Affaire Sonko, les incohérences d’une série de témoignages (Par Abdou NDIAYE Ingénieur en Formation Expert en Management des projets, Président du mouvement l’APPEL DE LA RÉPUBLIQUE

ÉDITORIAL : Les incohérences d’une série de témoignages

Depuis un certain temps, des communications fusent de partout sur l’affaire qui défraie la chronique et qui s’invite à tous les débats : le viol présumé de la jeune fille Adja Sarr par l’honorable député Ousmane Sonko.

Je ne suis pas dans une posture de procureur ou d’avocat pour défendre une partie au détriment d’une autre. Il s’agit simplement d’un recours à ma capacité d’analyse pour décrypter les non-dits, les erreurs et les contradictions relevés dans les déclarations et/ou les comportements des différentes parties. Si certaines déclarations cherchent, indirectement ou de façon astucieuse, à laver à grande eau un présumé violeur, à discréditer une présumée victime de viol ou à écorner la réputation d’un homme qui aspire à la magistrature suprême, il est à noter que les comportements manifestes des uns et des autres dressent le portrait des acteurs en opposition.

Ousmane SONKO, UN GÉANT AUX PIEDS D’ARGILE

Cette affaire renseigne d’abord sur la véritable personnalité d’un homme pour qui, le courage était l’élément déterminant pour changer le cours des choses. Cette conviction est si forte en lui qu’il avait fait, de son opposition au pouvoir, un combat sans être véritablement dans le combat qui vaille en cette période de sa vie politique.

En réalité, loin d’établir une culpabilité qui aurait hypothéqué l’ardeur et l’espoir de tous ceux et celles qui lui prédisaient un destin présidentiel, il convient de faire une corrélation entre les effets produits par son massage et leurs impacts dans la réalisation de son projet politique.

Le manque de culture politique, l’immaturité assimilable à de la naïveté, l’ignorance du comportement que requiert l’éthique chez un responsable sont autant de manifestations qui fondent ma conviction que Monsieur Sonko est un leader moyen et coaché par des tocards politiques.

En outre, les relents de haine qui caractérisaient ses discours, les accusations incessantes qui rythmaient ses sorties médiatiques toujours ornées d’innombrables révélations et surtout l’excès de confiance en soi qui se traduisait par des propos qui frôlent la suffisance, avaient emballé une catégorie de jeunes, de femmes et d’hommes, la plupart novices en politique mais en quête d’un leadership de type nouveau.

Monsieur Sonko pensait pouvoir ressusciter Mamadou Dia sans avoir tirer les leçons de son élimination du jeu politique suite à une accusation de coup d’état.
Il manifestait de la solidarité et de la compassion à l’endroit de Khalifa Sall et Karim Wade sans adopter une attitude qui le différencie, de par la stratégie, l’attention et la méfiance, de ces deux victimes de guerre aux avenirs politiques incertains.

Ousmane SONKO crie au complot sans reconnaître qu’il a créé le prétexte ayant permis la mobilisation des éléments, à charge ou à décharge, qui permettent d’assouvir le dessein des uns et des autres.

Il est constant, irréfutable et incontesté que l’affaire Ousmane Sonko/Adja Sarr s’est passée au salon de massage Sweet Beauty Spa, la nuit du mardi 02 février, à une heure qui ne permettait pas aux, aux salons de massage, aux commerces et autres services d’ouvrir en raison du couvre-feu. Par conséquent, la présence des masseuses au-delà de 21h heures, constitue un premier point qui mérite une attention particulière, à moins que le salon soit en même temps leur résidence.

Aussi, le salon de massage n’étant pas un service d’urgence, il importe de se demander les raisons d’une équipe de garde devant passer la nuit aux fins de prendre en charge des clients pour de simples séances de massage tonifiant ou relaxant en violation du couvre-feu, exception faite pour l’honorable député qui bénéficie d’une dérogation.

Au cas où les masseuses étaient sensées passer le nuit comme d’habitude, comment se fait-il qu’Adja Sarr puisse sortir pour ne jamais revenir sans que sa patronne ne puisse s’y opposer ou l’accompagner à cette heure tardive. En outre, où était la seconde jeune fille qui devait être dans la cabine en compagnie de Adja?

La réaction de Monsieur Sonko, lorsque cette dernière est sortie le laissant dans la cabine avec son bourreau Adja, semble un moment occulté mais aussi important qui pouvait aider à la compréhension des faits.

Monsieur Sonko déclarait, lors de son point de presse, avoir toujours été avec,au moins deux personnes, à chaque séance de massage. Pourtant, ceux sont les questions récurrentes de Adja Sarr, sur l’arrivée probable du «client de luxe» qui poussaient la propriétaire à demander à l’autre masseuse, d’assister par précaution à la séance qui suscita le problème. Qui de Ousmane Sonko ou la propriétaire dit vrai?

Mais toutes ces questions semblent bizarres et inopportunes car aucune de ses masseuses n’était sensée découvrir l’identité de leur client du jour qui venait en mettant «toujours un foulard pour masquer son visage» si véritablement les déclarations de la propriétaire sont avérées.

Qui plus est, Monsieur Sonko avait-il une fois parlé avec ses plus proches collaborateurs de cette maladie ou de ses massages?
« Charité bien ordonnée commence par soi ». Par conséquent, pourquoi Monsieur Sonko donne les deux tiers de son salaire de député à des orphelinats, alors qu’il est dans le besoin car étant incapable de payer les prestations lui permettant de retrouver sa santé. Cela ressemble à de la démagogie ou de l’hypocrisie.

