Vidéo/ Abattage des caïlcédrats, l’arbre qui faisait le charme de la ville de Thiès, en voie de disparition

« Le caïlcédrat est le plus bel arbre, le plus grand, le plus majestueux des régions à longue saison sèche sahélo-soudano-guinéenne. Il domine de beaucoup les autres arbres. Selon la profondeur et l’humidité du sol, c’est un arbre à fut rectiligne, libre sur une dizaine de mètres et plus, terminé par une cime pyramidale, puissamment charpentée, très développée, qui s’élève à 25 – 30 mètres. En sa qualité de plus bel arbre des pays soudano guinéens, il est très souvent planté comme arbres d’avenues ». Cette description du caïlcédrat, « Khaya Senegalensis » en wolof, est du Colonel des Eaux et Forêts à la retraite, Abdourahmane Samoura. C’est ainsi que cet arbre emblématique de la cité du rail, un patrimoine important dans la préservation de son écosystème se trouve dans toutes les grandes artères de la ville et les bases militaires. Mais malheureusement aujourd’hui, suite à des agressions permanentes exercées par l’homme, cette espèce qui a jadis fait le charme de la cité, est en voie de disparition.

Les caïlcédrats ont été plantés à Thiès depuis 1933, en tenant compte des contraintes climatiques et pédologiques. Arbre d’une grande utilité, avec le caractère très ombrageux qu’il donne aux artères, le caïlcédrat a été souvent choisi comme arbre parrain des campagnes nationales de reboisement comme en 1995, 1996, 2014 et 2015. Le recensement des Caïlcédrats de la Commune de Thiès effectué en 2003 par le service forestier de Thiès faisait état de 3.188 arbres vivants. Mais pour le Colonel Samoura, force est aujourd’hui de constater, que « la situation est tout autre, le caïlcédrat est gravement menacée par diverses agressions d’origine anthropique (abattage, élagage abusif et écorçage illicites).

D’autres déperditions sont régulièrement enregistrées dues au fait de la vieillesse des sujets et de l’absence d’un programme de traitement sylvicole approprié. Et pour lui, aucun motif ne justifie aujourd’hui cette forte agression exercée sur ces caïlcédrats légendaires qui constituent un patrimoine écologique et culturel de notre ville. Des voix ont commencé à s’élever à Thiès, pour porter le combat de la préservation de ce patrimoine. C’est le cas de l’esprit y en a marre, section locale de Thiès, qui a fustigé énergiquement cette situation. Après un point de presse pour mieux se faire entendre, il a d’ailleurs tenu un point de presse devant le service régional des eaux et forêts, pour dénoncer ce massacre et interpeller le maître des lieux, sur la nécessité de mettre un terme à la délivrance des permis d’abattage. Selon Bassirou Diop coordonnateur du mouvement Esprit y en a marre, section locale de Thiès, il est constaté un mouvement d’abattage clandestin de khaya et les arbres sont en train de tomber un à un dans la ville et à ce rythme, il est clair que cette espèce historique risque de disparaître à jamais à Thiès. Et pourtant, il s’agit d’un patrimoine qui constitue même son identité. « C’est pourquoi, nous avons observé un sit-in devant le service régional des eaux et forêts, pour dire stop à ce désastre » dit-il. Il annonce que cette dynamique mise en branle pour préserver ce patrimoine a inscrit sur ses tablettes l’idée de recenser tous les caïlcédrats à Thiès et de procéder à leur dénomination et des partenariats sont en train d’être scellés avec des organisations non gouvernementales (ONG), pour atteindre cet objectif. Selon lui, la vieillesse des arbres ne saurait justifier un tel massacre et pour les arbres qui sont réellement dans ce cas, il faut aller vers un encadrement et un plan de remplacement.

