Yankhoba Diattara de Rewmi/Zoom sur une trajectoire politique, forgée sous l’ombre d’Idrissa Seck

Vice-président du Conseil Départemental de Thiès, Yankhoba Diattara porte la stratégique fonction de Secrétaire National de Rewmi, en charge de la vie politique et Directeur des structures. Malgré sa jeunesse, il s’est déjà tracé une trajectoire politique intéressante dans l’espace politique national, sous l’ombre du Président de Rewmi Idrissa Seck. C’est pourquoi d’ailleurs, il reste l’un des plus proches collaborateurs de l’ancien Premier Ministre Idrissa Seck. Une confiance sans commune mesure qui ne date d’ailleurs pas d’aujourd’hui car après les élections locales de 2002, Idrissa Seck alors fraîchement élu Maire de Thiès, avait fait de lui le Secrétaire Permanent du conseil municipal. C’est dire qu’il jouait déjà un rôle tampon entre le Maire et son conseil.

Yankhoba Diattara a été de tous les combats, quand l’ancien de Thiès a été persécuté par l’ancien régime libéral. D’ailleurs il soutient « l’arrestation d’Idrissa Seck est l’évènement qui m’a le plus marqué, dans ma carrière politique. Je ne pouvais jamais imaginer que Me Wade puisse lui réserver un tel sort. Ce jour-là, nous avons passé la journée ensemble à Saly. Je suis rentré sur Thiès et lui sur Dakar. Et quelques minutes après, c’est Mbaye Coulibaly qui m’a appelé pour me demander de venir dare-dare à Dakar, car les éléments de la Division des Investigations Criminelles (DIC) sont venus cueillir Idrissa Seck. Le jour où j’ai vu Idrissa Seck à Reubeuss avec son épouvantail, j’ai compris combien certains pouvaient être implacables avec leurs prochains ».

Après des études élémentaires couronnées par l’obtention de l’entrée en sixième à l’Ecole Elémentaire Lamane Ngomack Faye de Silmang, qui porte le nom de son grand-père, Yankhoba Diattara a rejoint le cycle moyen par le collège d’enseignement moyen (CEM) où il a décroché son Brevet de Fins d’Etudes Moyennes (BFEM). Il a ensuite fait de brillantes études secondaires au Lycée Malick Sy de Thiès, où il a décroché le Baccalauréat série A en 1995. Ce sésame lui a ouvert les portes de la Faculté de Droit de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Là aussi, les études ont été couronnées de succès, avec une maîtrise en droits des affaires en 2000 puis le DEA en 2002. Pendant la traversée du désert, liée aux difficultés politiques de son mentor Idrissa Seck, avec le régime de Me Abdoulaye Wade, Yankhoba Diattara a poursuivi ses études, ce qui lui a permis d’obtenir un MBA de l’Université du Québec à Montréal en 2008, sans compter des certificats comme celui de gestion axée sur les résultats (GAR), un certificat en planification stratégique. C’est d’ailleurs dans le cursus scolaire et universitaire, que les prémices d’une trajectoire de leader de dimension national se sont fait sentir, à travers les responsabilités qu’il portait dans les différents mouvements.

C’est ainsi qu’il était membre du foyer du Lycée Malick Sy de Thiès et délégué d’Amphithéâtre de la Fac de Droit, président de la coordination des étudiants thiessois (CET). En 1998, il est élu représentant des étudiants de la FAC de Droit au conseil de faculté et à l’Assemblée de l’Université où il a fait la connaissance de Déthié Fall de Rewmi, qui représentait à l’époque l’Ecole Polytechnique. Et c’est à travers la coordination des étudiants thiessois (CET), qu’il a fait la connaissance d’Idrissa Seck, qui deviendra plus tard son mentor politique. Il raconte « J’ai aussitôt constaté son amour profond pour les thiessois et la grande estime qu’il porte aux étudiants originaires de la capitale du Rail. Il ne ratait aucune occasion pour nous rappeler le véritable objet de notre séjour à Dakar, c’est-à-dire apprendre, s’occuper des études. En 1998, après le départ des Ousmane Ngom du PDS, il m’a personnellement demandé soutien et engagement politique à ses côtés et dès 1999, j’ai porté sur les fonts baptismaux un mouvement de soutien dénommé Wade pour l’Alternance et le Changement (WAC) ».

