Aly Ngouille Ndiaye sur le dialogue politique : «Il faut bannir la politique de la chaise vide»

«Ce cadre fut un véritable espace de dialogue qui a permis de discuter sur des points aussi importants qu’actuels tels que le statut de l’opposition et son chef, la rationalisation des partis politiques et des candidatures. Il faut avouer que la discussion sur ces questions n’a pas été achevée. Mais au-delà des résultats concrets obtenus, il avait été noté de la part des membres un souci profond de s’accorder sur l’essentiel. Ce souci, à mon avis, reste intact et fonde la nécessité de s’écouter, de s’entendre pour se comprendre.

Pour ma part, je suis persuadé que c’est au carrefour de nos convictions diverses que surgira la solution consensuelle à nos préoccupations multiples et multiformes. Il nous faudra donc nécessairement accepter d’étaler et de confronter nos convictions dans un esprit de dépassement, sans aucun préjugé défavorable en accordant la bonne foi à l’autre. Cette confiance mutuelle entre personnes qui tendent normalement vers le même objectif conduit forcément à des résultats probants.

Il faut souligner, nous semble-t-il, que faire l’effort d’avoir la même compréhension du contenu d’une proposition que l’auteur même de la proposition constitue un premier pas vers un compromis dynamique. La focalisation sur les divergences et l’absence d’effort pour comprendre les motivations sérieuses de l’autre plombent les conditions d’un rapprochement préalable à l’avènement d’un consensus. Nous invitons donc à l’abandon de toute posture qui entrave la propension à l’écoute et qui encourage le boycott nuisible au consensus. Nous pensons qu’il faut bannir la politique de la chaise vide, car l’absence n’expose pas. Et celui qui n’expose pas ne peut en aucune manière convaincre», affirme le ministre de l’Intérieur.
Source l’AS

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*