Le papa épouse la fiancée de son fils avec les 2 millions Fcfa de ce dernier

Ce n’est pas tous les jours qu’on voit un fils traduire en justice son père devant les tribunaux. Pourtant, c’est qui va se passer devant le tribunal correctionnel de Diourbel dans les prochains jours. L’histoire se passe au quartier Thierno Kandji, dans la commune de Diourbel.

Établi en Italie depuis mars 2002, Ibou Galo Dioum, qui a soufflé ses 42 bougies, filait le parfait amour avec Oulèye Sagne, une jeune coiffeuse d’une vingtaine d’années. Cette idylle, vieille de trois ans, faisait l’objet de commentaires favorables. Et le jeune homme se décide enfin à demander la main de sa sublime copine aux formes généreuses. A la vieille de la dernière korité, Ibou Galo Dioum envoie à son père un million de francs Cfa destiné au premier cadeau de mariage, comme cela se fait dans la communauté Laobé.

Mais le papa recommande à son fils de reporter la remise de ce premier cadeau parce que la date initiale coïncide avec le magal annuel des Laobé. Et propose l’approche de la fête de Tabaski.

Ibou Galo Dioum qui n’y voit aucun inconvénient accepte la proposition. Lorsqu’arrive l’échéance, le sexagénaire Mor Dioum demande encore à son fils de reporter encore jusqu’au Magal. Mais à la veille de la célébration du dernier Magal de Touba, le vieux qui, visiblement avait d’autres intentions, demande à son fils d’envoyer un million supplémentaire pour sceller le mariage. Croyant qu’il allait enfin se marier avec sa dulcinée, le jeune homme s’exécute. Mais au lendemain du Gamou, il tombe des nues en apprenant que son père a épousé sa fiancée, la belle Oulèye Sagne. Cette dernière devient ainsi la troisième femme du vieux Dioum.

Complètement meurtri par cette grosse trahison, l’émigré refuse de passer l’éponge. Malgré les conseils de sa famille notamment de sa mère Mbène Wagne, Ibou Galo Dioum décide de traduire son père en justice pour abus de confiance, en lui
réclamant par ailleurs ses deux millions de francs Cfa. Pour ce faire, il a donné mandat à son ami Malamine Sow de déposer la plainte. A moins d’un règlement à l’amiable surtout que beaucoup de personnes sont en train de jouer les bons offices,
Mor Dioum va répondre
source LAS

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*