La bataille de ‘’tout sauf une nouvelle majorité pour Benoo Bok Yakaar’’ sera bel et bien âpre. (Par Cheikh Fall, Journaliste).

Législatives 2022.

 La bataille de ‘’tout sauf une nouvelle majorité pour Benoo Bok Yakaar’’ sera bel et bien âpre. Par Cheikh Fall, Journaliste.

Tout sauf une nouvelle majorité pour la mouvance présidentielle.  Ne cherchons pas dans les entrailles, ni dans les rocailles encore moins dans la turpitude. Ici il n’y’a qu’un seul refrain,  que l’opposition toute idéologie confondue est condamnée à chanter. C’est le clairon inversant la tendance. Une Assemblée Nationale où le Président de la République ne va plus profiter de la puissance de ses députés.

C’est tout ce que l’opposition cherche. En face, on ne se laissera pas faire. Ce sera du « œil pour œil dent pour dent ». Toutes griffes dehors face à l’adversaire qui n’a pas peur de manger du lion. Les électeurs seuls arbitres auront l’historique des choix. Choix pour une première cohabitation dans l’histoire politique du Sénégal. Ou bien choix qui maintiennent le statu quo.

Assurément, la coalition de la mouvance présidentielle, a bon dos par ces temps d’intenses manœuvres, en vue des élections législatives. Il y a un peu plus de 16 millions de sénégalais mais le législateur a prévu 165 postes de députés. Parmi la multitude de partis ou de coalitions de partis politique 15 seulement sont valides pour l’infernale course. Cette course sera âprement disputée. Elle sera indécise mais elle sera pleine de bourdonnement. Entre BBY qui veut conserver sa suprématie et une opposition qui veut coute que coute inversée la tendance, point de place pour un simple jeu de plaisir ou disons jeu de démocratie.

Ce désir ardent de consacrer pour la première fois dans l’histoire politique du Sénégal la cohabitation au sommet de l’Etat, a poussé à des alliances jamais soupçonnées. Yewi askan wi s’allie avec  Wallu Sénégal, composé pour l’essentiel du Pds. Je ne vais pas m’encombrer de parler de  Système ou d’antisystème. Mais tout même, vous me permettrez de souligner la forte implication du pape du Sopi.

L’ancien président de la République hé oui, Maître Abdoulaye Wade, va mouiller le maillot, pour obtenir la majorité à l’Assemblée Nationale. Qu’il  soit en première ligne ou dans une autre posture, la volonté du secrétaire général du parti démocratique sénégalais est d’inaugurer la cohabitation au Sénégal. Pour y arriver, aucun sacrifice ne sera vain. Il sera renforcé dans ce combat par son allié de circonstance, Ousmane Sonko qui va diriger la liste nationale de la coalition Yéwi askan wi.

A côté de ce duo qui n’a pas fini d’alimenter les sujets de conversation, on peut retenir la coalition AAR (Alternative pour une Assemblée de Rupture. Thierno Alassane Sall, ancien ministre de l’énergie,président fondateur de la République des Valeurs dirige la liste nationale de cette coalition, composée de l’ancien député Thierno Bocoum (Agir) et du Dr Abdourakhmane Diouf de Awalé. On ne passe pas sous silence la coalition Bok Guis-Guis Ligueye avec comme tête de liste Nationale Pape Diop ancien président de l’Assemblée Nationale et du SENAT.

Chaque parti ou coalition de partis nourrit la même ambition. C’est celle de réécrire l’histoire du parlement sénégalais. Et cela passe par mettre fin à l’hégémonie de la coalition Benno Bok Yakaar.

La tâche sera-t-elle facile pour cette opposition, qui ne veut rien entendre en dehors de déboulonner Benno. Nous laissons notre langue aux électeurs. Pour sûr, du côté de Benno Bokk Yakaar, on affûte les armes, en peaufinant des schémas et autres stratégies, pour garder la majorité à l’Assemblée Nationale. De ce que nous savons Benno Bokk Yakaar n’ira jamais dans ces élections en ordre dispersé, car la coalition veut s’éviter la guillotine.

Et aucun moyen ne sera épargné pour rester majoritaire à la prochaine législature. Démarche somme toute normale, car il y va de la vitalité de la vision du chef de l’Etat et de la conduite sans anicroche, de ses projets pour un Sénégal Emergent. Ne pas mouiller le maillot, ne pas travailler au prix de tous les sacrifices nécessaires, signifierait la fin, par anticipation du régime actuel. Alors la pilule sera dure à avaler. Une cohabitation qui sera difficilement supportable.  

Dans cet exercice périlleux, les apports des caciques comme les présidents Moustapha Niasse, Idrissa Seck, Aminata Mbengue Ndiaye, pourront-ils sauver ce qui peut encore l’être. Qu’en sera-t-il des ténors de l’APR tels que Madame Aminata Touré dite Mimi, tête de liste nationale de la coalition Benno Bokk Yakaar, Makhmout Saleh, le Ministre Augustin Tine, Mor Ngom, Mbaye Ndiaye, Moustapha Diop, Mansour Faye, Farba Ngom, Aymérou Gningue, le président du groupe parlementaire de la mouvance présidentielle.

Ainsi constaté ainsi dit, les législatives du 31 juillet 2022, seront inédites à tous points de vue. Va-t-on assister à la première cohabitation dans l’histoire politique du Sénégal ou bien l’histoire politique va-t-elle restée intacte. En attendant le verdict des urnes le pays a basculé dans la ferveur des préparatifs de ces législatives. Et d’ici au soir du 31 juillet, il en sera ainsi. Cette bousculade vers les portes de la 14eme législature, va-t-elle freiner la marche de l’administration ou va-t-elle la mettre au ralenti ? Les citoyens qui sont dans l’expectative,  devront s’adapter à ce contexte, le temps du respect du calendrier républicain..

CHEIKH FALL.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*