DAOUDA NDIOGOU CHEF SECTEUR EAUX ET FORÊTS DE THIES
« L’abattage et l’élagage répondent à une procédure bien précise »

Commandant Daouda Ndiogou, Chef du secteur des Eaux et Forêts de Thiès souligne qu’il faut suivre une procédure bien précise avant de pouvoir procéder à l’abattage ou l’élagage d’un caïlcédrat. Il faut d’abord formuler une demande, la déposer au niveau de la mairie, qui l’impute ensuite au service des Eaux et Forêts. Ledit service dépêche ensuite des agents sur le terrain, pour voir la véracité des motifs évoqués sur la demande. Il s’agit de vérifier si réellement l’arbre constitue un danger et c’est sur cette base qu’un avis est donné. S’il est avéré qu’il y a un danger, l’avis est favorable et dans le cas contraire, c’est le rejet pur et simple. Il révèle qu’au cours de cette année 2021, le service des eaux et forêts a reçu 99 demandes d’élagage ou d’abattage dont 22 avis favorables et qui concerne 10 abattages et 12 élagages.

Il ajoute, « chaque fois qu’une autorisation d’abattage ou d’élagage est donnée, l’objectif est de protéger l’être humain, qui constitue l’alpha et l’oméga de la gestion durable des ressources. Des autorisations tous azimuts ne sont jamais données, mais pour des objectifs bien déterminés. A titre d’exemple, en 2019, un drame est survenu à Thiès. La chute d’un caïlcédrat déraciné peut provoquer un drame comme le cas de 2019 et pour éviter de telles tragédies, le service prend toutes les dispositions idoines.Selon lui, le peuplement de « Khaya » est vieillissant d’où la nécessité de le reconstituer. C’est à cet effet qu’un vaste programme a été mise en place, visant à reboiser l’ensemble de la ville de Thiès. Il est axé sur la production de 40.000 arbres et la mise en œuvre va se faire en synergie avec les collectivités territoriales et les différents partenaires, notamment le mouvement « Thiès en marche » et de l’ensemble de la population, dans une approche inclusive et participative.

D’ailleurs un concept accompagne ce programme, « une concession, un arbre » et il est prévu de planter des arbres dans chaque concession, chaque quartier, en vue de restaurer cet écosystème qui est le « khaya senegalensis », qui est emblématique pour la cité du rail. Le Commandant du secteur annonce qu’il y a déjà un reboisement compensatoire à l’école de la cité Ballabey, à l’avenue El Hadji Malick Sy, car pour pérenniser une plantation, il faut nécessairement restaurer. C’est ainsi que tout abattage est suivi d’un reboisement compensatoire.

Mbaye SAMB (l’AS)

ENCADRE
LE DRAME DE 2019 A THIES
Une jeune épouse foudroyée par un vieux caïlcédrat

L’abattage de ce patrimoine de Thiès est dénoncé, mais force aussi est de reconnaître que certains caïlcédrats, marqués par le poids de l’âge, constituent une menace pour la population. Comme en atteste ce drame survenu au service régional du commerce de Thiès en octobre 2019, avec la mort tragique de Penda Cissokho, une mère de famille âgée d’une trentaine d’années. C’est en effet à la suite d’une violente tornade qui avait secoué la ville de Thiès, que un vieux caïlcédrat s’est abattu sur me toit de l’appartement où elle vivait avec son mari et ses 5 enfants. Des tuiles ont commencé à voler à éclats et la dalle de béton a ensuite cédé pour tomber sur Penda Cissokho. La violence du choc ne lui a laissé aucune chance était Penda Cissokho a été finalement retrouvée inerte, coincée par la dalle de béton et il a fallu recourir à une grue pour libérer le corps. Le mari s’en était tiré avec des égratignures tandis que les enfants sont sortis indemnes de l’accident, leur chambre n’ayant pas été touchée. Au-delà de cet accident, se pose le problème de la cohabitation avec les géants cailcédrats. En effet, il y a même des cailcédrats qui surplombent des salles de classe dans certaines écoles, ce qui peut causer un drame en cas d’accident de ce genre.
M. SAMB

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*