La Coupe d’Afrique des nations 2021 en danger?

Avec l’organisation de la Coupe du monde des clubs 2021 en Chine entre la mi-juin et la mi-juillet, la CAN pourrait être retardée de plusieurs semaines. Ce serait un coup dur pour la plus grande compétition continentale africaine.

« La décision de la Fifa d’organiser la Coupe du Monde des Clubs au mois de juin signifie qu’ils sont en train de tuer la Coupe d’Afrique des Nations. Si vous déplacez la Coupe d’Afrique des Nations en juillet, c’est pire qu’avant (en janvier-février) pour les clubs » a lâché le sélectionneur français du Togo Le Roy à BBC Sport Africa.

La Fifa a attribué jeudi 24 octobre l’organisation de la Coupe du monde des clubs 2021 à la Chine. Il s’agira de la première édition qui se disputera à 24 équipes (et non plus sept), une réforme voulue par le président de la fédération internationale de football Gianni Infantino.

La surcharge des calendriers

Cette compétition sera organisée à la place de la Coupe des confédérations qui a lieu une année avant le Mondial, entre la mi-juin et la mi-juillet. Problème : c’est aussi la date choisie par la Confédération africaine de football pour la Coupe d’Afrique des nations à 24 équipes.

Il y a deux ans, la Confédération africaine de football (Caf) avait opté pour une CAN l’été au lieu de janvier-février, principalement pour éviter les conflits répétés entre clubs et pays. Si la Coupe du monde des clubs prend la place de la CAN, ce sera à nouveau un énorme problème pour les joueurs africains évoluant dans les clubs européens et ils sont nombreux. Quid de la préparation d’avant saison et du repos des joueurs au moins trois semaines l’été.

« On est encore dans un pataquès et ça va être au détriment de la CAN », avance Alain Giresse à RFI. L’ancien sélectionneur de la Tunisie s’inquiète de la surcharge du calendrier. « Le Mondial des clubs à 24, la Coupe du monde à 48, la Ligue des nations européenne, tout cela semble être une vraie course à l’armement. Les grandes instances du football doivent développer notre sport. Mais là, c’est un engorgement, une sorte d’asphyxie. C’est impossible de jouer la CAN et d’enchaîner avec un championnat », dit l’ancien sélectionneur du Mali. Et d’ajouter : « Sur une période de 4 ou 5 années, les joueurs auront une seule année de vacances normales. Ce sont des hommes avant tout. »

Nouveau casse-tête pour les sélectionneurs du continent africain

Lorsqu’il avait été à la tête du Sénégal, Alain Giresse avait dû se passer d’un joueur important que son club rechignait à libérer en plein hiver. Cela risque désormais d’être un bis repetita et de nouveau un casse-tête pour les sélectionneurs du continent africain. Imagine-t-on le club de Liverpool accepter que Naby Keita, Sadio Mané ou Mohamed Salah prennent des vacances pendant la préparation d’avant-saison ? Paradoxe, le président de la Fifa, Gianni Infantino, a été porté au pouvoir par le vote des Africains et a souvent émis le souhait d’aider le continent.

« Ce n’est pas le bon moment pour disputer la Coupe du Monde des Clubs », a déclaré Khaled Mortagy, membre du conseil d’administration du club égyptien Al Ahly, à BBC Sport. La CAF, qui tire ses principaux revenus de la CAN, va être confrontée à un problème énorme. Et l’institution est désormais sous contrôle de la Fifa. En août dernier, la Fifa a envoyé sa propre secrétaire générale, Fatma Samoura, pour assumer le rôle de « déléguée générale » pour l’Afrique, afin d’améliorer la gouvernance de la CAF.

« Puisque l’Afrique est sous la supervision de la Fifa, pensez-vous que l’Afrique puisse avoir un impact réel sur les décisions du football mondial ? » s’interroge désormais Claude Le Roy.
rfi

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*