l’hydroxy chloroquine et l’azithromycine dans le protocole thérapeutique proposé par le professeur Raoult. Sur cette question les travaux du professeur Raoult sont encore muets. En effet l’azithromycine est un dérivé de l’érythromycine appartenant à la famille des macrolides (famille d’antibiotique) dont leurs effets secondaires en association avec d’autres molécules méritent une attention particulière.

– Il faut aussi faire attention au risque d’intoxication car la marge thérapeutique de l’hydroxy chloroquine n’est pas grande mais aussi à l’auto médicament pouvant entrainer des phénomènes de résistances à la molécule mère qui est la chloroquine communément appelé nivaquine avec des risques incalculables pour le continent africain où le paludisme continue de faire des ravages dans certaines zones.

En somme les études pour une éventuelle utilisation de cette molécule doivent à mon avis répondre à toutes ses interrogations afin de ne pas avoir des regrets après sur les conséquences sanitaires. Cette étude doit être élargie à une plus grande échelle avec le respect des normes internationales en matière d’essais cliniques avant de tirer des conclusions.

Par ailleurs nous saluons les mesures fortes prises par le président de la république afin de limiter la propagation du virus et la bonne communication du ministre de la santé et de l’action sociale afin que les populations puissent disposer d’une information juste et à temps réel. Cette communication doit aussi toucher le Sénégal des profondeurs notamment la campagne avec l’implication des radios communautaires. Le virus ne se déplace pas ce sont les personnes qui en sont les véhicules. Si on limite les déplacements, les rassemblements et adopte les mesures barrières on peut sans doute venir à bout de cette pandémie. Contrairement aux critiques de certains membres de la société civiles vis-à-vis des forces de sécurité nous pensons que rien absolument rien ne doit être écarter pour que la loi soit respectée sur toutes ses formes. Il s’agit de la vie des personnes. S’il y’a des sénégalais qui ne comprennent pas encore le danger qui nous guette la force ne doit pas être exclue des méthodes à utiliser pour leur faire comprendre cela. S’agissant de la santé des populations il n’y pas de compromis. Les gens doivent comprendre que le feu n’est loin et on doit tout faire pour l’éteindre.

Pour les vivres et autres aides destinées à la population nous appelons le président à y veiller strictement et que les gouverneurs, les préfets et sous-préfets assurent exclusivement la distribution afin d’éviter toutes formes de politisation par les élus locaux.

Meissa DIOUF Enseignant à l’ENDSS

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*