Dès lors que Monsieur Ousmane Sonko ambitionne de présider aux destinées d’une nation entière, rien ne devient un détail pour lui ; nul droit d’aller n’importe où, de faire n’importe quoi, de parler n’importe comment, de fréquenter n’importe qui ; à moins qu’il ait banalisé la fonction de président de la République. Ce qui serait inadmissible.

La patronne de Sweet Beauty Spa, UNE PERSONNALITÉ INDESCRIPTIBLE.

Les mensonges sur son nom, le statut de son salon, les différentes versions sur ses déclarations, etc ne permettent à aucune des parties d’en faire un partenaire sérieux. C’est pourquoi, elle est considérée tantôt comme une partie associée aux comploteurs, tantôt un témoin à décharge pour le camp Sonko.

Par ailleurs, les appréciations de l’employeur sur la jeune masseuse employée et supposée violée révélent des traits de caractère loin du professionnalisme dont se réclame le salon aux services tonifiants, relaxants et non thérapeutiques.

Elle ne peut pas renvoyer Adja Sarr pour manquement dans l’exercice de ses fonctions, la traiter d’une jeune fille «de pagne léger», la reprendre puis la mettre au service de son plus prestigieux client.

Au-delà de ces considérations, les facultés hors normes de la patronne qui réussit à entendre l’entretien téléphonique de Adja Sarr au point de savoir qu’il lui a été demandé si elle a réussi à avoir le sperme de Sonko, intrigue plus d’un.

D’ailleurs, la gravité d’une telle question et la réponse de Adja n’ont produit aucun effet chez la propriétaire et guère amené celle-ci à interpeller l’employée sur la question. Une bizarrerie inexplicable !

Au regard du caractère versatile de madame la propriétaire, qui ne rassure pas sur son vrai nom, qui ne sait pas prononcer sperme, qui dit attendre à la place d’entendre, qui pour la première fois voit Ousmane Sonko un jour de Tabaski 2019 et lui fait un massage en arrêtant la préparation de son repas de fête, n’est malheureusement pas d’une crédibilité et d’une personnalité qui méritent une attention.

Adja Sarr, UNE VICTIME PRÉSUMÉE AU BANC DES ACCUSÉS.

Cette jeune fille qui a le privilège de masser l’opposant le plus radicale n’a point parlé à la presse depuis son viol présumé. Son privilège ne lui à jamais permis, comme beaucoup d’entre nous l’aurait fait, de se prendre en photo en compagnie de son patient, contrairement aux déclarations de sa patronne qui déplore son manque de retenue et de discrétion.

Il semble que mademoiselle Sarr n’a pas un certificat qui atteste de ses compétences professionnelles. Cependant, elle a toujours su donner entière satisfaction au client de luxe.

Adja Sarr, loin d’avoir le droit d’être assistée par un avocat, se voit refusée par l’opinion, le recours à un spécialiste pour rédiger sa plainte, d’appeler quelqu’un qui a une autorisation de circuler aux heures du couvre-feu pour aller à l’hôpital, etc.

<< Pourquoi Adja, qui a porté plainte, n’ a pas bénéficié immédiatement de l’assistance du « Réseau Siggil Jigën », ni de « l’Association des Femmes Juristes du Sénégal » ( AJS) qui , pourtant, se sont battues bec et ongle pour avoir ce droit d’assistance, afin de mettre la présumée victime à l’abri de toutes pressions familiales, religieuses ou politiques, et même d’ester en justice en son nom, comme la loi le leur autorise ? >> se demande même le doyen Ibrahima Séne.

Le manque de solidarité et de mobilisation des organisations féminines fondent l’idée d’une présumée victime de viol, laissée à elle-même. C’est d’ailleurs l’occasion de se demander si les associations féminines et de protection des droits des femmes auront l’audace de porter ultérieurement le combat d’une prochaine victime après avoir été indifférentes voire insensibles à la préoccupation d’une jeune fille orpheline comme Adja Sarr.

Quid du comportement de certains qui utilisent leurs plateaux pour en faire des prétoires et veuillent trancher un problème aussi complexe ?

Les documents administratifs et des secrets d’enquêtes continuent d’être à la portée d’une certaine presse qui en use et abuse pour satisfaire leurs objectifs de communication. Sans gêne, le contenu des procès-verbaux d’enquêtes est exploité de façon tendancieuse et exposé sur la place publique au nom du droit concédé aux journalistes de ne pas divulguer leurs sources.

C’est toute l’urgence de reconsidérer les notions d’éthique de responsabilité et de conscience professionnelle qui fondent le service public.

La République est au dessus des ambitions solitaires. Elle a vécu et survécu aux manœuvres et aux projets de toutes les générations qui se sont succédées. Cette même République, peut importe les menaces et les actions sporadiques de groupes de personnes, restera forte et debout grâce au sens élevé du patriotisme et du devoir de nos forces de défense et de sécurité.

Abdou NDIAYE
Ingénieur en Formation
Expert en Management des projets
Président du mouvement
L’APPEL DE LA RÉPUBLIQUE
Tél : 77 534 14 82 / 76 396 30 30

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*