APR Thiès/ Des responsables accusés de vouloir casser la dynamique unitaire créée par le dîner-débat

Le dîner-débat organisé à Thiès par les initiateurs du concept « Tous ensemble pour un seul candidat », n’a pas fait l’unanimité au sein de l’Alliance Pour la République (APR). D’ailleurs beaucoup de responsables ont brillé par leur absence. L’évènement a cependant créé une jonction entre les initiateurs, les imams présents et certains mouvements de soutien. Ce qui constitue aux yeux de Méissa DIOUF Coordonnateur départemental de la Convergence des Jeunesses Républicaines (COJER) par ailleurs 2ème secrétaire élu au conseil départemental de Thiès, une dynamique unitaire capable de jouer un rôle politique important dans le cadre des prochaines échéances électorales. Selon lui, il y a malheureusement une tentative flagrante de casser cette dynamique unitaire au niveau des mouvements de soutien à Thiès par certains responsables de l’APR, ce qui risque d’avoir des conséquences négatives sur les résultats du parti en 2019. Pour lui, il est temps que certains responsables apprennent à privilégier l’intérêt du parti à la place de leurs prétendus leaderships personnels. De l’avis de Méissa Diouf, tout l’électorat de la ville de Thiès et du reste du département ne peut pas être capté par le parti seulement, à cause justement du comportement de certains responsables et de ce point de vue, il urge d’encourager les mouvements de soutien à aller à l’assaut de cet électorat. Il ajoute « avec cette dynamique, un noyau dur est en train de se former entre le maire Talla Sylla, les mouvements de soutien, les Imans et certains responsables de l’APR comme Siré Dia, Ndéye Ticket Ndiaye et de Benno Bokk Yaakaar comme Maodo Malick Mbaye, mais elle est bizarrement la cible des pourfendeurs de l’unité dans les rangs de la famille politique du Président de la République, tapis aussi bien dans la ville que dans le département. En quoi cela peut gêner. C’est des initiatives qui doivent être encouragés parce qu’elles ne font qu’apporter de la valeur ajoutée au parti ». De l’avis de Méissa Diouf, il ne doit pas y avoir par ailleurs de sens interdit aux leaders politiques de la commune et du département pour une élection nationale. Et de ce point de vue, tout leader doit avoir la totale liberté d’aller pêcher des voix partout où le besoin se fera sentir, l’essentiel étant d’engranger le maximum de suffrages pour atteindre l’objectif commune, qui est de réélire le Président de la République dès le premier tour et le département ne peut pas porter la commune pour accomplir ce travail. Et c’et pourquoi dit-il, la nécessité de choisir un coordonnateur dans la commune pour harmoniser toute la dynamique politique, qui doit balayer définitivement l’opposition à Thiès. Sur ce registre, il a décerné le satisfecit à Siré Dia tête de liste départementale de BBY lors des dernières élections législatives, marquées par une victoire brillante. Selon lui, il a encore des actes forts en offrant des emplois à des jeunes et des responsables adultes du département de Thiès. Pour Méissa Diouf, les jeunes du parti doivent aujourd’hui être conscients du rôle qui doit être le leur dans ce contexte et c’est pourquoi leur devoir est d’œuvrer uniquement pour l’intérêt du parti et d’éviter d’entrer dans des clans et d’être manipulés. Il poursuit « l’élection de 2019 est cruciale pour l’avenir de ce pays et nous avons la chance d’avoir un président visionnaire qui est entrain de poser les jalons d’un Sénégal prospère d’ici 2035. Nous jeune nous devons faire de ces élections une affaire personnelle, car c’est notre avenir qui est en jeu. Prenons donc les choses en main. Jamais dans l’histoire politique du Sénégal nous avons un pays aussi attractif en termes d’investissement, de paix sociale, et de ressources naturelles ».
Mbaye SAMB (l’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*