LE SEJOUR AUX ICS ET LA CREATION DE SON PROPRE PARTI POLITIQUE

Yankhoba Diattara militait dans le mouvement estudiantin à Dakar au moment de la survenue de la première alternance politique au Sénégal en 2.000. Il était par ailleurs un fervent militant du Parti Démocratique Sénégalais (PDS). C’est un évènement survenu quelques mois seulement après l’alternance, qui va le mettre au devant de la scène. A l’époque, c’est l’ancien député Abdoulaye Dramé qui était le Secrétaire Général de l’Union des Jeunesses Travaillistes Libres (UJTL) de Thiès. Alors que les autorités politiques de l’alternance faisaient l’unanimité partout dans le pays, il a eu le courage d’attaquer frontalement le tout puissant Directeur de Cabinet du Président de la République, en l’occurrence Idrissa Seck, par ailleurs numéro 2 du parti. C’était lors d’une marche à travers les artères de Thiès, suivie d’une déclaration incendiaire dans laquelle, il reprochait à Idrissa Seck d’être inaccessible et d’avoir un mauvais comportement face aux responsables et militants à la base. C’est le jeune Yankhoba Diattara qui a apporté la réplique quelques heures seulement après, pour apporter son soutien à Idrissa Seck. En 2002, il est investi à Thiès sur la liste Sopi ak PDS lors des élections locales et plus tard, il héritera des rênes de l’Union des Jeunesses Travaillistes Libres (UJTL) de Thiès. Cette position lui permettra d’être casée aux Industries Chimiques du Sénégal (ICS) comme cadre administratif.

Sur cet épisode, il renseigne qu’il a été retenu à la suite d’un test, sur la base de sa maîtrise en droit des affaires. Il s’en est suivi les démêlées et les longues divergences entre Idrissa Seck et son père putatif, marqués par une longue traversée du désert du premier et de ses proches comme Yankhoba Diattara. Selon lui, il vécu dignement cette parenthèse car il était hors de question pour lui, de lâcher Idrissa Seck, après avoir partagé avec lui tous les privilèges que sa position de pouvoir lui ont conféré. Et c’est le début également d’un combat politique de longue haleine, pour faire en sorte que son mentor puisse sauvegarder entièrement sa carrière politique. C’est pourquoi, il avait coordonné et mis en place à travers le pays le Mouvement de Soutien à Idrissa Seck (MSIS), avant la création dr son propre parti politique, en l’occurrence Forces Intégrées pour la Démocratie et la Liberté (FIDEL) et c’est la fusion avec le parti de Feu Sankharé, qui a donné le Rewmi d’aujourd’hui.

UN HOMME POLITIQUE QUI ASSUME SES POSITIONS

Yankhoba Diattara est un homme politique qui assume ses positions. Une telle posture est peut-être à la base de sa fidélité politique, démontrée par son compagnonnage avec l’ancien Premier Ministre Idrissa Seck. Les tentations étaient nombreuses, sur fond de promesses mirobolantes surtout lors de la période de traversée du désert de son leader Idrissa Seck, suite aux divergences politiques avec Me Abdoulaye Wade, il est resté scotché dans la trajectoire de fidélité. Cette fidélité lui a valu un séjour carcéral en 2005, soupçonné qu’il était à l’époque, d’avoir été l’instigateur des violences qui ont suivi le passage de l’ancien Président Me Abdoulaye Wade à Thiès pour aller à Touba, pour réclamer la libération d’Idrissa Seck. Le matin même de cette fameuse journée, Yankhoba Diattara avait fait une sortie sur les ondes d’une radio de la place pour apporter la réplique à un adversaire politique, en déclarant que lui et ses partisans allaient accueillir Me Abdoulaye Wade à leur manière. Il avait été condamné à 6 mois de prison ferme, par le Tribunal régional de Thiès, avant d’être gracié par Me Abdoulaye Wade, après 3 mois de séjour à la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Thiès. Avec la pandémie du coronavirus qui sévit au Sénégal, il s’est mobilisé autour de la cause nationale de lutte contre le fléau. Au-delà des produits d’hygiène, des denrées alimentaires dans le cadre de la résilience, le conseil départemental a accordé une subvention de 5 millions de Fcfa au comité départemental de Thiès, de gestion des épidémies, 25 millions de Fcfa pour accompagner le processus de reprise des cours dans le département, 36 millions de Fcfa pour du matériel de protection destiné aux personnels de santé. Mais chaque fois qu’il s’est agi de dire ses vérités, il l’a fait sans aucun détour. C’est ainsi que dès le début de l’épidémie, il s’est insurgé contre la position du gouvernement, concernant la situation des étudiants sénégalais vivant à Wuhan.

