En réponse au coup d’Etat, la Cédéao suspend le Mali de ses institutions

L’organisation régionale appelle également « à la nomination immédiate d’un premier ministre issu de la société civile ».
Une dizaine de chefs d’Etat ouest-africains, réunis lors d’un sommet régional extraordinaire, ont décidé dimanche 30 mai de suspendre le Mali de leurs institutions communes en réponse au récent double putsch des militaires maliens.

A la tête de la junte qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020, Assimi Goïta a contraint cette semaine à la démission le président de transition Bah N’Daw et son premier ministre Moctar Ouane, avant de se faire désigner président par la Cour constitutionnelle malienne.
le monde

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*