Chronique du Lundi, « Sans permission »/100 jours déjà, comment surmonter l’obstacle des grands défis

SANS PERMISSION N°4. 

100 JOURS DEJA ! COMMENT SURMONTER L’OBSTACLE DES GRANDS DEFIS.

                                                                                                            PAR CHEIKH FALL JOURNALISTE.

Nos maires élus en janvier dernier, issus du pouvoir comme de l’opposition, font maintenant face à l’épreuve du pouvoir. Et comme qui dirait, aucune épreuve n’est donnée comme à la chandelle. Allez dans l’épreuve des tirs au but pour parler d’un match de football. Cette épreuve est qualifiée par nos teigneux reporters sportifs, de « fatidique ».Parce qu’incertaine et ne reposant sur aucune science du football. Dans le domaine de l’éducation, les repêchés au second tour des différents examens feront face à cette étape fatidique. Sauf qu’ici, à la différence du football, l’on peut se permettre l’espoir de passer, car le hasard ne pèse pas trop dans cet exerce.

Les exemples peuvent se multiplier. Mais je m’en arrête là, car je ne veux pas absorber ma page sans aborder le viseur qui nous prend en otage par ces temps qui courent. La politique, nous y voilà, pour parler de la gestion des affaires de la cité après 100 Jours de pouvoir, pour les maires issus des élections locales de janvier 2022. Hé, oui cette actualité nous empoigne. Je vous avais entretenu de la prochaine bataille des législatives qui sera âprement disputée en raison de paramètres, que j’avais tentés d’expliquer. Nous reviendrons prochainement sur les investis en jetant un regard sur ces choix qui ne manqueront pas de piquant. Pour dire que SANS PERMISSION n’a pas encore baissé les rideaux sur le chemin rocailleux des législatives du 31 juillet 2022.

L’EPREUVE DU POUVOIR.

Loin d’être fatidique à l’issue de ces 100 jours, elle est plutôt dure. En tout cas le tout nouveau maire de la ville de Thiès en sait quelque chose. Issu de la coalition Yewi Askan Wi le docteur Babacar Diop au décours d’une visite nocturne, à la promenade des thiessois s’est heurté à l’évidence.

La ville qu’il a désormais en charge est mal éclairée jusqu’au point de le rendre malade. C’est lui-même qui a fait cet aveu. C’est l’épreuve du pouvoir car en bon thiessois, il n’a jamais ignoré cette situation. Docteur Babacar Diop, fraîchement élu s’est rendu nuitamment à la promenade des Thiessois ex place mythique de France. L’édile de la capitale du rail a choisi le jour béni de la korité pour s’offrir cette balade. Mais à l’arrivée il en est malade. Et comme l’origine de sa maladie est connue, il lui reste de trouver les solutions idoines.

Les populations tiennent à leur sécurité et il faut commencer par régler cette question de l’éclairage public. Le remède peut être si proche si on favorise une bonne et intelligente collaboration avec les services techniques de l’Etat.  Il peut être loin, si on adopte une attitude de confrontation. Il ne faut pas se voiler la face, entre dirigeants du pouvoir et ceux de l’opposition, ce n’est pas souvent le parfum amour. Ils ne connaissent pas de lune de miel. Ce qui est dommage pour la bonne marche de la démocratie. Quel est le maire d’une ville si grande soit-elle, capable de supporter à lui seul, le fardeau  de l’éclairage public et des questions aussi vitales que le cadre de vie des populations?

Thiès est noire. Le Maire l’a constaté de visu. Reste à savoir comment il compte se remettre de sa maladie du défaut d’éclairage de la capitale du Rail. En attendant et tous les thiessois en conviennent, l’insécurité dans la ville hante le sommeil des paisibles populations. Elle cloue à la maison, celles et ceux qui ont choisi ces endroits pour leur séance de méditation, de chasse de stress.

Nos concitoyens ont besoin de sécurité et de tranquillité.

SANS PERMISSION ne fera pas dans la langue de bois. Nous saluons cette démarche novatrice, ce courage d’aller constater de visu, de partager, ne serait ce qu’un petit moment, l’angoisse de ses administrés. A l’issue de cette visite nocturne, l’édile a  promis de s’attaquer à ce douloureux problème d’insécurité, qui, à la limite, écorche l’image de la cité du Rail. Cette sécurité passe avant tout. Certes, le Maire Dr Babacar Diop est un farouche défenseur de l’environnement, mais il doit d’abord surmonter cet obstacle de ville mal éclairée. Au maire, de déployer ses stratégies et ses capacités managériales pour venir à bout de ce fléau. Il a mené ses 100 jours de pouvoir à son rythme, selon son tempérament, mais aussi et surtout sa méthode.

De par les premiers actes qu’il a posés, nous savons que l’environnement, l’assainissement et la propreté en continue de la ville de Thiès, lui tiennent à cœur. Mais la question qui me brûle les lèvres est comment il va y arriver. Au docteur de nous le dire. Pour rappel, la gestion des collectivités territoriales obéit à une synergie d’actions et une implication de tous les secteurs de l’Etat. Chacun dans le domaine qui est le sien. L’édile de la ville, j’en suis sûr, n’ignore pas cette réalité. Je l’ai écouté lancer un appel pressant aux populations de Thiès, pour l’aider à réussir sa mission. Oui Monsieur le Maire, les populations doivent vous aider. Mais elles ont fait plus, en vous portant à la tête de cette importante ville.

A vous d’en tirer toutes les conséquences de la charge. Ne vous emballez pas, surtout que vos 100 jours, n’ont pas été si mauvais que ça. Ils ont le mérite de vous révéler et vous ont permis de prendre la mesure des réalités de l’exercice du pouvoir. Tendre la main au chef de l’Etat qui détient les moyens centraux, n’enlève en rien à votre appartenance, à votre option politique. Nous persistons et signons, cette élégance républicaine, ne peut qu’être bénéfique pour les populations, car elle peut beaucoup aider à réaliser dans les meilleurs délais, les objectifs que vous vous êtes fixés.

SANS PERMISSION ne mettra jamais de gants pour le souligner, il vous faut nécessairement de l’ouverture, de la franche collaboration dans le respect de l’autre, sur le chemin rocailleux, de la construction d’une cité nouvelle. La contribution de toutes les forces vives de la ville est fondamentale. La concertation dans ce genre de gestion, peut être source de réussite. Je la préfère aux discours de va t-en guerre ou de démonstration de force. La page des élections étant tournée, ces pics (référez-vous au Bissup set setall) devront être laissés dans les méandres et coulisses des campagnes et propagandes électorales.

Place à la résolution des préoccupations des populations. Chaque nouvel élu, opposition comme pouvoir, doit servir l’institution sans état d’âmes. Arrêtons de diaboliser ces nouveaux maires élus. Eux-aussi qu’ils sachent qu’ils ne peuvent pas développer leur cité dans des considérations partisanes ou dans des calculs du genre : si on me voit tailler bavette avec un ministre du président Macky Sall, qu’est-ce qu’ils vont dire. Si le président me reçoit, ils vont dire que j’ai transhumé. Cette méfiance plombe les ambitions de réussir vos missions. N’abdiquez pas. Vous surprendre sur une calebasse pleine de viande offerte par le roi, ne veut point dire que vous êtes avec le roi. Que chaque élu fasse amende honorable, dans l’intérêt exclusif des populations, qui ont hâtent de sortir de ce mal vivre. Il n’y a pas mille chemins pour surmonter l’épreuve du pouvoir et l’obstacle des grands défis.

CHEIKH FALL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*