Il a estimé que la fameuse déclaration du Président de la République sur la question de ces étudiants, était aveu d’échec dans la prise en charge des problématiques liées à la protection des sénégalais de l’extérieur. Il avait ajouté, sur un ton amer, « aujourd’hui, c’est le désespoir et la déception après son discours sur le cas de nos compatriotes vivant à Wuhan. Mais le Sénégal est un grand pays et ses fils sauront être là pour relever les défis. Ces étudiants ne seront pas abandonnés ». Il avait également ramé à contre-courant de la décision de reprise des cours dans les établissements qui avait été prise par le gouvernement et qui avait d’ailleurs avortée finalement. Il disait à l’époque que le meilleur schéma était de repousser la reprise des enseignements-apprentissages à la rentrée prochaine, c’est-à-dire en octobre, tout en espérant que la situation sanitaire s’améliore. Et en terme de mesures d’accompagnement, il avait proposé que pour les classes intermédiaires, tous les élèves ayant validé avec succès deux trimestres, passent en classe supérieure. Son franc-parler politique s’abat ainsi contre le pouvoir, chaque fois que de besoin. Et lors du vote du dernier budget du Conseil Départemental de Thiès, il n’a pas hésité à rappeler à l’Etat, son devoir de reverser aux collectivités locales, leurs parts dans les impôts et taxes payés par les exploitations minières.

DELEGATAIRE DE SIGNATURE D’IDRISSA SECK DEPUIS 2009

Depuis 2009, Yankhoba Diattara est régulièrement délégataire de signature d’Idrissa Seck au niveau local. Elu conseiller municipal en 2009, il a gagné des galons pour avoir été élu premier adjoint au Maire puis délégataire de signature d’Idrissa Seck. Cette position lui a permis de gérer entièrement ce mandat. Mais en 2014, Idrissa Seck a laissé les rênes de la ville à l’actuel Maire Talla Sylla et c’est ainsi que Yankhoba Diattara s’est retrouvé Vice-président du conseil départemental et où il est encore délégataire de signature du Président Idrissa Seck. « Je me prescris le seul devoir de l’aider à occuper le fauteuil présidentiel en 2017 et c’est ce qui explique ma migration de la mairie vers le conseil départemental où je dispose de plus de temps pour m’acquitter de cette mission. Je suis en formation aux côtés d’Idrissa Seck. Je continue d’apprendre à ses côtés, pour parachever ma formation avant la prise du pouvoir en 2017, s’il plaît au Bon Dieu » avait déclaré à l’époque Yankhoba Diattara, parlant de ses futurs combats politiques.

Cet objectif n’ayant pas été atteint, puisqu’il n’y a pas eu d’élections présidentielles en 2017 et que son candidat est arrivé en seconde position en 2019, il est peut-être en train de fourbir ses armes pour 2024. En attendant, il a pu imprimer ses marques au Conseil Départemental où les adversités politiques ne sont plus de mise, malgré la pluralité. En effet le budget est toujours voté à l’unanimité et le conseil a su relever le défi de l’éducation et de l’accompagnement du système de santé. C’est avec l’aboutissement de la promesse « une commune, un lycée » et la création chaque année depuis 4 ans, de la construction d’un poste de santé ou d’une maternité dans les collectivités territoriales

Mbaye SAMB (L’AS)

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*