COVID-19 et colonies de vacances, le protocole sanitaire pouvant permettre l’organisation de l’édition 2020

Les colonies de vacances, organisées chaque année par les collectivités éducatives, qui constituent un maillon fort de la chaîne de l’éducation au Sénégal, pourront-elles se tenir cette année ? Cette question taraude l’esprit de tous les acteurs, qui ont d’ailleurs engagé la réflexion, pour dégager des pistes de solution, à travers surtout la proposition d’un protocole sanitaire.

Il s’agit d’abord de la proposition d’un thème national intégrant la lutte contre la pandémie du COVID–19. Et il sera procédé au dépistage systématique de tous les colons et des personnels, 15 jours avant et les tester à la fin du séjour, avant le retour à la maison. Il s’y ajoute la désinfection totale des lieux d’hébergement, l’installation de moustiquaires, l’interdiction systématique de l’accès au site, aux personnes étrangères à la colonie éducative. Selon Badara Badiane Président nationale de l’Association d’Encadreurs de Collectivités Educatives du Sénégal (AECES), même si la question du personnel d’encadrement de Collectivités éducatives est régie par le décret 81 681 du 7 juillet 1981, instituant les diplômes de moniteurs et de directeurs de collectivités éducatives au Sénégal, compte tenu du contexte particulier, l’AECES propose de mettre à contribution un encadrement qualifié fortement appuyé par les professionnels médicaux et sanitaires.

Pour Badara Badiane Président nationale de l’AECES, il faut faire quelque chose, allant dans le sens de réouverture des colonies de vacances, les centres aérés, les patronages, malgré le contexte de pandémie du coronavirus. A l’issue de la réflexion menée par l’AECES dit-il, le constat majeur est que le désœuvrement des enfants risque de provoquer un excès d’oisiveté, ce qui peut engendrer la violence, la déviance dans les maisons, la défiance de l’autorité, mais aussi au sein des familles. Il s’y ajoute la promiscuité que le confinement des enfants peut créer dans les maisons. D’après lui, à côté de tout cela, il y a d’autres facteurs qui peuvent être dommageables. Il s’agit surtout de l’inactivité des enfants et du stress que cela peut engendrer, sans compter le désapprentissage d’autant plus que déjà, les enfants sont restés 5 longs mois sans aller à l’école, et cela risque de se prolonger pour les élèves des classes intermédiaires.

Il ajoute, « tous ces éléments pourraient conduire les enfants à se retrouver dans la rue avec toutes les dérives possibles (troubles sur la voie publique, cas de noyades, risques d’infection la COVID 19), causer des défaillances sur l’état physique et mentale des enfants mais aussi entrainer des accidents domestiques ». Il indique qu’au regard de cette situation qui interpelle tous les acteurs de l’éducation, le Ministère de la Jeunesse qui encadre, contrôle et met en route les projets de colonies de vacances, les organisateurs de colonies, les parents, il urge de faire quelque chose.

De ce point de vue dit-il, l’AECES estime que la tenue de la campagne 2020 des collectivités éducatives est un moyen efficace pour procéder à un desserrement sécurisé de l’étau, autour des enfants. Pour Ndiassé Gning Directeur Général de l’Agence Internationale de Vacances, de Loisirs et de Tourisme (AIVLT), emmener les enfants dans les colonies de vacances, serait également un meilleur moyen de participer à la lutte contre la propagation de la contamination dans les familles, et même au-delà, dans les quartiers, car le constat aujourd’hui est que les enfants sont déjà dans la rue, dans les plages et pourraient transporter le virus dans les foyers, si l’on y prend garde. Lors de la réflexion souligne Badara Badiane, il s’est agi de voir comment, dans ce contexte actuel, mettre les enfants dans des cadres sécurisés, comme les colonies de vacances.

D’ailleurs dit-il, les colonies de vacances ont toujours été des milieux sécurisés, donc bien avant cette pandémie de COVID-19, conformément au Décret 72-1049 du 13 septembre 1972 régissant les conditions d’hygiène, d’installation et de sécurité des centres de vacances et de loisirs au Sénégal. Avant la COVID-19 déjà, pour organiser une colonie de vacances au Sénégal, il faut nécessairement une équipe pédagogique et une équipe médicale et des enfants et tout ce beau monde doit fournir un certificat médical attestant qu’il est indemne de toute maladie contagieuse. Les conditions d’installation ont également toujours été contrôlées par le Ministère de la Jeunesse avant l’octroi de toute autorisation.

Avec le contexte de pandémie, en plus du dossier de déclaration d’ouverture, des dispositions de sécurité sanitaire, la colonie de vacances doit aussi être assurée, notamment les personnels, les enfants, etc. Il s’y ajoute des dispositions supplémentaires prises sur la base d’une réflexion approfondie, menée par des médecins qui accompagnent le secteur. A l’en croire, si le centre d’accueil est déjà désinfecté, une colonie de vacances dont la population a été testée deux fois négative, il est possible d’organiser une colonie de vacances pendant 21 jours, dans de bonnes conditions de sécurité, sans aucune crainte d’une quelconque contamination.
Mbaye SAMB (l’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*