Trump limoge son conseiller à la sécurité nationale John Bolton

Entre les deux hommes, les sujets de désaccord ne manquaient pas. Et finalement Donald Trump a décidé de s’en séparer, l’annonçant, fidèle à son habitude, dans un tweet : « J’ai informé John Bolton que nous n’avions plus besoin de ses services à la Maison Blanche. » C’est le 3e conseiller à la sécurité nationale à être limogé en seulement deux ans et demi.

Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

Un limogeage de plus façon Trump : soudain, violent et spectaculaire. « J’étais en désaccord avec lui sur nombre de sujets », précise le président américain. Alors que John Bolton, lui, présente une version différente, laissant entendre que ce serait plutôt lui qui aurait démissionné.

Cet énième départ renforce en tout cas l’impression de chaos au sommet de l’administration Trump, dans un climat diplomatique tendu et incertain.

Depuis plusieurs semaines, Washington envoie des signaux contradictoires, en particulier sur le dossier iranien, entre fermeté et volonté de discussion. Le départ de Bolton intervient aussi 48 heures après l’annulation d’une rencontre secrète avec les talibans.

Autant de sujets sur lesquels Trump était en désaccord avec son conseiller à la sécurité nationale, par ailleurs hostile à sa politique de la main tendue envers le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Connu pour être un va-t-en-guerre, John Bolton est violemment opposé à toute idée de multilatéralisme, partisan d’une Amérique militairement interventionniste. Il n’a jamais masqué, par exemple, son désir de changer de régime en Iran et aurait reproché à Donald Trump son manque de fermeté sur ces dossiers. Son départ offre de nouvelles opportunités, commente donc sur Twitter le président d’International Crisis Group. « Espérons, dit-il, que le président les saisira. »
rfi.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*