De la Nécessité d’apaiser le climat social « NIO NANGOU » ( Par Alioune Badara Guèye)

Réélu au premier tour avec un score de 58%, les sénégalais venaient ainsi de donner un quitus aux sept années de gouvernance du Président Macky SALL. Objectivement il n’en pouvait pas être autrement à la vue de la pertinence et de l’effet positif des différents projets et programmes déroulés par le régime « émergentiste » du Président Macky SALL.
Les populations l’ont compris et ont fait sienne la politique de développement du Président SALL, matérialisée par l’appropriation par le monde rural du programme d’urgence pour le développement communautaire (PUDC), du programme d’urgence de modernisation des territoires et axes frontaliers (PUMA), de la couverture maladie universelle (CMU) et du programme des bourses de sécurité familiale, pour n’en citer que ceux-là comme projets phares catalyseurs de la volonté populaire d’accompagner le Président en le réélisant au premier tour.

Maintenant que le Sénégal est sur les rampes du développement et que l’émergence est à portée de main, des forces obscurantistes animées par une volonté manifeste de semer la zizanie dans l’esprit et le coeur des Sénégalais, tentent vainement de déstabiliser le pays par des séries intempestives de manifestations dont l’unique dessein est de compromettre la paix sociale gage de tout développement.

L’argument fallacieux du coût élevé de l’électricité invoqué çà et là ne saurait prospérer parce que, nonobstant la levée annoncée d’une partie de la subvention que l’Etat accordait à la SENELEC, le gouvernement s’est toujours évertué à consentir des financements au secteur énergétique et à promouvoir le mix énergétique, ce qui d’ailleurs nous a valu des prouesses en éradiquant totalement les délestages « Khouye Khamathie » qui impactaient négativement sur l’économie nationale, parce que faiblissaient les PME/PMI.
Ainsi, le gouvernement du Président Macky SALL a considérablement amélioré la puissance électrique de la SENELEC entre 2011 et 2018, il l’a même doublé passant de 571 mégawatts à 1141 mégawatts. Ce dédoublement de la puissance électrique influera forcément sur les heures de coupures cumulées qui ont passé de 950 heures en 2011 à 24 heures en 2018. L’écart est énorme !!
Nous appelons Le Ministre en charge de l’énergie et du pétrole Monsieur Mouhamadou Makhtar CISSE, qui a fait ses preuves partout où il est passé, ainsi que le Directeur Général de la SENELEC à accentuer la communication sur le pourquoi d’une telle mesure. De rappeler les innombrables efforts consentis par le Gouvernement dans le secteur énergétique et dans la
promotion du mix énergétique. Au premier nommé Monsieur le Ministre Mouhamadou Makhtar CISSE, nous l’encourageons à persévérer dans le sillage qu’il s’est tracé, bordé de compétence, de loyauté et d’engagement auprès du Président de la République. Il est un exemple et une fierté pour le parti et les militants que nous sommes de surcroît de première heure. Nous lui demandons de foncer droit dans ses exaltantes missions et de ne prêter oreille attentive aux gens qui méprisent le culte de la compétence et de la loyauté « la bave de crapaud n’atteint jamais la blanche colombe ».

Alioune Badara GUEYE
Militant de la première heure
Coordonnateur Actions Républicaines pour
Un Mouvement vers l’Emergence (A.R.M.E)
moufty79@yahoo.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*