Le réquisitoire du MNAR, sur le brûlant dossier pétrolier et gazier du Sénégal

Le Mouvement National des Arabisants Républicains (MNAR) s’est prononcé sur le débat national, suscité par un documentaire de BBC, sur le dossier pétrolier et gazier du Sénégal. Selon le coordonnateur Souleymane Gadiaga, le débat qui s’apparente actuellement à un bavardage, le dossier étant pris en charge par la justice, pour éclairer la lanterne des Sénégalais, ne s’explique plus. Et face aux risques de déstabilisation du pays qui peuvent découler d’une telle situation, il affirme que désormais, dans le cadre de la gestion des affaires de ce genre, « l’Etat doit prendre toutes ses responsabilités en interdisant systématiquement toutes manifestions, qui concernent un dossier pendant devant la justice, afin d’éviter de mettre la pression sur les institutions judiciaires ».

Il ajoute « le MNAR croit cependant en la maturité du peuple Sénégalais, pour déjouer toute tentative de manipulation de sa conscience collective. Il appelle à la vigilance les Sénégalais, réputés conscients et bien en avance sur la classe politique et les anti – modèles, qui cherchent à se passer comme porte-parole d’une population qui n’aimerait nullement pas voir ses enfants, suivre la même trajectoire ».

De l’avis de Souleymane Gadiaga, la façon dont le débat autour de faux problème de corruption dans le dossier Petrotim est entretenu par des malintentionnés, procède simplement d’une volonté de rendre le paye ingouvernable et de déstabiliser les institutions de la République. Il annonce que c’est fort de ce constat, que le MNAR a décidé de prendre les devant, en s’engageant à mettre en place un front républicain, pour organiser des rassemblements tous les vendredis afin d’apporter une réplique citoyenne aux détracteurs de nos institutions. Revenant sur l’affaire du pétrole et de gaz, il affirme que le MNAR, renouvelle sa totale confiance à la justice de son pays, pour un traitement équitable dans l’intérêt de la nation. Il s’est par ailleurs indigné de ce qu’il appelle « la volonté manifeste de récupération politique, ourdie par certains hommes mal intentionnés et des groupes de personnes victimes de déperdition scolaire, et qui se font pompeusement appelés société civile.

Il s’y ajoute à ses yeux des hommes politiques en perte de crédibilité et de légitimité, et qui profitent de la situation pour régler des comptes et s’attaquer directement à la personne du Président de la République. A en croire Souleymane Gadiaga, la complexité du secteur pétrolier, gazier et ses exigences en matière technique ne fait l’ombre d’aucun doute. Mais le Sénégal a déjà annoncé la couleur en ce qui concerne la transparence, comme en témoigne le dernier de rapport de l’ITIE, qui classe le Sénégal premier en Afrique en matière de transparence dans ce domaine et quatrième sur le plan mondial. Il s’y ajoute le récent satisfecit décerné au Président Macky SALL par l’Africa Oil Power, faisant du lui l’homme de l’année du secteur pétrolier Africain.

Pour lui, toute l’agitation politique constatée ces derniers temps dans le pays est surtout consécutif au contexte post électoral, marqué par la défaite lamentable de l’opposition aux dernières élections présidentielles. Et la nature ayant horreur du vide, elle cherche coûte que coûte à vivre politiquement en cherchant à atteindre le Président de la République par des armes non conventionnelles.

Et puisque toutes les portes sont verrouillées par le peuple qui l’a démocratiquement privée de pouvoir, l’opposition tente maintenant de passer le frère du Président, avec la complicité d’une société civile en manque de repères et qui cherche à se faire entendre aux agents recruteurs des grandes compagnies pétrolières. Mais dit-il, toutes les couches sociales sénégalaises doivent se ressaisir, pour faire face aux importants enjeux politiques et économiques, liés à l’exploitation du pétrole, dans une situation géopolitique mondiale et sécuritaire de la sous – région en ébullition ».

Mbaye SAMB (l’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*